Diane Perron songe à la mairie de Bromont

Conseillère municipale depuis 2009, Diane Perron (notre photo)... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Conseillère municipale depuis 2009, Diane Perron (notre photo) songe à prendre la relève de Pauline Quinlan à la mairie.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) À quelques mois des élections générales prévues en novembre, le portrait d'une éventuelle course à la mairie se dessine à Bromont. En effet, la conseillère municipale Diane Perron envisage de se mesurer à son actuel collègue Louis Villeneuve, qui a dévoilé ses intentions.

Élue en 2009 dans le district 3 (Mont Brome), Diane Perron s'est graduellement familiarisée avec les rouages de l'appareil municipal. Elle songe plus que jamais à faire le grand saut pour prendre la relève de Pauline Quinlan, qui ne sollicitera pas de sixième mandat en novembre prochain. 

« Je ne pensais pas aimer la politique municipale autant que ça. J'ai appris beaucoup au cours des dernières années. Je crois que je suis prête à relever un défi comme la mairie. En ce moment, je réfléchis parce que c'est une décision importante. Si j'y vais, je serai là à 100 % », a-t-elle imagé.

L'idée de briguer les suffrages à la mairie ne date pas d'hier. En novembre dernier, Diane Perron avait indiqué en entrevue qu'elle souhaitait à nouveau représenter les gens de son quartier, reportant possiblement à une élection ultérieure le fait de se porter candidate à l'échelon supérieur. « Plusieurs personnes m'ont approchée pour que je me présente à la mairie. Mais c'est une grosse charge de travail et je vais laisser la place à d'autres. D'un autre côté, j'aime m'impliquer dans ma communauté comme conseillère municipale. Je peux contribuer à faire avancer des dossiers importants pour les gens que je représente », avait-elle mentionné.

La principale intéressée a toutefois revu sa position au cours des dernières semaines. « L'intérêt pour la mairie a toujours été présent chez moi. Je sens l'appui de la communauté et ma famille est derrière moi. [La mairie] serait une continuité de ce que je fais comme conseillère. Je ne pourrai pas chausser les souliers de Mme Quinlan, mais je veux faire les choses à ma façon, en mettant ma couleur. »

Amalgame

Se disant « rassembleuse », Diane Perron estime avoir plusieurs autres atouts incontournables pour devenir mairesse de Bromont. « Je suis une personne disponible. Une femme de coeur. Je me sens très interpellée par chacun des dossiers municipaux. Et je suis surtout à l'écoute de l'ensemble des besoins de la population. En fait, ce qui me passionne avant tout en politique, c'est le contact avec les gens, un à un. Ça me permet de m'imprégner de leurs préoccupations. »

En ce sens, Mme Perron siège au sein de plusieurs organisations : elle est notamment impliquée dans le comité consultatif d'urbanisme (CCU) ainsi que celui du jumelage entre Bromont et Cabourg. Elle chapeaute également les dossiers culturels, artistiques, patrimoniaux et relevant de la bibliothèque. De plus, elle fait partie des conseils d'administration de la Fondation du maire de Bromont puis de la Régie aéroportuaire des Cantons-de-l'Est.

En ce qui concerne le développement de Bromont, Mme Perron envisage un éventuel mandat à la mairie comme une « suite logique » du travail amorcé au cours des dernières années. Par ailleurs, loin d'elle l'idée de freiner l'essor de la municipalité, a-t-elle tenu à souligner. 

« Je ne suis pas contre le développement résidentiel et commercial parce que je fais partie du CCU. On ne peut pas penser qu'on va rester environ 10 000 habitants pour toujours. Il y a simplement une façon d'encadrer la façon dont la ville se développe. On peut faire des interconnexions dans plusieurs volets municipaux. La culture peut être intégrée à l'aménagement du territoire pour favoriser l'émergence d'événements, a-t-elle cité en exemple. Il ne faut pas travailler en silo. [...] Bromont est une superbe municipalité, dynamique. Son potentiel est énorme, au plan touristique, des affaires, mais aussi comme milieu de vie. »

Diane Perron devrait faire connaître le fruit de sa réflexion au cours des semaines à venir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer