Les bacs bruns distribués en août dans la MRC Rouville

Le préfet de la MRC, Jacques Ladouceur, s'est... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le préfet de la MRC, Jacques Ladouceur, s'est dit extrêmement fier d'officialiser cette première étape dans la collecte des matières organiques.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) C'est à partir de la deuxième semaine d'août que les citoyens de la MRC de Rouville recevront leur Organibac. La collecte des matières organiques débutera pour sa part au début janvier.

Quelque 15 000 bacs bruns seront distribués sur le territoire de la MRC entre le 7 août et le 1er septembre prochains. Chaque résidence recevra son bac de 240 litres, alors que les multilogements de cinq appartements et plus recevront des bacs roulants de 360 litres. Le calendrier de distribution par municipalité devrait être fixé au cours des prochains jours, a-t-on annoncé. 

Le préfet de la MRC et maire de Richelieu, Jacques Ladouceur, s'est dit extrêmement fier d'officialiser cette première étape dans la collecte des matières organiques, qui permettra à terme de réduire de moitié le tonnage de matières enfouies par les huit municipalités de Rouville, pour atteindre 5000 tonnes par année.

En effet, chaque citoyen de la MRC produit, en moyenne, 260 kilos d'ordures par année, dont la moitié pourrait éviter l'enfouissement grâce à la biométhanisation, souligne Étienne Rousseau, coordonnateur à la gestion des matières résiduelles pour la MRC. 

Le procédé a d'autres avantages, soutient-il, dont la diminution des gaz à effet de serre et la création d'un marché énergétique vert qui pourra profiter financièrement à la MRC, qui a hérité de la gestion des matières résiduelles de ses municipalités en 2009.

Le processus de biométhanisation transforme les matières putrescibles en deux produits distincts : le digestat et le biogaz. Le digestat issu de l'usine, qui peut servir de fertilisant, sera offert aux producteurs agricoles des trois MRC, qui en retour fourniront des épis de maïs au partenaire privé BioGaz Ethanol Greenfield, qui achètera aussi le biogaz.

L'usine, dont la construction s'est amorcée plus tôt cette année sur les terrains de l'entreprise établie à Varennes, devrait être fonctionnelle au début de 2018. Aucun retard majeur n'a été constaté jusqu'à présent. 

Trois MRC partenaires

Ensemble, les trois MRC partenaires - celles de Rouville, de la Vallée-du-Richelieu et de Marguerite-d'Youville, regroupées avec Biogaz EG sous la Société d'économie mixte de l'est de la couronne sud (SEMECS) - comptent 235 000 citoyens répartis dans 27 municipalités. C'est 90 000 Organibacs qui seront ainsi distribués entre août et la mi-décembre afin d'être prêts pour le lancement de la biométhanisation, en début d'année prochaine. 

Dans chaque bac, on retrouvera un petit bac pour la cuisine, un dépliant d'information ainsi qu'un aide-mémoire et un sac en papier compostable. Les sacs de plastique biodégradables ne seront pas acceptés dans le bac brun, et ne le seront plus dans le bac vert dès l'an prochain.

Le calendrier des collectes sera pour sa part distribué en novembre. On prévoit pour l'instant que les collectes de matières organiques auront lieu les lundis, de manière hebdomadaire en été et de manière bimensuelle en hiver.

On rappelle que les feuilles mortes et les branchages ne pourront pas aller dans le bac brun. Ces collectes se feront de manière distincte, à deux reprises au printemps et trois fois à l'automne.

Information et sensibilisation

Des séances d'information auront lieu plus tard cette année afin de sensibiliser la population à l'utilisation de l'Organibac. Une attention particulière sera accordée aux clientèles jeunesse et aînée du territoire. M. Ladouceur rappelle qu'en vertu de la politique de gestion des matières résiduelles imposée par le gouvernement du Québec, il sera interdit d'enfouir quelconque matière organique dans le sol à compter de 2022.

De plus, comme les bacs seront dotés d'une puce permettant d'évaluer le volume de matières organiques y étant déposées, la MRC pourra cibler les quartiers où des efforts supplémentaires seront investis pour encourager la participation citoyenne au projet. 

Les citoyens pourront aussi trouver des réponses à leurs questions sur un site Web (monorganibac.ca) ou à la ligne téléphonique d'information (450-460-2127, poste 123) dédiés au processus.

Rouville est toutefois optimiste de la réussite de celui-ci, étant donné que plus de 300 municipalités utilisent avec succès le bac brun, à l'heure actuelle. C'est sans compter les réactions enthousiastes de plusieurs citoyens, qui sont de bon augure pour la suite des choses.

La collecte des matières organiques pour les industries, commerces et institutions se déploiera pour sa part en 2019, dans le cadre de la deuxième phase du projet. 

Dans un second temps, la MRC se penchera sur la possibilité de composter les matières exclues du processus de biométhanisation. La SEMECS ira en appel d'offres plus tard cette année pour mettre sur pied un éventuel centre de compostage à cet effet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer