Yves Bélanger se lance

« Granby, ce n'est pas juste de l'asphalte et... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

« Granby, ce n'est pas juste de l'asphalte et du béton, c'est d'abord 66 000 personnes qui y vivent, et c'est pour ces gens-là, et avec ces gens-là que je veux travailler », a dit Yves Bélanger, aspirant maire.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Granby) Yves Bélanger a annoncé officiellement sa candidature au poste de maire aux prochaines élections municipales qui auront lieu le 5 novembre prochain. L'ex-conseiller municipal fait de l'implication citoyenne le coeur de sa campagne.

« Je fais ce choix [de me lancer dans la course à la mairie] afin de faire une différence dans le développement de notre ville, pour offrir aux citoyens un changement de ton, d'attitude et d'approche. Je vise à ce que le prochain conseil municipal permette aux citoyens de prendre une plus grande place dans les orientations de la ville », a-t-il mentionné.

« Granby, ce n'est pas juste de l'asphalte et du béton, c'est d'abord 66 000 personnes qui y vivent, et c'est pour ces gens-là, et avec ces gens-là que je veux travailler », a-t-il dit encore.

18 mois de préparation

Son annonce se fait après 18 mois de préparation, pendant lesquels M. Bélanger dit avoir échangé avec de nombreux citoyens lors de « focus groups », d'assemblées de cuisine ou de rencontres individuelles ainsi qu'avec diverses organisations.

« Des citoyens engagés, une ville innovante et prospère », telle est la vision de l'aspirant maire. Il dit notamment souhaiter créer un climat de proximité entre les élus et les citoyens. 

« Dans mes rencontres, j'ai remarqué beaucoup de méfiance et de cynisme de la part des citoyens envers leurs élus. Plusieurs se disent désabusés de leur attitude. Il faut donc rétablir le lien de confiance avec le citoyen. »

Pour ce faire, il propose la mesure concrète de diffuser sur le web les séances préparatoires des élus, afin que les citoyens soient en mesure de voir les élus débattre et qu'ils soient en mesure de mieux saisir le sens des décisions prises.

L'aspirant maire se fait également un devoir de jouer le rôle de rassembleur, invitant les citoyens, les prochains membres du conseil municipal, les fonctionnaires, les gestionnaires et les acteurs socio­économiques de la ville à travailler ensemble et à développer un nouveau modèle de concertation municipale. « Mon intention est de permettre au plus grand nombre de gens possible de se concerter, d'influencer, de proposer et de participer au développement de Granby. »

Concrètement, il annonce qu'il mettrait en place un budget participatif citoyen, « c'est-à-dire un processus démocratique par lequel les citoyens décident de la façon d'utiliser une part du budget public », précise-t-il. 

En ce qui concerne l'environ­nement, un comité d'experts serait mis sur pied afin d'orienter le conseil municipal dans ses efforts pour réduire l'empreinte écologique­ de la municipalité. 

Critique de l'administration actuelle

Quand on le questionne sur le travail réalisé par les élus actuels, Yves Bélanger mentionne notamment qu'en appliquant une plus grande rigueur administrative dans la gestion quotidienne de la ville, il éviterait l'augmentation annuelle des taxes. « Je crois que l'on doit respecter la capacité de payer des citoyens », juge-t-il.

Dans le même ordre d'idées, il critique le projet de parc aquatique de la ville. « Je souhaite la construction d'une nouvelle piscine intérieure, mais pas au coût de 34 millions $. Le train est en marche ; vous devrez assumer les taxes qui viennent avec. »

Le candidat procitoyen s'engage également à abolir les allocations de transition, qu'il juge « abusives et indécentes ». Il souligne que ces allocations sont non obligatoires, et juge que cet argent devrait plutôt être injecté dans la municipalité.

Par ailleurs, le candidat indépendant n'a pas peur d'une opposition possible des conseillers élus avec qui il devra travailler s'il devient maire. « Dix élus, c'est plus facile à convaincre que 50 000 citoyens », conclut-il. 

Pour suivre sa campagne électorale et pour être à l'affût des idées d'implication citoyenne qui seront révélées tout au long de celle-ci, il est possible de consulter la page Facebook « Yves Bélanger candidat­ à la mairie de Granby ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer