Terrains en fortes pentes: un compromis bien accueilli

Propriétaire d'un terrain dans la montagne, Nadine Pépin... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Propriétaire d'un terrain dans la montagne, Nadine Pépin accueille positivement le nouveau projet de règlement de Shefford.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Shefford) Les propriétaires de terrains sur le mont Shefford devraient retrouver leur droit de construire en fortes pentes. Comme promis, les élus de la municipalité ont déposé, mardi, un nouveau projet de règlement les autorisant à le faire, mais de façon plus encadrée.

Depuis le 1er novembre 2016, il était désormais impossible d'ériger de nouvelles constructions dans les talus des lots affichant une pente de 30 % et plus. Cette nouvelle règlementation avait fait bondir une poignée de propriétaires qui voyaient ainsi leur terrain devenu inutilisable. 

Devant leurs inquiétudes, le conseil avait proposé une rencontre entre des élus, des représentants des propriétaires concernés - environ 80 -, la directrice générale et le directeur de l'urbanisme et de l'environnement de la municipalité. À l'issue de celle-ci, à la fin mars, tous semblaient avoir bon espoir d'en venir à un compromis satisfaisant. 

Le nouveau projet de règlement proposé mardi soir permet donc la construction, à condition de faire la preuve « que la zone en forte pente est la zone qui a le moins d'impact sur l'environnement », résume le directeur de l'urbanisme, Gabriel Auger. Pour ce faire, la municipalité exigera un plan et au moins deux coupes topographiques élaborés par un architecte-paysagiste, en plus des documents d'usage.

Parmi les autres modifications, on précise également qu'il sera permis de construire en utilisant comme fondation des pieux en béton ou en métal pour un maximum de 25 % de la superficie du bâtiment.

Quant aux promoteurs, M. Auger explique qu'il leur sera désormais interdit de construire des rues dans les zones en fortes pentes.

« On est allés au maximum de ce qu'on pouvait faire. Les gens ont travaillé fort », a déclaré le maire André Pontbriand, mardi, devant la salle du conseil bondée. Visiblement satisfaits, certains citoyens ont d'ailleurs applaudi l'initiative de la municipalité.

Jusqu'à son adoption finale, ces modifications au règlement de zonage devront cependant être soumises à plusieurs étapes, dont l'approbation finale par la MRC de la Haute-Yamaska. 

Une assemblée publique de consultation aura lieu à ce sujet le 23 mai prochain à 18 h 30 à l'hôtel de ville de Shefford.

Satisfaite

« Ça aurait dû être comme ça dès le début... Mais je suis très positive face à ce qui nous a été présenté. Je suis contente des résultats. Le conseil a montré une bonne ouverture », a confié Nadine Pépin au lendemain de l'assemblée municipale. Propriétaire de deux terrains en montagne avec son conjoint, la dame était aux premières loges dans ce dossier, n'hésitant pas à joindre les dizaines d'autres propriétaires pour les aviser de la situation. 

« Ça va exiger plus de papier, mais ce sera juste et clair pour tout le monde. »

Le nouveau règlement permettra aussi aux propriétaires d'avoir l'esprit en paix, ajoute-t-elle, notamment en ce qui a trait à la valeur de leurs terrains. « Autant pour ceux qui veulent se construire que pour ceux qui veulent vendre leur terrain. »

Mais tant que la MRC n'aura pas donné son aval final, Nadine Pépin ne tient rien pour acquis. Elle croise les doigts pour que les maires de la Haute-Yamaska se prononcent en faveur du nouveau règlement. « On va se réjouir quand on connaîtra le dénouement. »

Si tout se passe comme espéré, le règlement modifié pourrait être en vigueur dès juillet prochain à Shefford.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer