Plus de 1 M$ investis au camping Caravelle

« La magie est revenue sur le camping », note... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

« La magie est revenue sur le camping », note Claudia Lavallée, nouvelle gérante du camping Caravelle, à Sainte-Sabine.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Sainte-Sabine) Critiquée il y a deux ans par les saisonniers, la nouvelle administration du camping Caravelle, à Sainte-Sabine, a pris le taureau par les cornes. Parkbridge a investi plus d'un million de dollars pour résoudre les différents problèmes relevés par les campeurs. Et le compteur continue de tourner.

Des problèmes d'eau potable, de bloc sanitaire, de gestion et de loisirs avaient été évoqués par des saisonniers dans un article de La Voix de l'Est paru en juin 2015. Découragés devant la situation, certains avaient même remballé leurs affaires. Depuis, la gestion du camping a été confiée à Claudia Lavallée, et le portrait du camping est bien différent aujourd'hui.

La piscine avait été changée avant son arrivée en poste, mais les plus importantes améliorations ont été réalisées en 2016 - elle avait 19 projets spéciaux dans ses cartons -, à commencer par la construction d'une nouvelle usine de traitement d'eau. « C'est pareil que dans une municipalité, mais à petite échelle, explique Gabriel Nadon, superviseur de la maintenance. On est autonome, c'est testé, vérifié, analysé. On doit tenir des registres. Le ministère nous supervise, mais on est formé pour opérer l'usine. »

Cet investissement de 328 000 $ permet de prendre désormais un verre d'eau translucide et potable, alors qu'il y a deux ans, l'eau devenait brune et ferreuse rapidement. Mais ça ne s'arrête pas là.

« Un mini Pointe-Calumet »

« Il n'y avait rien pour les enfants », souligne Mme Lavallée, en entrevue au volant d'une voiturette de golf. À côté de la piscine se trouvent maintenant les nouveaux jeux d'eau imaginés par la gestionnaire.

« Je voulais un mini Pointe-Calumet dans ma cour. On s'appelle Caravelle, qui est un bateau, donc je suis partie de ce concept. On a investi 100 000 $ juste pour ce jeu d'eau. Il a été pensé pour tous les âges. J'ai des petits jeux d'eau pour les poupons, et ça va jusqu'à 12 ans. Il y a aussi un brumisateur pour les adultes qui veulent seulement se rafraîchir. »

Un trampoline géant - un « jumping pellow » chargé d'air - a aussi trouvé sa place sur l'ancien terrain de baseball, inutilisé depuis des années. Mme Lavallée envisage d'acheter un jeu de cette envergure par année afin de transformer le terrain en un véritable lieu multisports. Celui de 2017 ? C'est un secret, dit-elle.

Le centre communautaire, désuet, est aussi en voie d'être remplacé. À l'automne, le centre sera démoli et, au printemps 2018, il sera reconstruit sur un seul étage selon les normes de l'entreprise et la signature de Caravelle. En attendant, un immense chapiteau a été installé pour que se tiennent les activités sociales.

Claudia Lavallée affirme qu'en 2016, le sentiment d'appartenance au camping était de retour avec, pour preuve, un grand coroplaste signé par les campeurs lors d'une grande fête.

« C'est un camping qui était un peu vieillot, mais on est en train de lui redonner la réputation qu'il avait avant. La magie est revenue sur le camping, constate-t-elle. Il est en train de retrouver son air d'antan. »

Autre preuve : « L'an passé, de nouveaux saisonniers sont arrivés, ils ont vécu et vu le changement. Cette année, on approche de la trentaine de nouveaux saisonniers et, pour les trois quarts, ce sont des références à l'interne. Les saisonniers sont les meilleurs ambassadeurs. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer