Investissements de 6 M $ à l'hôpital BMP

Julie Gagné (clinique externe), Dr Stéphane Tremblay (CIUSSS),... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Julie Gagné (clinique externe), Dr Stéphane Tremblay (CIUSSS), Dre Shireen Sirham (oncologie), Lola Landes (Fondation), Dr Étienne Leclerc (orthopédie), Mario Lagimonière (Fondation) et Johanne Turgeon (CIUSSS).

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Cowansville) Trois projets majeurs dans le collimateur depuis des années à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP) se concrétiseront au cours des mois à venir. Grâce à une enveloppe avoisinant 6 M $, les services de clinique externe de chirurgie, d'oncologie et d'orthopédie seront améliorés.

La Fondation BMP pilote ces trois projets depuis des années. Or, l'abolition des agences de santé, dans la foulée de l'entrée en vigueur de la loi 10 en 2015, a eu « l'effet d'une douche froide » au sein de l'organisation, obligeant ses dirigeants à mettre ces initiatives temporairement sur la glace, a indiqué en marge du point de presse, mardi, le président du conseil d'administration de la Fondation, Mario Lagimonière. La persévérance à rappeler l'importance de ces projets pour la communauté auprès du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie a toutefois­ porté ses fruits. 

« Devant l'inquiétude de la population et l'incertitude quant à la réalisation des projets essentiels à la survie de notre hôpital, la Fondation BMP a décidé de sortir de son cadre habituel afin de s'assurer de la réalisation de ces dossiers, a-t-il dit. [...] Nous avons donc demandé au CIUSSS de réévaluer les projets qui nous tenaient à coeur. Et ils nous ont écoutés. »

Le budget global estimé pour ces trois projets est d'environ 6 M $. À elle seule, la Fondation assume 4,5 M $ de cette somme. Ainsi, la première de deux phases de travaux, dont l'enveloppe totalise 1,4 M $, a été complétée pour réaménager la clinique externe de chirurgie. On parle notamment de l'ajout de trois salles de consultation réservées aux médecins spécialistes, puis de la rénovation de la salle d'attente. 

La seconde étape doit avoir lieu cet automne. Celle-ci va permettre de réaliser des interventions mineures dans des locaux dédiés, a expliqué Julie Gagné, chef de service en clinique externe de médecine de jour. Cette initiative permettra ainsi de désengorger le bloc opératoire afin d'accroître sa capacité pour des chirurgies sous anesthésie générale.

Orthopédie

De son côté, la clinique d'orthopédie, présentement au sous-sol, déménagera au rez-de-chaussée de l'hôpital dès le début de 2019. Une enveloppe avoisinant 2,5 M $ y sera consacrée. 

« La clinique sera à proximité des services connexes, comme l'imagerie médicale. Elle sera plus vaste, mieux adaptée et facilement accessible pour la clientèle à mobilité réduite », a indiqué le président de la Fondation. 

Un projet attendu de longue date par le Dr Étienne Leclerc. « La clinique d'orthopédie est très achalandée. On parle de 12 000 visites par an. Dans les locaux actuels, on est très à l'étroit. Ça va heureusement changer. Il y aura aussi l'aspect confidentialité qui sera amélioré. Car, comme plusieurs patients ont pu le constater, les rideaux ne sont pas encore à l'épreuve du son », a lancé l'orthopédiste­ en point de presse. 

Oncologie

La relocalisation de la clinique d'oncologie sera lancée dès cet été. La facture des travaux est évaluée à 2,36 M $. La mise en service est prévue au début de 2018. 

« Les locaux plus spacieux permettront d'offrir aux patients un environnement plus calme, chaleureux et reposant propice à la guérison », a mentionné M. Lagimonière. 

Cette initiative est incontournable selon la Dre Shireen Sirhan, hémato-oncologue. « Le nombre de patients a augmenté significativement. On a donné 399 traitements de plus [entre 2015 et 2016]. Et les cas sont de plus en plus complexes. Alors, nous utilisons au maximum l'espace disponible dans la clinique », a dit la spécialiste, soulignant que ces travaux permettront à davantage de personnes d'avoir accès rapidement à des traitements de chimiothérapie tout en leur offrant une meilleure confidentialité durant les interventions.

Les dirigeants de la Fondation ont profité de l'occasion, mardi, pour inviter la population à faire un don dans le cadre du Défi « Rasons nos cocos pour l'onco ». Trois médecins ainsi que le conjoint d'une patiente traitée à BMP mettront leur tête à prix. La directrice générale de la Fondation, Lola Landes, ainsi que son président feront de même. L'événement se tiendra le 8 mai à l'hôpital. Pour de plus amples renseignements ou pour faire un don, consultez le site fondationbmp.ca.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer