Intersection des rues Denison et Robinson: «C'est le Daytona 500»

Cette intersection en forme de T peut être... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Cette intersection en forme de T peut être source de confusion. Les automobilistes en provenance de la rue Robinson n'ont pas d'arrêt obligatoire à faire.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Avec sa configuration particulière, l'intersection des rues Denison et Robinson à Granby est dangereuse, dénoncent des citoyens. Ils réclament des mesures pour sécuriser le secteur. Et trois conseillers municipaux leur donnent raison.

Jean-François Guertin, Jean-Maurice Saulnier et Nicolas Bergeron ont... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Jean-François Guertin, Jean-Maurice Saulnier et Nicolas Bergeron ont réclamé la mise en place de mesures pour sécuriser l'intersection des rues Denison et Robinson.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Trois résidants de la rue Denison se sont présentés au micro, lors de la dernière séance du conseil, pour manifester leur inquiétude. Ils ont aussi déposé une pétition d'une centaine de signatures. 

Cette intersection en forme de T peut être source de confusion. Au coeur du problème : les automobilistes qui proviennent de la rue Robinson n'ont pas d'arrêt obligatoire à faire pour s'engager, que ce soit dans une direction ou dans l'autre, dans la rue Denison, tandis qu'il en va autrement pour ceux qui circulent rue Denison, une artère achalandée. 

Jean-François Guertin habite le secteur depuis deux ans. La circulation y est en augmentation ; le niveau de dangerosité aussi, dit-il. « J'ai trois enfants, dont deux qui vont à l'école. Je n'ose pas les laisser marcher pour aller à l'école, même sur le trottoir, parce que le monde tourne en fou. (...) Ma demande est simple : ça serait de faire implanter un stop (sur Robinson), de changer la signalisation ou de mettre plus de présence policière- », a-t-il déclaré.

Nicolas Bergeron et Jean-Maurice Saulnier ont également joint leur voix à celle de M. Guertin. Ils ont fait valoir que plusieurs jeunes familles se sont installées dans le quartier au cours des dernières- années. 

« J'habite sur Denison depuis 1990. Je pourrais parler durant quatre heures de ce qu'il se passe en avant de chez nous, dans la courbe et des accidents et accrochages qu'il y a eus. Il y a quasiment eu des batailles. J'ai déjà vu des gens se faire ramasser et se faire sortir quasiment de leur vitre d'auto, se faire menacer et se faire rasseoir à leur place. (...) C'est très réaliste. On a un sérieux problème », a laissé tomber M. Saulnier.

« Depuis qu'ils ont élargi la courbe pour monter la rue Robinson, c'est deux fois pire. Là, la courbe est belle. Tu pars d'en bas, ça fait une belle swing, tu rentres sur l'autre bord. C'est le Daytona 500. Les gens pensent que c'est un rond de course », a-t-il ajouté.

Vérification faite, si l'endroit a été le théâtre de nombreux accidents, ils n'ont pas tous été signalés. En 2014 et 2015, un seul incident par année a été rapporté, a affirmé la porte-parole du Service de police de Granby, Caroline Garand. Et il n'y en a pas eu d'autres depuis. 

Pas nouveau

Le conseiller municipal Jocelyn Dupuis s'est néanmoins réjoui de l'intervention des citoyens. Il a effectué une demande en 2015 pour que le secteur soit sécurisé. « J'avais demandé un stop. Mais, malheureusement, je n'avais pas d'alliés à l'époque. Ça n'a pas été accepté. (...) Je suis à 100 % d'accord avec vous. Pour moi, il n'y a aucun doute que cette intersection est vraiment dangereuse », a affirmé M. Dupuis en interpellant son collègue Joël Desmarais, président du comité de circulation de la Ville, pour qu'un changement soit effectué- rapidement. 

Ex-policier à la retraite, le conseiller municipal Robert Riel appuie aussi la demande des citoyens. Selon lui, un arrêt obligatoire a déjà été en place à cette intersection pour les automobilistes de la rue Robinson, il y a environ 40 ans. « Pourquoi il a été enlevé ? J'en ai aucune idée. Je ne l'ai jamais compris. Les policiers, on allait souvent faire du radar sur Denison, c'est extrêmement rapide », a-t-il affirmé.

La conseillère Denyse Tremblay, qui a déjà résidé dans le secteur, s'est aussi dite en accord avec la pétition. 

« Le dossier a été présenté très clairement par les citoyens. Ils veulent une solution. Je suis très confiant que les gens (du comité de circulation) vont en trouver une. Laissons-les travailler. Je pense qu'ils (les citoyens) ont fait ça de la bonne façon. Je pense que ça va se régler. Je fais confiance à mon monde », a pour sa part affirmé le maire Pascal Bonin, au terme de la séance du conseil municipal.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer