Val-des-Cerfs et Granby s'entendent

Le directeur général et le maire de la... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général et le maire de la Ville de Granby, Michel Pinault et Pascal Bonin, accompagnés du président et du directeur général de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin et Éric Racine, ont signé un protocole d'entente concernant l'utilisation des infrastructures municipales et scolaires.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) L'utilisation des parcs et bâtiments de la commission scolaire par les citoyens, tout comme la fréquentation des installations municipales par les élèves de Val-des-Cerfs, sera désormais facilitée.

Après des années de discussions et à l'aube du début des camps de jour, les deux organisations ont harmonisé une quinzaine d'ententes touchant leurs infrastructures. Une simplification qui s'est faite à coût nul et qui leur permettra-, à terme, d'économiser.

« Depuis longtemps, les citoyens nous disaient : on paie des taxes au municipal et au scolaire, ce serait le fun que ça soit fluide entre les deux », a indiqué le maire de Granby- Pascal Bonin, mardi, en conférence de presse à l'hôtel de ville.

« On est deux grosses organisations où les dépenses et les compressions sont importantes. Il faut maximiser nos acquis. »

Tandis que la Ville déneigeait certains stationnements d'école ou en tondait le gazon, par exemple, des citoyens devaient payer pour utiliser certains locaux scolaires. Maintenant, tout a été « évalué et replacé », a dit le directeur général de la Ville, Michel Pinault.

« On a énormément de demandes de locaux pour des activités et on ne pouvait pas accéder à toutes les demandes », a dit le maire de Granby- en donnant l'exemple de cours de « yoga chaud ».

« On est maintenant capables d'ouvrir des portes qu'on n'était pas capables d'ouvrir, que ce soit aux niveaux sportif, culturel ou municipal », a-t-il ajouté.

Faire bouger les jeunes

L'idée maîtresse consiste à faire bouger le plus possible la population en général et les jeunes en particulier. « En bout de piste, il devrait y avoir plus d'activités d'organisées, et c'est ça qu'on veut, a dit M. Bonin. On travaille pour le même contribuable. Construire de nouveaux locaux chaque fois... »

Le président de Val-des-Cerfs Paul Sarrazin a évoqué, sans la nommer, une municipalité qui s'est bâti un gymnase parce que sa commission scolaire lui refusait l'accès au sien. Résultat : l'un des gymnases est vide le jour et l'autre, la nuit. « Des doublons comme ça, on n'en veut pas », a dit Paul Sarrazin.

« On sort gagnant-gagnant pour les deux organisations et on utilise les infrastructures au maximum », a résumé le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine.

Des ententes similaires sont en pourparlers avec les municipalités de Cowansville et Farnham, a d'ailleurs précisé M. Sarrazin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer