Il était une fois... À auteur d'enfant

Il y avait de la magie dans l'air... (Julie Catudal)

Agrandir

Il y avait de la magie dans l'air à la bibliothèque de Dunham, samedi, dans le cadre d'À auteur d'enfant.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Dunham) Il y avait de la magie dans l'air à la bibliothèque de Dunham, samedi. Les fruits de l'imagination des enfants ont été couchés sur papier grâce au talent de 17 dessinateurs dans le cadre d'À auteur d'enfant.

L'histoire imaginée par Jasmine, 5 ans, a été... (Julie Catudal) - image 1.0

Agrandir

L'histoire imaginée par Jasmine, 5 ans, a été illustrée par Garnotte, caricaturiste au Devoir.

Julie Catudal

Certains arrivaient avec leur histoire déjà écrite. D'autres ont eu l'aide d'une équipe de correcteurs, dont l'auteure Danielle Malenfant­, pour mettre en mots leurs idées. Un lien précieux s'est créé entre le jeune auteur, l'équipe de rédacteurs­ et les illustrateurs. 

« Dès que la petite fille voit le dessinateur dessiner la princesse qu'elle a imaginée, l'échange se fait tout de suite et le dessinateur devient un ami. Ça discute, ça échange », raconte avec entrain Stéphane Lemardelé, qui a amené ce concept au Québec. 

« On n'a pas le droit de dépasser les lignes, prévient l'artiste. Les enfants se permettent de nous donner des directives qui sont merveilleuses. Pour nous, c'est un bonheur. »

Le centre d'art, situé dans la bibliothèque, s'est transformé en une bulle dans laquelle les parents n'étaient pas admis pour ne pas interférer dans cette relation privilégiée avec l'illustrateur. « On a vu des parents avoir une emprise énorme sur l'enfant. Je me rappelle une petite fille qui chuchotait et la mère en arrière qui disait "mais parle plus fort", raconte-t-il en riant. Il y a deux semaines, on l'a fait en Outaouais et je dessinais des boules de crème glacée. Je demande à l'enfant de quelle couleur est la crème glacée. Elle me regarde, elle regarde sa maman, et sa mère dit qu'elle est marron. Mais pourquoi ce n'est pas la petite fille qui dit la couleur ? »

L'édition présentée dans le cadre des 150 ans de Dunham était la première durant laquelle les parents observaient à distance. 

Publiés

Entre 40 et 50 enfants ont participé à l'activité et verront leur histoire publiée dans un livre, qui sera lancé le 17 juin à 17 h à la bibliothèque de Dunham dans le cadre de l'inauguration du nouveau circuit­ patrimonial. 

« L'idée est que l'enfant reparte tout de suite avec son histoire qu'il a écrite et avec le dessin. Les enfants repartent avec des signatures, avec des dessins d'illustrateurs qui sont vraiment hors pair, glisse M. Lemardelé avec une légère pointe d'envie. Là, cette année, on a vraiment un choix extraordinaire. On a une palette de dessinateurs... », dit-il en portant les doigts à sa bouche en signe d'appréciation. 

Il faut avouer que les dessins sont magnifiques. La Voix de l'Est a eu l'occasion de voir la brochette d'illustrateurs au travail et de véritables oeuvres d'art sont sorties de cette fusion entre le talent d'artistes illustrateurs et l'imagination des enfants. 

« L'imaginaire des enfants est incroyable ! Le truc, c'est de leur montrer que ce qu'ils apprennent à l'école peut leur servir à l'extérieur de l'école. Puis c'est de lui dire que ce qu'il a dans la tête, ça nous intéresse, c'est important et c'est certainement de grande valeur, au point qu'on peut en faire un livre. »

Celui-ci devient un livre de chevet pour les enfants, qu'ils aient participé ou non à l'activité À auteur d'enfant.

À auteur d'enfant a été lancé à Sutton­ en 2011 par Stéphane Lemardelé­, qui s'est inspiré de la démarche d'un ami en Catalogne. Le concept a été adapté et il en est déjà à sa 9e édition. M. Lemardelé est allé propager la magie à Waterloo en 2015 - ce fut la plus grosse édition -, à Cowansville­, à Sutton à trois reprises, à Val-d'Or, en Gaspésie et à Val-des-Monts il y a deux semaines.

Garnotte a mis de côté les politiciens pour... (Julie Catudal) - image 2.0

Agrandir

Garnotte a mis de côté les politiciens pour dessiner, le temps d'une journée, le fruit de l'imagination des enfants.

Julie Catudal

«C'est rafraîchissant» - Garnotte

C'est l'histoire d'une chatte bleue à taches roses qui s'appelle Marguerite. Elle rencontre la tortue Tourbillon à la bibliothèque. Ensemble, elles visitent un château avec, comme guide, une licorne. Leur quête pour trouver l'ami Lapinot ne sera toutefois pas complétée. L'histoire de Jasmine, cinq ans, pourrait donc avoir un deuxième tome. 

Garnotte avait pour mandat d'illustrer le conte de cette jeune fille de Sutton. Un mandat qu'il a accepté avec un grand bonheur. 

L'expérience a replongé le caricaturiste du Devoir dans le passé. « J'ai déjà fait de la BD, beaucoup même, dans une autre vie, confie-t-il. J'ai fait des livres pour enfants, ce qui fait que je ne suis pas complètement perdu là dedans. J'ai toujours aimé ça, dessiner tout court. Jasmine est charmante et tu as vu cette histoire, c'est écrit avec application ! »

Jasmine est la première jeune auteure à s'être assise devant lui, samedi. Garnotte s'est appliqué à dessiner le château et tous les personnages de l'histoire avec moult détails. « Je suis surpris, je ne m'attendais à rien du tout et je suis tombé sur son histoire où il y a plein de personnages rigolos ! Dans l'actualité, il y a parfois des personnages un peu loufoques aussi. Mais ici, c'est plus rafraîchissant. »

La licorne de son dessin n'était pas la seule à avoir des étoiles de magie autour d'elle. Les yeux du caricaturiste brillaient de plaisir, comme ceux de ses camarades illustrateurs. Quant à Jasmine, elle resplendissait de fierté.

La créatrice de dessins animés Tali en était quant à elle à sa troisième participation. Et la journée avait commencé en la projetant hors de sa zone de confort. « Ça m'amène à dessiner des affaires que j'ai jamais dessinées. Dans l'histoire de la petite fille, il y  a un puma et je n'ai jamais dessiné ça, un puma ! dit-elle, concentrée à tracer les traits de l'animal. »

Deux jeunes de 16 ans, Maryka Charbonneau et Nicolas Thibault, avaient également été invités par M. Lemardelé à participer en tant qu'illustrateurs. 

L'expérience est « enrichissante parce que ce n'est pas quelque chose qu'on fait tout le temps, remarque Nicolas Thibault. Moi, ça m'aide vraiment. Ça me dit ce que je devrais améliorer. » Cynthia Laflamme




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer