«Nadine, c'est un méga rayon de soleil»

Nadine Al Hasan (au centre), jeune Syrienne établie... (fournie)

Agrandir

Nadine Al Hasan (au centre), jeune Syrienne établie à Granby, sera en entrevue avec Alain Dumas durant le Téléthon Enfant Soleil dimanche, à 16h24. Elle est ici accompagnée par Fatma Ghellal, de l'organisme SERY.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) « C'est la première fois que le Téléthon Opération Enfant Soleil va accueillir un enfant qui a fui la guerre. » Alain Dumas recevra Nadine Al Hasan, une Syrienne établie à Granby, en entrevue dimanche, à 16 h 24.

« Nadine, c'est un méga rayon de soleil et je pense qu'elle est une bonne ambassadrice pour les réfugiés », croit M. Dumas. L'animateur a eu l'occasion de la rencontrer dans le cadre de l'enregistrement de la chanson On n'a pas tous les Noëls qu'on veut. Il a été touché par son histoire et par sa force. 

Nadine est âgée de 7 ans, mais elle est beaucoup plus petite que les enfants de son âge. La raison ? Elle est atteinte d'un dysfonctionnement important du foie et de la rate, la bêta-thalassémie majeure, une maladie propre à la région près de la mer Méditerranée, explique Bianca Lavoie, coordonnatrice bénévolat et socioculturel à SERY. 

Cette forme d'anémie génétique et héréditaire provoque un ralentissement de la croissance, réduit l'espérance de vie et nécessite une transfusion sanguine­ tous les 25 jours. 

« Même dans la fuite, le papa a dû faire des pieds et des mains pour maintenir sa fille en vie parce que les transfusions lui sauvent la vie, raconte Mme Lavoie. Elle est allophone et ses parents n'ont pas de voiture. SERY joue un rôle important pour le transport à l'hôpital. »

La petite reçoit ses transfusions sanguines à Sherbrooke, au CHUS-Fleurimont. À l'occasion, elle doit aussi se rendre à l'hôpital Sainte-Justine, à Montréal, pour des examens. 

Sa mère a donné naissance à une autre petite fille, à Granby­, atteinte elle aussi de cette maladie­ incurable. 

Nadine est un peu nerveuse à deux jours de l'entrevue en direct au Téléthon Enfant Soleil, mais « tu vois qu'elle a vécu beaucoup de choses, confie Mme Lavoie. C'est une force tranquille. »

Tout a été fait pour qu'elle oublie sa nervosité et qu'elle profite pleinement du moment. Ainsi, jeudi, Mme Lavoie, Nadine et Fatma Ghellal, intervenante en intégration scolaire et interprète, ont magasiné la robe de princesse de la jeune fille et ses sandales pour le téléthon. Une visite à l'Aquarium de Québec est aussi au programme. 

Nouvelle réalité

Nadine Al Hasan fera partie des douze enfants qui seront interviewés par Alain Dumas durant le téléthon, une « partie très intense » de ce marathon télévisuel. M. Dumas a eu l'occasion de visiter le CHUS dans les derniers mois et de réaliser à quel point l'arrivée de réfugiés syriens a changé la dynamique pour les médecins, confrontés à de nouvelles réalités. La maladie de Nadine en est un exemple. Il tentera de sensibiliser les Québécois­ à cette réalité, expose-t-il.

En acceptant d'accueillir des réfugiés au Québec, il faut aussi accepter de les aider. C'est le message qui devrait ressortir de la courte entrevue qui sera réalisée à l'heure de grande écoute, dimanche. 

Pour que ce message passe bien et que la relation avec l'interprète soit fluide, M. Dumas a fait une préentrevue avec Nadine et Mme Ghellal. C'est la deuxième fois qu'il procède de la sorte. 

« Quand je suis allé à son école, à Granby, et qu'elle m'a vu dans le corridor, elle a couru pour me sauter dans les bras, raconte l'animateur. Tu ne peux pas savoir ce que ça représente pour moi, c'est l'humanité la plus grande qu'on peut connaître au Québec. »

À travers cette démarche, Bianca­ Lavoie entretient deux rêves. Le premier, le plus gros, est qu'il y ait les équipements héma pédiatriques à Granby pour que les enfants, qu'ils soient Québécois ou d'une autre nationalité, puissent recevoir des trans­fusions sanguines sans avoir à se déplacer à Sherbrooke. 

Son deuxième, plus modeste, serait que SERY puisse avoir un véhicule lettré au nom de l'organisme pour faire les transports à l'hôpital sans devoir utiliser les voitures des bénévoles.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer