Bromont se tourne vers Cheval Québec

La douzaine d'événements équestres au calendrier pour 2017... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La douzaine d'événements équestres au calendrier pour 2017 à Bromont se partageront une enveloppe totalisant 100 000 $.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Cheval Québec prendra en 2017 la relève de la Société d'agriculture du comté de Shefford- (SACS) pour la gestion et l'entretien des terrains de la Ville contigus au site équestre olympique. Une résolution a été adoptée en ce sens lors de la séance du conseil, lundi. Cet accord a pour principal objectif de permettre la tenue de compétitions équestres cette saison à Bromont.

L'entente entre la Ville et Cheval Québec, un organisme sans but lucratif (OSBL) régissant la sphère équestre provinciale, est temporaire et doit être ratifiée officiellement au cours des prochains jours, a indiqué en entrevue le directeur général de Bromont, Éric Sévigny. « La SACS voulait une aide financière tandis que la Ville souhaitait seulement prêter ses terrains [à l'organisation]. On n'arrivait pas à s'entendre à court terme, a-t-il précisé. En ayant un accord avec Cheval Québec-, ça enlève de la pression sur la SACS qui peut régler les enjeux qui la concernent et assurer la tenue des événements équestres. »

Sur le plan financier, la SACS cumule des dettes de plus de 1,3 M $. Son principal créancier, la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, a enregistré un préavis de vente sous contrôle de justice sur le vaste terrain (lot 3 598 881) et les infrastructures sises au 450, chemin de Gaspé, où se déroule la majorité des compétitions équestres à Bromont. Le solde de la série de prêts consentis à la SACS par la Caisse avoisine 1,2 M $, stipule le document inscrit au registre foncier le 27 février. De son côté, le président de la Société, Marcel Bundock, avait mentionné à La Voix de l'Est qu'une grande partie de ces problèmes de liquidités étaient directement liés aux Jeux équestres mondiaux, qui devaient avoir lieu en 2018 à Bromont. Rappelons que le comité organisateur de l'événement, de concert avec la Fédération équestre inter-nationale, a tiré en juillet un trait définitif sur le projet de longue haleine. M. Bundock- avait par ailleurs soutenu en janvier que près d'un million de dollars devaient retourner dans les coffres de l'organisation sous peu, préférant taire la provenance- de cette importante somme.

« La SACS est reconnaissante à Cheval Québec de venir prêter main-forte. [...] Cela nous permettra de nous concentrer sur les événements en premier lieu et, par la suite, de formuler des propositions à la Ville pour la gestion du site, sans pression », a indiqué lundi par voie de communiqué Anne-Marie Jodoin, administratrice à la SACS.

La mairesse de Bromont, Pauline- Quinlan, a pour sa part décrit le rapport entre la municipalité et la Société comme un « mariage forcé ». « Je pense qu'on réalise à ce moment de notre histoire que si le sport équestre, au même titre que le vélo, continue d'être un des grands créneaux de la Ville, de part et d'autre, on constate qu'il faut s'asseoir et mutuellement trouver des solutions gagnantes pour les deux parties », a-t-elle fait valoir en entrevue.

« Un signal bien tangible »

Les élus bromontois ont consenti lundi 50 000 $ à Cheval Québec pour la gestion et l'entretien du vaste site appartenant à la municipalité. Ce montant est notamment assorti d'une clause exigeant que l'OSBL fournisse ses états financiers audités par un comptable agréé, a indiqué Éric Sévigny.

La douzaine d'événements équestres qui sont au calendrier pour 2017 à Bromont se partageront une enveloppe de 100 000 $, a tranché le conseil par voie de résolution. L'Association équestre Centaure, affiliée à la SACS pour l'organisation des compétitions équines, s'est vu décerner une somme totalisant 80 000 $ : l'International Bromont (50 000 $), l'International d'attelage, le Championnat Nord-Américain intermédiaire et le Championnat canadien d'attelage (10 000 $), la Classique automnale de dressage (6667 $), le Printanier Bromont et la Classique Bronze (3333 $), le Knowlton Poney club (1667 $), le Concours d'été Bromont (1666 $) puis le National Bromont (6667 $). Quant au Concours complet, chapeauté par Sue Ockendon, on lui a consenti 20 000 $. 

Tous ces montants seront avancés par Bromont sur présentation de factures, a mentionné le DG, qui se dit convaincu de pouvoir dénouer l'impasse dans le dossier pour 2018. « On va discuter avec la SACS cet été et on va trouver un terrain d'entente, a-t-il dit. En attendant, ce qui importe le plus, c'est d'envoyer un signal bien tangible voulant que Bromont demeure un incontournable dans le monde équestre. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer