Nouvelle politique de répartition des coûts

« C'est la première fois que cette politique-là se... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

« C'est la première fois que cette politique-là se met vraiment en action dans un projet. Et elle est acceptée par les citoyens », affirme le maire de Granby, Pascal Bonin.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La réfection des rues de Trois-Rivières et de Tracy au début de l'automne permettra d'appliquer la nouvelle politique de répartition des coûts mise de l'avant par la Ville de Granby pour la taxation des travaux de drainage dans le secteur Canton.

Le partage de la facture pour ce type de travaux est un sujet sensible dans le secteur Canton. À preuve, les coûts associés au projet de réfection de la rue Saint-Hubert Nord avaient soulevé la grogne des résidants au printemps 2016.

Non seulement les citoyens en avaient contre l'aménagement d'une piste multifonctionnelle dans leur rue, mais plusieurs d'entre eux avaient dénoncé devoir payer à nouveau pour des travaux de drainage dans le cadre de la réfection de l'artère, même s'ils avaient déjà canalisé leurs fossés. Le projet avait finalement été mis sur la glace. 

La réfection de la rue Saint-Hubert Nord n'est pas de retour à l'agenda à court terme, mais lorsqu'elle le sera, le partage des coûts sera différent pour les citoyens, a fait valoir le maire Pascal Bonin, lundi soir, lors d'une séance extraordinaire du conseil.

En vertu de la nouvelle politique de répartition des coûts, si les riverains ont déjà procédé à des travaux de canalisation de fossés, aucun coût supplémentaire ne leur sera réclamé. Mais, si aucune opération de ce type n'a été réalisée, ce sera aux citoyens concernés d'en assumer la facture.

Le tarif a été fixé à 175 $ du mètre linéaire de façade, précise le directeur général de la Ville, Michel Pinault.

Pas partout

Les travaux de réhabilitation structurale de la chaussée et de drainage dans les rues de Trois-Rivières et de Tracy entraînent pour leur part une dépense et un emprunt de 807 000 $. Comme la majorité des résidants du secteur avaient déjà fait des travaux de drainage, la part des riverains n'est pas très élevée dans ce projet. Elle totalise 33 350 $, selon Michel Pinault.

Ces travaux nécessitant un emprunt à l'ensemble de la Ville, un registre sera par ailleurs ouvert à l'hôtel de ville les 20 et 21 juin, de 9 h à 19 h, a-t-il été précisé.

« C'est la première fois que cette politique-là se met vraiment en action dans un projet. Et elle est acceptée par les citoyens. (...) Il fallait trouver une façon de faire, laisse tomber le maire Bonin. Je pense qu'on va arriver à régler des problèmes qu'on traîne depuis longtemps. Ce n'est pas juste un problème d'infrastructures de rue, mais aussi de ruissellement des eaux pluviales. Et avec les changements climatiques, ça s'accélère. Il fallait faire quelque chose. On offre un service de plus, on ramasse l'eau pluviale. »

Les rues du secteur Canton ne seront pas toutes canalisées de façon systématique, prévient cependant Pascal Bonin. « On a fait le 9e rang. Il y avait des fossés. Il n'y avait pas de problème de drainage », cite-t-il en exemple. 

« S'il n'y a pas de problématique, on ne le fera pas (la canalisation) pour le plaisir de le faire. Mais c'est sûr que quand on regarde la rue Saint-Hubert et la façon dont elle est faite, on n'aura pas le choix. Chaque cas va être différent », ajoute le maire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer