L'élection présidentielle française vue d'ici

Le nouveau président de la France, Emmanuel Macron... (AFP, Eric Feferberg)

Agrandir

Le nouveau président de la France, Emmanuel Macron

AFP, Eric Feferberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Granby) La candidate défaite Marine Le Pen n'a pas la cote auprès des Français établis dans la région, si l'on se fie aux commentaires recueillis dimanche auprès d'une dizaine d'entre eux. Le verdict à l'issue de la victoire d'Emmanuel Macron est en effet unanime : le pire a été évité.

«Je suis soulagée», avoue Anny Schneider, une herboriste... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

«Je suis soulagée», avoue Anny Schneider, une herboriste d'origine française établie à Bromont.

archives La Voix de l'Est

« Québec et Ottawa gagnent à avoir un partenaire... (Denis Germain) - image 1.1

Agrandir

« Québec et Ottawa gagnent à avoir un partenaire qui est conciliant, et pas réfractaire », juge Jean-Luc Lorry, un ancien résidant de Saint-Paul-d'Abbotsford.

Denis Germain

« C'est un soulagement. Je n'ai pas voté forcément pour Emmanuel Macron, mais bien contre Marine Lepen », confie Sophie (nom fictif), une Française de Granby habitant au Québec depuis une quarantaine d'années. 

Selon la Granbyenne, c'est ce discours qui a prédominé en ce dimanche d'élection, et samedi au Collège Stanislas de Montréal, là où les Français du Québec devaient se rendre aux urnes. « Si je me fie sur mes amis, sur ma famille en France, si je me fie aussi sur ce que j'ai entendu samedi dans les longues files d'attente pour voter, le discours dominant était : on ne vote pas pour Macron, mais bien contre Marine Le Pen. J'avais peur des dommages qu'aurait pu faire Le Pen à la France », précise-t-elle. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle s'est réinscrite sur la liste électorale pour les élections de 2017, après plusieurs années passées à ne pas voter.

Le moins pire des deux

« Choisir entre Le Pen et Macron, ça revenait un peu à choisir entre la peste et la diarrhée », compare Sophie. « Macron, qui arrivait un peu de nulle part, était finalement la seule alternative à tout ce que les Français ne voulaient pas ». 

La Granbyenne fait notamment référence aux idées protectionnistes de Le Pen et à sa fermeture sur le monde, et principalement à la volonté du Front national de retirer la France de l'Union européenne. « Le gros du débat, c'était à savoir : est-ce que tu es pro-Europe ou anti-Europe », pense-t-elle.

 Maud Salomon, une Française établie dans la région, considère pour sa part que « la France a montré qu'elle ne laisse pas place à la haine et à la peur ».

Pour Anthony (nom fictif), qui vit à Granby depuis 20 ans, le pire a été évité. « Si j'avais voté, j'aurais voté contre Le Pen. » Mais il s'est décidé trop tard. « J'ai décidé que je voterais quelques jours seulement avant les élections, et je n'ai pas eu le temps de m'inscrire sur la liste électorale et de retrouver toute la documentation nécessaire au processus », explique-t-il. Le Granbyen déplore également le fait de ne pas pouvoir voter en ligne. « Devoir se rendre à Montréal, ça peut en décourager plusieurs. »

Même scénario pour Brigitte, qui s'y est pris trop tard avec la paperasse, et n'a pas pu voter. Elle a cependant espoir en le nouvel élu. « Je suis très heureuse du résultat. Ça fait 30 ans qu'on voit les mêmes vieux croûtons dans la politique française », dit celle qui vit au Québec depuis 30 ans. « Il est jeune, mais donnons-lui la chance ». Il importe néanmoins de mentionner que c'est d'abord la peur d'une prise du pouvoir par le Front national qui l'a motivée à vouloir voter.

Dans la même lignée, Anny Schneider se réjouit de la défaite de Marine Le Pen. « Je suis soulagée. J'aurais trouvé ça pathétique que la France rentre dans le totalitarisme, l'obscurantisme et l'exclusion des êtres différents. » Résidante de Bromont, l'herboriste, qui s'est déplacée pour aller voter, mentionne également que Macron n'était pas son premier choix. « Mais vu les circonstances, c'était le meilleur choix », précise-t-elle.

Malgré le taux d'abstention de 25 %, plusieurs Français du Québec sont allés voter par peur que Marine Le Pen prenne le pouvoir. « Il y avait des Français de l'Abitibi qui se sont déplacés à Montréal pour voter, donc je pense vraiment qu'il y a eu une mobilisation des Français outre-mer contre le spectre du fascisme », dit Sophie.

Indifférence

Ceci dit, Anthony croit que plusieurs Français qui s'installent hors du pays perdent de l'intérêt pour la politique de leur mère patrie. « On s'intéresse plus à la politique du pays où l'on vit. On a un peu l'impression qu'on n'a pas notre mot à dire dans un pays où on ne vit plus ». 

Plusieurs Français interrogés par La Voix de l'Est ont en effet décidé de ne pas participer au processus électoral. « Nous, on n'a pas voté », amorce une Française préférant garder l'anonymat, qui s'exprime en son nom et en celui de son conjoint. « On vit ici, on paie nos impôts ici, et donc on vote ici. On ne veut pas influencer un vote dans un pays où on ne vit plus ». 

D'autres n'étaient pas été à l'aise de commenter, puisqu'ils n'ont pas suivi la présidentielle française. « Ça fait 17 ans que l'on vit ici. On considère le Québec comme notre terre d'accueil. On vote aux élections du Québec et du Canada, mais pas à celles de France. On n'a pas vraiment suivi la course », avoue une autre résidante. Quelques autres Français de la région ont simplement refusé de donner leur opinion politique à La Voix de l'Est.

Pour Jean-Luc Lorry, un ancien résidant de Saint-Paul-d'Abbotsford, il est important pour les citoyens français vivant à l'extérieur du pays de prendre le temps de voter. « Il y a forcément des impacts ailleurs dans le monde. Par exemple, si le Front national décidait de jouer la carte du protectionnisme, il y aurait des conséquences pour le Canada. Québec et Ottawa gagnent à avoir un partenaire qui est conciliant, et pas réfractaire ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer