Franc succès pour un projet en santé mentale

Sabrina Dufour, orthopédagogue, Lucie Bégin, vice-présidente régionale de... (Alain Dion)

Agrandir

Sabrina Dufour, orthopédagogue, Lucie Bégin, vice-présidente régionale de RBC, Suzanne Surette, directrice générale de la Fondation du CHG et Johanne Fleurant, directrice adjointe au programme jeunesse du CIUSSS de l'Estrie.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) La technologie pour orchestrer ses neurones. Voici en quelques mots l'ADN du projet-pilote auquel des jeunes de 12 à 16 ans ayant des troubles du déficit d'attention avec hyperactivité (TDAH) ou le syndrome Gilles de la Tourette (SGT) ont pris part au cours des derniers mois. Les résultats de cette initiative, menée de concert avec la clinique de pédopsychiatrie de Granby, ont été si probants qu'une seconde cohorte verra le jour sous peu.

La première mouture du projet de «rééducation des fonctions fondamentales exécutives», communément appelé REFLEX, s'est échelonnée sur 12 semaines dès janvier dernier. Celle-ci a pu voir le jour grâce au soutien de la Fondation du Centre hospitalier de Granby (CHG), par le biais d'un don de 20 000$ de RBC Banque Royale. «Je suis très heureuse que les médecins aient compris l'essence même de ce qu'on proposait en nous référant des jeunes qui avaient grandement besoin de ce genre de service. Je savais que le potentiel était bien présent, mais les résultats obtenus avec les participants sont au-delà de mes attentes», a indiqué en entrevue l'orthopédagogue Sabrina Dufour, qui chapeaute cette initiative novatrice en santé mentale.

Les séances «sur-mesure» auxquelles ont pris part trois adolescents s'articule principalement autour d'outils technologiques leur permettant d'améliorer plusieurs sphères de leur vie, allant de leur sommeil, en passant par leur alimentation ainsi que la gestion de priorités ainsi que l'organisation de leur apprentissage. «Les jeunes s'identifient beaucoup à la technologie. C'est une façon de les accrocher. Ils se sentent interpellés. Moi, je les oriente dans l'apprentissage à leur rythme. Ce sont des outils dont ils disposeront pour teoute leur vie», a fait valoir Mme Dufour.

La prochaine cohorte sera lancée en juin. Elle sera scindée en deux groupes de trois jeunes, soit un de filles puis un de garçons.

Tous les détails dans La Voix de l'Est mercredi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer