Un bambin se noie dans la rivière Noire

Un enfant de trois ans a perdu la... (arc)

Agrandir

Un enfant de trois ans a perdu la vie après être tombé dans la rivière Noire, samedi soir, à Upton.

arc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Upton) L'enfant de trois ans retrouvé inanimé dans la rivière Noire, à 19 h 15 samedi, à Upton, a rendu l'âme. Son décès a été constaté à l'hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe dans les heures qui ont suivi l'intervention des services d'urgence.

« Les policiers ont vraiment tout donné (...) Quand c'est un enfant, c'est sûr que ça vient chercher n'importe qui », souligne la sergente Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole pour la Sureté du Québec (SQ). 

Tout a débuté avec un appel 911 déposé à la SQ rapportant que deux frères, âgés de trois et cinq ans, avaient échappé à la vigilance des personnes qui en avaient la garde et manquaient à l'appel. Les policiers se sont rapidement rendus sur les lieux, soit à Upton dans les environs de la rue des Érables.

Ils ont alors trouvé l'un des enfants en compagnie du propriétaire du camping Wigwam, Christian­ Savoie. Ce dernier venait de trouver le jeune garçon, qui semblait perdu et désorienté, sur un des terrains du camping. L'enfant­ était seul avec son chien.

M. Savoie aurait demandé aux policiers s'ils cherchaient un enfant et ceux-ci lui ont répondu qu'ils en cherchaient plutôt deux. Quand ils ont demandé à l'enfant où était son frère, il aurait simplement­ répondu­ : « à l'eau ».

Ils se sont donc rendus en vitesse où le propriétaire du camping avait trouvé l'enfant de cinq ans. Sur place, une policière s'est empressée de retirer son équipement avant de sauter à l'eau et d'extirper de la rivière le corps inanimé du bambin de trois ans. 

Avec l'aide d'une infirmière résidant au camping, les policiers ont tenté des manoeuvres de réanimation pendant de longues minutes avant l'arrivée de l'ambulance et le transport du bambin jusqu'à l'hôpital. Malheureusement, il a été déclaré mort peu de temps après son arrivée à l'hôpital Honoré-Mercier.

« Ce ne sont pas des scènes faciles. On est restés là jusqu'à ce que le corps sorte. C'est difficile de voir la famille, leur réaction. Quand on a vu le jeune homme, on était loin de se douter du drame qu'il y avait à l'autre bout », a raconté M. Savoie à TVA au lendemain de la tragédie.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer