Une réserve naturelle à Stukely-Sud

« C'est un très beau projet qui va aller... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

« C'est un très beau projet qui va aller de l'avant pour le bien des générations futures, s'est réjoui le maire Eutiquio Alvarez. Le comité a fait un travail exceptionnel. »

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Stukely-Sud) Dans les cartons de la municipalité depuis quelques années, une réserve naturelle pourrait bientôt voir le jour à Stukely-Sud.

La municipalité cherche à conserver à perpétuité un terrain d'environ 2,6 acres situé sur une plaine inondable longeant le ruisseau Quilliams. 

La réserve traverserait la route 112, à l'est du garage municipal. Le tout est piloté par un comité environnement dont sont membres cinq Dilligents. 

Après une période de dormance, ce comité est redevenu actif. Depuis quelques semaines, il planche sur l'avancement du dossier, avec la bénédiction du conseil municipal.

« C'est un très beau projet qui va aller de l'avant pour le bien des générations futures, s'est réjoui le maire Eutiquio Alvarez. Le comité a fait un travail exceptionnel. »

Croissance

Il n'est pas exclu qu'au fil du temps, la superficie de la réserve naturelle soit amenée à croître, a-t-on fait savoir. 

Le tout pourrait cependant se faire de manière déstructurée, c'est-à-dire par parcelle.

Le maire souhaite qu'avec le temps, la réserve prenne plus d'ampleur et se développe afin d'abriter un écosystème diversifié. 

« J'aimerais qu'on puisse y planter des variétés qui attirent les oiseaux, qu'on y retrouve des fleurs et des arbustes », énumère l'élu.

Selon nos informations, le comité n'a pas encore déterminé le statut final de la réserve, à savoir si elle sera de juridiction municipale ou provinciale. 

« Ce n'est pas encore décidé, mais on risque de la garder municipale le temps de l'aménager, et quand ce sera chose faite, de demander un statut provincial », explique M. Alvarez. 

Partenaires

M. Alvarez indique que le comité et la municipalité travaillent très étroitement avec le ministère de l'Environnement. « C'est très coopératif à tous les niveaux », souligne le maire.

Stukely-Sud a aussi trouvé un partenaire en Renaissance lac Brome, qui plantera d'ici la mi-mai 175 plants de mélèze, de pin et d'épinette afin de créer une haie arbustive le long de la plaine inondable, a fait savoir Pierre Beaudoin, secrétaire de RLB. 

L'opération, qui devrait coûter environ 1000 $, sera financée à parts égales par le comité et l'organisme.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer