Avalanche de subventions dans Brome-Missisquoi

Denis Paradis a annoncé une aide financière de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Denis Paradis a annoncé une aide financière de 1,3 M$ pour la réfection du réseau d'égouts et d'aqueduc de la rue Victoria, entre les rues Maple et Centre, à Lac-Brome.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bromont) Une pluie d'annonces a déferlé sur la circonscription fédérale de Brome-Missisquoi, vendredi. D'est en ouest, du nord au sud, le député Denis Paradis a sillonné les routes de la région pour distribuer les chèques.

La plus importante somme octroyée sur le territoire couvert par La Voix de l'Est permettra à Lac-Brome de remplacer son réseau d'égouts et d'aqueduc, sur un tronçon d'un peu plus de 1,5 km de la rue Victoria, située dans le village de Knowlton.

Infrastructure Canada remet une subvention de 1 331 857 $ pour les travaux via le Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU).

« C'est une excellente nouvelle pour nous, pour une municipalité de notre ampleur, commente le maire de Lac-Brome, Richard Burcombe. On a toujours planifié de faire ces travaux, mais on était toujours en attente qu'une subvention soit ouverte. En septembre, on a appliqué. »

À la subvention d'Ottawa de 1,3 M $ s'ajoute celle de Québec de 700 000 $. Ce programme a été avantageux pour les petites municipalités, explique le député Paradis, puisqu'il paie plus du tiers du projet.

La municipalité paiera la balance, mais le montant n'est pas encore connu. « On a déjà fait un appel d'offres pour les plans et devis et pour l'entreprise qui va surveiller les travaux, ajoute M. Burcombe. Groupe SM a obtenu le contrat au dernier conseil. »

Les travaux permettront le remplacement de la tuyauterie entre les rues Maple et Centre. Le maire explique que les tuyaux pour l'aqueduc, construit il y a plusieurs décennies, posent problème depuis des années pour les résidents du secteur puisqu'il leur arrive que l'eau soit brune. Le réseau n'étant pas en PVC, des résidus métalliques se retrouvent dans l'eau lorsque le robinet coule trop longtemps, dit-il.

La municipalité en profitera du même coup pour remplacer les trottoirs qui ont besoin d'un rafraîchissement. « On veut ajouter des bandes pour les cyclistes. Dans cet endroit-là, la Ville n'a pas beaucoup d'emprise, donc on va essayer d'acheter un peu de terrain pour élargir la rue Victoria et ajouter un corridor de sécurité pour les cyclistes. »

Culture et communautaire

D'autres subventions ont été accordées et touchent des activités culturelles et des groupes communautaires­ de Brome-Missisquoi.

Patrimoine canadien, par l'entremise du programme Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine, a octroyé une subvention de 19 700 $ à la Société Bromont en art pour l'organisation de son symposium, un montant qui a fait plaisir au promoteur en arts visuels Rénald Cusson. Cette aide servira à « la promotion, la publicité, le service aux artistes et aux bénévoles, à toute la logistique quand on s'installe dans le village. Il y a une centaine de contrats qu'on doit signer parce qu'on est sur des propriétés privées », indique-t-il.

Le symposium Bromont en art en sera à sa 19e édition et, déjà, M. Cusson promet une édition spéciale en 2018, avec une très longue liste d'idées à développer. 

« Il y a 19 ans, c'est sur la pelouse [de M. Cusson et sa conjointe Marie Claude Tétreault] que s'est déroulé le premier symposium, se souvient la mairesse de Bromont­, Pauline Quinlan. J'y étais, j'étais alors candidate pour la mairie. Année après année, la Ville a appuyé l'événement avec de l'aide technique et financière. C'est important pour les deux autres paliers gouvernementaux de s'impliquer aussi parce que cet événement est un apport important pour la région. Cette reconnaissance est bienvenue. On espère que tous ces efforts pour le patrimoine vont demeurer. »

Avec le programme Célébrons le Canada, Patrimoine canadien a également remis une enveloppe de 30 000 $ à la Société d'histoire de Missisquoi à Stanbridge East pour la réalisation d'un carnaval d'antan pour fêter l'anniversaire du pays. 

Loisirs St-Damien et le Regroupement des gens d'affaires de Bedford et région ont par ailleurs reçu un montant de 7600 $ pour soutenir l'organisation des Rendez-vous country de Bedford. 

À Sutton, le Tour des arts, pour ses activités estivales, et Musique et traditions illimitées, pour le festival Violon d'antan, ont reçu respectivement­ 3800 $ et 2300 $. 

Enfin, le ministère de l'Emploi et du Développement social, via le programme Nouveaux horizons pour les aînés, a octroyé une subvention de 24 034 $ au Club de l'âge d'or de Bedford et région. Ce montant servira au remplacement du réfrigérateur et à l'installation d'une garde-robe et de quelques armoires pour la tenue de danses et du bingo.

Huit mille cent dix-sept dollars ont également été distribués au Club de la bonne humeur de Lac-Brome pour le remplacement­ des fenêtres de son local.

Paradis félicite Macron

Denis Paradis a vécu le premier tour des présidentielles françaises en direct de la France, dimanche. En effet, le député de Brome-Missisquoi a passé la semaine en mission politique à Marseille et à Paris avec une délégation de députés et de sénateurs. Il a eu l'occasion de rencontrer certains candidats et de féliciter Emmanuel Macron en personne.

M. Paradis a beaucoup discuté des réalités des deux pays - la France et le Canada - avec des députés et des sénateurs français. « Le sujet des discussions était l'immigration et l'accueil des réfugiés. Il y a des choses qui sont frappantes. À Marseille, il arrivait des réfugiés dont les enfants dormaient sur le trottoir parce que le bureau de l'immigration fermait à 17 h », témoigne-t-il. 

Le CETA, ou l'Accord économique et commercial global entre l'Europe et le Canada, a aussi été au coeur des discussions entre les deux délégations. 

« On est tombé carrément dans la sauce politique française. Il y a des candidats qui disaient qu'ils aboliraient l'accord s'ils étaient élus, notamment Marine Le Pen et Jean-Luc Mélanchon. On est allés rencontrer ces groupes-là, Mélanchon, Fillion... Mais Marine Le Pen est tellement contre l'accord, tellement à droite, qu'on ne l'a pas rencontrée. On a rencontré Macron, qui supporte l'accord et nos relations. »

Il a vu en direct, à la télévision, les résultats du premier tour de la présidentielle française, soit le passage au deuxième tour de Marine Le Pen et Emmanuel Macron. « J'étais à la chambre d'hôtel et ils ont dit à la télé que Macron faisait un gros rassemblement, et qu'il se rendrait ensuite avec ses principaux collaborateurs au restaurant La Coupole, à 5-10 minutes de mon hôtel. J'étais en pyjama, je me suis changé et je suis parti. J'ai réussi à entrer et à aller féliciter Macron. Il est un peu à l'image de Justin Trudeau ici : 39 ans, dynamique... Je regardais son programme et je me suis demandé s'il s'inspirait du nôtre », glisse-t-il le sourire aux lèvres.

M. Paradis a également profité de sa mission de l'autre côté de l'Atlantique pour rencontrer la nouvelle ambassadrice de France qui viendra s'installer au Canada en juin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer