Plaidoyer pour plus d'humanité

Nancy Melanson, porte-parole du Collectif de défense des... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Nancy Melanson, porte-parole du Collectif de défense des droits de la Montérégie.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Ils étaient peu nombreux, mais présents au nom de tous ceux dont les droits ont été bafoués depuis nombre d'années. Ils réclament un traitement plus humain pour les patients des hôpitaux québécois et l'abolition de certaines mesures de contrôle.

La manifestation avait pour thème « Attachés... à nos... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

La manifestation avait pour thème « Attachés... à nos droits! ». Les participants arboraient un ruban blanc sur lequel était apposée une attache de type « tie wrap », pour représenter à la fois la violence et les contentions mécaniques auxquelles sont soumises des centaines de personnes chaque année.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Le Collectif de défense des droits de la Montérégie (CDDM) a décrété le 15 mai comme étant la Journée nationale « Non aux mesures de contrôle » pour souligner la victoire de Lise Brouard et d'une trentaine d'autres requérants qui, il y a eu deux ans jour pour jour, lundi, en sont venus avec une entente hors cour de plus d'un demi-million de dollars avec l'Hôpital du Suroît, qui les avaient soumis à de telles mesures. 

Selon la Loi sur les services de santé et les services sociaux, celles-ci peuvent être administrées sous la forme de contentions diverses, des mesures d'isolement, l'administration de substances chimiques, de même que la surveillance étroite et constante. Les employés des hôpitaux ont recours à ces méthodes notamment pour diminuer les risques de chute, pour contrôler l'agressivité d'un patient ou pour empêcher l'extubation des personnes traitées aux soins intensifs.

De plus, cette même loi stipule que de telles méthodes ne doivent être appliquées que lors de circonstances « exceptionnelles ». Or, le nombre d'interventions a explosé depuis trois ans à l'Hôpital de Granby. « Avec ces chiffres-là (voir encadré), comment peut-on parler de circonstances exceptionnelles ? » demande Nancy Melanson, porte-parole du CDDM.

Expérience traumatisante

Présent pour soutenir les manifestants, Georges (nom fictif) a lui-même subi des mesures de contrôle lors d'un épisode d'hospitalisation. « J'ai été mis en isolement, témoigne-t-il. Parfois, on m'attachait assez serré, couché sur un lit. Si tu as besoin d'aller aux toilettes, ils ne viennent pas. Ils vont attendre que tu te calmes. C'était comme ça à répétition. »

« Je ne me sentais pas respecté, ajoute l'homme. Ils ont essayé toutes sortes de médications, et ils s'assuraient qu'on avait bien avalé les pilules. On n'avait pas d'autre choix, même si les patients sont dans leur droit de refuser la médication. Mais on a vite appris que si on le fait, on en subit les conséquences. »

Bien qu'ils n'aient pas assisté aux rassemblements, plusieurs membres du personnel des hôpitaux de la région soutiennent la cause du CDDM, allègue Mme Melanson. « On reçoit à l'occasion des témoignages d'infirmières et de préposés, comme on en reçoit de la part de proches de personnes hospitalisées, relève-t-elle. Être déshabillé ou se faire mettre une couche de force, par exemple, ça peut être traumatisant pour quelqu'un qui le subit, mais aussi pour les personnes qui doivent le faire. » 

« Rien n'a changé »

Or, si la Journée nationale « Non aux mesures de contrôle » n'existe que depuis l'an dernier, les revendications de ceux qui y prennent part, elles, datent de beaucoup plus longtemps.

Les participants à la manifestation souhaitent entre autres faire reconnaître les droits des personnes et la cessation des mesures d'isolement et de contention, qu'ils jugent abusives. La CDDM exige que celles-ci soient remplacées par d'autres méthodes, plus humaines et thérapeutiques, basées sur l'écoute et le respect du patient. Cet objectif pourrait être atteint notamment par de la formation continue pour les intervenants et l'implication des patients lorsque des décisions qui les concernent sont prises.

« Rien n'a changé, déplore Mme Melanson. Un plan d'action et des orientations ministériels, qui datent de 2002, font état d'une volonté d'avoir un outil standardisé pour les mesures de contention. (...) On parlait même de les éliminer, mais malgré la bonne volonté, on n'a pas eu de changement. »

Mme Melanson déplore également une difficulté d'obtenir des données précises sur l'application de ces méthodes controversées. « Quand on demande des chiffres, on nous les donne, mais ce qu'on reçoit ne nous permet pas de tirer des constats ou d'en dégager des tendances. C'est un peu chaotique », note-t-elle. Par exemple, les statistiques pour la dernière année complète (2016-2017) ne mentionnent plus les départements dans lesquelles les mesures ont été appliquées.

Cette année, la manifestation, qui s'est tenue à nouveau à l'angle de la rue Paré et du boulevard Leclerc, de même que devant les hôpitaux de Saint-Hyacinthe, Longueuil et Valleyfield, avait pour thème « Attachés... à nos droits! ». Les participants arboraient un ruban blanc sur lequel est apposée une attache de type « tie wrap », pour représenter à la fois la violence et les contentions mécaniques auxquelles sont soumises des centaines de personnes chaque année.

En chiffres

2014-2015

29 personnes ont subi une forme de contention (mesure de contrôle) ;

Aucun patient n'a été placé en isolement ;

79 patients ont été placés sous surveillance étroite.

2015-2016

144 individus ont été ciblés par une mesure de contrôle ;

Quatre personnes ont été placées en isolement ;

396 personnes ont été placées sous surveillance étroite.

2016-2017

Des mesures de contrôle ont été appliquées à 103 patients ;

Un total de 14 personnes ont été placées en isolement ;

La donnée concernant la surveillance étroite des patients n'a pas été dévoilée.

Source : données obtenues auprès du CIUSSS de l'Estrie-CHUS par le Collectif de défense des droits de la Montérégie




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer