La cidrerie qui voit grand

Oubliez les Vergers de la Colline, place à... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Oubliez les Vergers de la Colline, place à la Cidrerie Milton.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Sainte-Cécile-de-Milton) Oubliez les Vergers de la Colline, place à la Cidrerie Milton. L'entreprise phare de Sainte-Cécile-de-Milton a décidé de changer d'identité pour mieux s'imposer sur le marché du cidre à l'échelle locale, nationale, voire internationale.

Guy Lasnier, Pénélope Fournier, Marc-Antoine et Michel Lasnier... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Guy Lasnier, Pénélope Fournier, Marc-Antoine et Michel Lasnier ont procédé hier au dévoilement de la nouvelle image de la Cidrerie Milton.

Alain Dion, La Voix de l'Est

La nouvelle image de la PME, développée avec l'agence montréalaise Lg2, a été dévoilée jeudi. « On est vraiment persuadés que la Cidrerie Milton va nous porter plus loin que les Vergers de la Colline », a déclaré le président de l'entreprise, Marc-Antoine Lasnier. 

Représentant la quatrième génération de Lasnier à la barre de l'entreprise familiale, celui-ci a fait valoir que le cidre est dorénavant au coeur de ses opérations. Il en est « le moteur ». « Ça devenait super cohérent de s'appeler Cidrerie Milton », dit-il. 

Utilisée depuis 1993, la raison sociale Les Vergers de la Colline posait en outre un problème de reconnaissance. « Il y a maintenant les Jardins de la Colline. Et des collines, il y en a un peu partout. On est enracinés à Sainte-Cécile-de-Milton. On ne peut pas être plus local », relève Marc-Antoine Lasnier, tout en soulignant que la nouvelle identité se prononce mieux en anglais. 

Renaissance 

Avec ce changement d'image - et non de propriétaire, la Cidrerie Milton souhaite rien de moins qu'être « le visage de la renaissance du cidre ». 

Depuis trois ans, la consommation de cidre au Québec a augmenté de 50 %. À la Cidrerie Milton, la production de cidre y a bondi de 100 % au cours de la même période, avance Marc-Antoine Lasnier, qui a pris la relève de son père, Michel. 

Forte de cette nouvelle image plus conforme à son ADN, l'entreprise vise maintenant à doubler ses ventes d'ici trois ans. Cela signifie donc que la production annuelle passera de 500 000 à un million de bouteilles par année, dit le jeune entrepreneur, président de l'Association des producteurs de cidre du Québec. 

Cidrerie Milton a déjà effectué des ventes aux États-Unis et en Espagne, mais l'exportation n'est pas sa priorité. « Il y a énormément à faire sur notre marché local. C'est là qu'on va concentrer nos énergies. (...) Il se boit moins de cidre au Québec que partout en Amérique du Nord. À mon avis, ce sont les premiers développements qu'on doit faire », estime Marc-Antoine Lasnier. 

Audace

Détail : les activités du bistro et de la boutique ne sont pas affectées par ce changement d'identité. Mais il en va autrement pour l'emballage, le « packaging », de la marque Cid, qui a lui aussi été revu en profondeur. 

« Le look de nos produits était plus commercial. C'était important de faire ressortir le côté artisan, le côté folie. (...) Le but était d'arriver à créer une cohésion entre l'intérieur et l'extérieur », explique Marc-Antoine Lasnier. 

La Cidrerie Milton a été accompagnée dans cet exercice par la firme Lg2, qui a entre autres travaillé à la récente campagne publicitaire de Maxi avec Martin Matte. « Les emballages devaient frapper l'imaginaire de notre clientèle en moins de trois secondes (temps moyen pour prendre une décision sur le lieu de vente) et lui plaire, pour s'assurer qu'il le sélectionne. Comme 85 % des décisions d'achat sont prises sur le lieu de vente, il fallait s'assurer de sortir du lot et injecter un brin de folie et d'audace dans le design », a relevé l'associée et vice-présidente de Lg2, Pénélope Fournier. 

Jeannette la corneille illustre ainsi le Cid rosé, Guy l'ours le Cid houblonné, Jérémie la grenouille le Cid cuivré et Gérald l'orignal le Cid original. Le refonte complète des emballages est prévue d'ici les trois prochaines années et entraîne des investissements de 500 000 $. 

Le président de l'entreprise, unique propriétaire depuis 2015, affirme que cette importante opération représente un « risque calculé ». Bref, la Cidrerie Milton veut prouver que l'audace est toujours de mise pour l'entreprise familiale qui souffle ses 90 bougies dans les pommes cette année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer