Jumelage entre Granby et Carrefour: le protocole officialisé

Le maire de Granby, Pascal Bonin, et le... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Granby, Pascal Bonin, et le maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre, ont officialisé lundi un protocole de jumelage et de coopération entre les deux municipalités.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le protocole de jumelage et de coopération conclu entre la Ville de Granby et la commune de Carrefour s'est matérialisé lundi. Une délégation haïtienne s'est arrêtée à l'hôtel de ville pour officialiser cette nouvelle entente.

«Je ne suis pas venu demander l'aumône. Je suis venu présenter ma ville et voir ce que je peux offrir à la ville de Granby en retour. Si ce n'est pas de l'argent, c'est de l'expérience. Si ce n'est pas de l'expérience, c'est de la formation», a déclaré le maire de Carrefour, Jude Édouard Pierre, lors d'un point de presse. «Un étudiant de Granby pourrait être intéressé à faire une thèse et la ville de Carrefour pourrait le recevoir et lui offrir le support nécessaire pour préparer sa thèse», a-t-il illustré.  

Le maire Pierre a par ailleurs insisté sur le caractère de réciprocité du protocole d'entente. «Je dis aux contribuables granbyens qu'ils ne seront pas déçus. Carrefour se prépare à offrir ce dont elle dispose pour participer à renforcer ce lien d'amitié que nous avons (...) Mon rêve, c'est de voir un jour les Granbyens dire que cette coopération est utile», a  lancé Jude Édouard Pierre.

Ce projet de coopération a vu le jour à la suite du séjour effectué en mars dernier en Haïti par le maire Pascal Bonin et le directeur général de la Ville, Michel Pinault, dans le cadre du programme de coopération municipale Canada-Haïti (PCM). Une amitié certaine s'est développée entre le maire de Granby et le maire de Carrefour, une agglomération qui compte officiellement 600 000 habitants, mais dont la population officieuse avoisinerait le million de citoyens, selon Jude Édouard Pierre. 

Signe des temps

Selon Pascal Bonin, cette entente intermunicipale, «ville à ville, commune à commune», est «un signe des temps». «C'est très différent de ce qui s'est fait avant. Je pense que c'est une entente d'avenir, et que ça passe par là, pour l'efficacité. Ça donne aussi l'occasion aux gestionnaires de Granby de montrer leur savoir-faire à l'international. (...) C'est le début non seulement d'une grande amitié, mais d'une grande collaboration entre les deux municipalités», a pour sa part affirmé le maire de Granby. 

Ce dernier insiste par ailleurs sur le fait que le but de la Ville avec ce protocole de jumelage et de coopération n'est pas d'imposer à Carrefour «sa façon de faire», mais plutôt d'apporter son aide et son expertise à différents niveaux. 

Des échanges sont souhaités notamment en matière de sécurité civile, d'environnement et de changements climatiques, d'eau et d'assainissement ainsi que de formation, d'éducation et des technologies de l'information et des communications. Des échanges culturels, sportifs et de loisirs sont aussi envisagés. 

La venue en sol granbyen d'une équipe de soccer de Carrefour et le séjour en sol haïtien d'une équipe locale a déjà été évoquée. Et une rivalité amicale a été lancée lundi alors que le maire de Carrefour a été invité à revêtir les couleurs du club de soccer Les Cosmos de Granby. 

Ce dernier a acheminé en avril dernier une trentaine de ballons de soccer et près de 600 chandails en Haïti. Le matériel a bien été reçu par la mairie de Carrefour, a assuré le maire Pierre. Il sera remis aux jeunes adeptes du ballon rond le mois prochain, alors que les activités sportives seront lancées après la fin des classes.

S'ouvrir au monde

Pour la commune haïtienne, ce protocole d'entente est important. «Lorsque Granby accepte de recevoir Carrefour comme ville soeur, ça signifie que Carrefour commence à s'internationaliser, à s'ouvrir au monde», dit Jude Édouard Pierre.

La délégation haïtienne a en outre eu l'occasion lundi de découvrir les installations de soccer du parc Jean-Yves-Phaneuf et de visiter la caserne des incendies, où ses membres ont reçu une brève formation.

Le protocole d'entente entre les deux municipalités est d'une durée de trois ans, celle-ci pouvant être renouvelée. Qui sait, le maire Bonin pourrait à nouveau se rendre en Haïti, car il a été invité à officialiser à son tour cette entente à Carrefour.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer