La saison des pianos publics est ouverte à Granby

Valérie Brodeur et Jean-Olivier Grégoire-Fillion de Vie culturelle... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Valérie Brodeur et Jean-Olivier Grégoire-Fillion de Vie culturelle et communautaire de Granby ont présenté le piano qui trônera tout l'été devant la bibliothèque municipale.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Ne soyez pas surpris d'entendre des airs de piano résonner un peu partout à Granby cet été. Avec neuf instruments installés dans autant de lieux publics, il y a de fortes chances que quelqu'un, quelque part, s'y assoie pour pianoter un air ou deux.

Pour ce troisième été en musique, on a ajouté deux pianos de plus que l'an dernier. Tous donnés par des citoyens, accordés et transformés­ par des artistes locaux. 

Le lancement de la saison estivale, lundi matin, s'est d'ailleurs déroulé devant la bibliothèque Paul-O.-Trépanier, où trône désormais un magnifique piano public. Peint en rouge et orné de vrais bouquins, l'instrument est l'oeuvre de l'artiste Patrick Verrier et s'intègre parfaitement­ à son contexte. 

C'est d'ailleurs ce que les responsables de Vie culturelle et communautaire (VCC) de Granby tentent de faire pour chacun. Celui du Zoo affiche des motifs animaliers, celui installé près de la Casa du spaghetti a des allures italiennes... Leur apparence unique fait d'ailleurs dire au chargé de projet Jean-Olivier­ Grégoire-Fillion que les neuf pianos publics forment un véritable petit circuit à visiter. 

« Les lieux s'aménagent pour recevoir les pianos. Ils sont là pour rester et font partie du décor de la ville », indique-t-il, en faisant remarquer qu'on arrive « à faire beaucoup avec peu ». 

Outre la bibliothèque, on les trouve à l'extérieur aux endroits suivants : à l'église Notre-Dame, à l'église St-George, à la place Johnson­, au Zoo de Granby, au parc Pelletier et au potager communautaire du centre communautaire Saint-Benoît. À l'intérieur, il est possible de les voir - et de les entendre - au Centre d'exposition en arts visuels Boréart et au pavillon Roger-Bédard du parc Daniel-Johnson. 

Si l'on se fie aux réseaux sociaux et au bouche-à-oreille, les pianos semblent plaire aux musiciens et aux spectateurs. À ce jour, ils ont aussi été à l'origine de moments d'émotion, comme des retrouvailles inattendues entre deux vieux amis, un duo improvisé entre un pianiste et un itinérant et une réunion familiale spontanée en hommage à un proche décédé... 

« Il y a eu de belles histoires... », confirme M. Grégoire-Fillion. 

Plusieurs activités 

Toute une programmation « pianos­ publics » sera offerte aux Granbyens cet été. Les mardis à 19 h, les musiciens sont invités à apporter leur instrument pour « jammer » autour du piano du parc Pelletier­ ; les mercredis midi, l'école de chant Cantabilé­ se produira autour du piano de l'église Notre-Dame ; et les jeudis à 18 h 30, le piano de l'église St-George accueillera des artistes connus - dont Élizabeth­ Blouin-Brathwaite, Édouard Lagacé, Sandy Grenier et Vanessa Borduas - qui poursuivront ensuite la soirée au Pub McIntosh.

À ces rendez-vous hebdo­madaires s'ajouteront trois événements ponctuels. Le vendredi 14 juillet à 18 h 30, au piano de l'église St-George, la musique accompagnera une prestation de ballet en plein air, et le dimanche 13 août à 14 h, le piano de la bibliothèque recevra les conteurs Les Prétendants.

Finalement, tous les pianos publics du Québec se mettront au diapason, le jeudi 24 août à midi, pour interpréter en choeur la pièce Montréal d'Ariane Moffatt.

« On veut que les citoyens s'approprient les pianos. La saison est ouverte ! », lance Jean-Olivier Grégoire-Fillion.

Davantage de pianos

Par ailleurs, l'ajout d'autres pianos­ dans les prochaines années est tout à fait possible, indique-t-il, mais pas à n'importe quelles conditions. « On veut bien le faire. Un autre est déjà prêt et il est très cool, mais on veut trouver le milieu pour en prendre soin », dit-il, en rappelant qu'il importe, par exemple, que les gens à proximité couvrent les pianos de leur housse afin de les protéger de la pluie. 

Aux anges gardiens qui y voient déjà se grefferont cet été les jeunes de la Barak au boulot, qui feront la tournée des pianos pour s'assurer de leur bon état.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer