Mairie de Cowansville: Lehoux misera sur l'économie sociale

Le candidat à la mairie de Cowansville Réjean... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le candidat à la mairie de Cowansville Réjean Lehoux veut notamment miser sur l'économie sociale pour faire progresser la Ville.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) L'économie sociale occupera une grande place à Cowansville, promet Réjean Lehoux. Le candidat à la mairie veut que l'appareil municipal accompagne les organismes sociaux dans leur recherche de financement.

« Ça peut sonner comme socialiste de le dire, mais il faut mieux appuyer nos organismes. On le fait, mais ce n'est pas assez. Ils rendent des services inestimables à notre communauté. Si la société n'appuie par tous les bénévoles qui rendent ces services, qui va le faire ? On se retrouverait en déficit de services », pense M. Lehoux.

La Ville, sous son administration, soutient M. Lehoux, augmenterait non seulement son budget pour financer les activités des organismes sociaux, mais elle les assisterait administrativement pour s'inscrire à des programmes de subventions fédéraux et provinciaux. Remplir les formulaires gouvernementaux de financement est un travail long et compliqué, souligne-t-il. Les fonctionnaires de la Ville leur donneraient un coup de main, promet-il. « Ça allégerait leurs tâches ce qui leur permettrait de se concentrer sur les services à la population », explique-t-il en entrevue.

Parmi les programmes de subventions visées, M. Lehoux a notamment cité ceux du maintien à domicile des personnes âgées et de toxicomanie.

L'aide aux organismes s'inscrit dans le volet développement économique de son programme électoral. Deux autres volets y figurent : la taxation et la mise au niveau des actifs de la Ville. M. Lehoux entend expliquer ses visées samedi matin au musée Bruck, alors qu'il lancera officiellement­ sa campagne électorale.

La venue de grandes usines est une période révolue, selon M. Lehoux. Les municipalités doivent miser sur le dévelop­pement de leurs PME. « Des gens me demandent comment on peut faire venir de grosses entreprises chez nous qui créeraient beaucoup d'emplois. Je leur dis que ce n'est pas possible. Ça ne se passe plus comme ça maintenant. Il faut trouver d'autres façons de développer­ notre économie­ et de créer des emplois. »

Une des façons proposées pour mousser l'économie de la Ville est d'attirer de jeunes professionnels, estime l'homme d'affaires propriétaire d'une entreprise de distribution d'équipements de restaurant. Un conseil sous sa gouverne reverrait le zonage au centre-ville pour permettre à des professionnels d'ouvrir des places d'affaires dans des maisons. Leur arrivée permettrait de faire d'une pierre deux coups, dit-il, en occupant des maisons ancestrales qui ne prennent pas preneur et en assurant leur rénovation et leur entretien.

La Ville devrait également offrir le service internet sans fil gratuitement dans son centre-ville, dit M. Lehoux.

L'élargissement du service de transport collectif est aussi dans les cartons du candidat Lehoux. Les travailleurs doivent pouvoir compter sur une plus grande offre pour se rendre sur leur lieu de travail.

Domaine du Parc

M. Lehoux souhaiterait également se pencher sur l'avenir du Domaine du Parc. Des incitatifs financiers pourraient amener les propriétaires de l'établissement à insuffler un vent de renouveau à ce centre commercial. « Il faut les amener à bouger. Parce qu'on ne peut pas dire que ça fonctionne très bien », a-t-il commenté.

S'il est élu en novembre, M. Lehoux compte revoir les ententes de loisirs avec les municipalités voisines. Leurs citoyens ne paient pas un prix équitable pour les activités offertes par Cowansville­. « C'est presque les mêmes montants que paient nos citoyens. Ils doivent payer le juste prix. »

La Ville de Cowansville se porte bien, soutient M. Lehoux. Il faut rendre hommage à ceux qui l'ont dirigée ces dernières années, dit-il. L'aspirant maire sollicite le poste parce qu'il croit pouvoir apporter de nouvelles idées. « Je ne suis pas là pour critiquer le travail des gens. Ma campagne sera positive. Je suis là parce que je veux porter le ballon pour l'amener plus loin », dit-il en guise de métaphore.

La conseillère du quartier Fordyce est sur les... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

La conseillère du quartier Fordyce est sur les rangs pour le poste de maire de Cowansville.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Sylvie Beauregard sera de la course

Sylvie Beauregard­ est en lice pour occuper la mairie de Cowansville. La conseillère municipale rejoint donc sa collègue Corinne Labbé et Réjean Lehoux qui ont déjà annoncé leurs couleurs en vue du scrutin­ du 5 novembre.

Élue pour la première fois en tant que conseillère du quartier Fordyce en 2009, Mme Beauregard­ a été réélue sans opposition en 2013. Elle estime le temps venu de passer à une autre étape. « Ça fait quelques années que j'y pense. J'ai touché plusieurs dossiers depuis que je suis au conseil et j'ai développé un grand intérêt de voir ma ville progresser. Je veux continuer », explique-t-elle.

La candidate à la mairie ne veut pas parler des projets qu'elle apporterait à la table du conseil en cas de victoire. Elle rendra son programme public le 9 mai lors d'un événement de presse. Elle sera accompagnée de membres de sa famille, d'amis et de citoyens qui l'appuient, dit-elle. « Je suis une fille qui prend son temps pour bien faire les choses, une étape à la fois. J'ai fait mon plan, j'ai un objectif et je vais travailler pour le réaliser », indique-t-elle en entrevue.

Mme Beauregard, 56 ans, a informé le directeur général des élections de son intention de se porter candidate. « Je ne vais pas reculer ; je vais aller au bout », assure-t-elle.

Directrice de la Société de formation industrielle de l'Estrie­, Mme Beauregard entend prendre un congé sans solde cet automne pour faire campagne à temps plein. En réponse à une question, elle a dit qu'elle occuperait le poste de maire à temps plein dans l'éventualité d'une victoire.

De la pression sur Arthur Fauteux

Le fait qu'elle se lance à la conquête de la mairie ajoute à la pression sur le maire Arthur Fauteux. Il n'a toujours pas indiqué ses intentions à savoir s'il demandera aux électeurs de lui confier un sixième mandat. M. Fauteux est maire depuis 1998.

Mme Beauregard dit avoir informé M. Fauteux de sa candidature, il y a quelques mois. Elle a reconnu que la situation est « délicate » compte tenu du fait que les deux élus s'entendent très bien et ont travaillé ensemble dans plusieurs dossiers. « On a des visions communes, c'est sûr. On va peut-être être l'un contre l'autre, mais dans ma carrière, je suis rendue­ là. »

Joint vendredi soir, M. Fauteux a qualifié de « bonne nouvelle » l'arrivée de Mme Beauregard dans la course. « C'est une bonne chose en démocratie que les gens se portent candidats », a-t-il dit. Le premier magistrat a indiqué qu'il annoncerait sa décision bientôt quant à son avenir politique.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer