Desjardins soutient le Parc des sommets de Bromont

Le président du C.A. de la Caisse Desjardins... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le président du C.A. de la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, André Moïse

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) L'équipe qui pilote la campagne de financement du Parc des sommets de Bromont vient de décrocher de nouveaux alliés de premier plan. En effet, les Caisses Desjardins de Granby-Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi s'unissent conjointement à la cause. En ce sens, les deux organisations ont fait savoir vendredi qu'elles doubleront les dons de leurs membres pour le projet d'aire protégée jusqu'à concurrence de 50 000 $.

« Desjardins est là pour appuyer ses membres. Ils croient au Parc des sommets, alors on embarque. Le projet est beau, il vise la protection de l'environnement et il cadre avec les valeurs économiques et sociales cohérentes à notre mission. C'est un fit parfait. J'espère que [notre annonce] sera une bougie d'allumage », a indiqué en entrevue le président du conseil d'administration de la Caisse Desjardins­ de Granby-Haute-Yamaska, André Moïse.  

En fait, l'organisation doublera la somme consentie par les épargnants (particuliers) jusqu'à un maximum de 1000 $. La date butoir de la campagne est le 31 décembre 2017.

Les deux institutions financières de la région n'ont toutefois pas statué à savoir si les dons de membres Desjardins effectués avant le 26 mai seront éligibles. « On va en discuter. On n'avait pas brassé cette question. Mais une chose est certaine, on veut faire en sorte d'atteindre notre objectif », a mentionné M. Moïse.

L'enthousiasme était généralisé au sein de la troupe qui chapeaute la collecte de fonds. « Le fait que Desjardins endosse le projet va nous permettre de garder le momentum. On sent vraiment une fébrilité dans la population et chez les gens d'affaires à propos du futur parc », a confié Robert Désourdy, militant de la première heure pour le projet de parc protégé, en marge de l'annonce qui s'est déroulée dans le hall de l'aréna de Bromont.

Les commentaires de l'ex-président de Protégeons Bromont et conseiller municipal Louis Villeneuve­ allaient dans le même sens. « J'ai porté ce dossier à mon arrivée à l'hôtel de ville, a-t-il dit. Je suis très heureux de voir qu'un projet aussi important est en voie de se concrétiser. »

« C'est une excellente nouvelle. Avec une annonce comme celle-là, je pense que les gens qui hésitaient à donner vont se manifester. C'est un geste inspirant et courageux de Desjardins et j'espère qu'il sera reproduit par d'autres organisations », a pour sa part mentionné l'actuel président de Protégeons Bromont, Bertrand Lussier.

Aide gouvernementale dans la mire

Le projet de parc de 150 hectares prévoit que 7,25 millions seront versés à Bromont Immobilier, présidé par Charles Désourdy, pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8. À cela s'ajoute une série de sentiers. La somme globale à amasser s'élève à 8,25 millions en raison des taxes de vente applicables puis de la création d'un fonds de gestion pour la protection à long terme. Si la cible est atteinte avant le 1er février 2018, l'intégralité du territoire sera convertie en parc, empêchant tout projet domiciliaire de voir le jour. Après cette date butoir, le promoteur pourrait toutefois y construire 27 demeures.

À ce jour, les partenaires dans cette initiative, soit Protégeons Bromont, la Société de conservation du mont Brome, Corridor Appalachien, les Amis des sentiers de Bromont et Conservation de la nature Canada, ont recueilli près de 620 000 $ en dons privés et en engagements. Tous les fonds sont placés en fiducie.

Le groupe souhaite recevoir 3,5 millions de Québec et un million d'Ottawa. Une demande de subvention avoisinant 2,7 millions doit par ailleurs être déposée sous peu par les partenaires du projet auprès du ministère du Tourisme.

De son côté, Bromont s'est engagée à contribuer à hauteur de 2,75 millions pour la réalisation de l'aire protégée.

La balle est maintenant dans le camp des instances gouvernementales, a fait valoir Pierre Vinet, membre de l'exécutif de la campagne de financement. « Alors que le gouvernement a donné clairement la priorité à la protection des [collines] Montérégiennes et que le massif du mont Brome est l'une des moins bien protégées [parmi elles], je ne vois pas comment [Québec] ne ferait pas un geste pour utiliser la dernière opportunité que nous avons d'éviter que cette forêt intégrale ne fasse l'objet d'un [projet] domiciliaire en son plein centre, à deux pas d'un écosystème forestier jugé exceptionnel. » 

La mairesse de Bromont, Pauline­ Quinlan abonde dans le même sens. « Quand on va frapper à la porte du gouvernement et qu'on dit [que le projet est soutenu par] la Ville, des organismes et des citoyens, je peux vous dire que ça porte, a-t-elle dit en point de presse. Et quand Desjardins est avec nous, ça retient encore plus l'attention. »

Il est possible de faire des dons en ligne à conservationdelanature.ca/bromont-dons.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer