Couverture d'incendies: entente historique dans Brome-Missisquoi

Les méthodes ont déjà pu être mises en... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les méthodes ont déjà pu être mises en commun en juillet dernier avec l'incendie majeur d'un abattoir de Canard du Lac Brome.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les 21 municipalités de la MRC Brome-Missisquoi s'apprêtent à signer un accord historique qui leur permettra d'obtenir une entraide uniformisée en cas d'incendie.

Gilles Deschamps, président du comité régional des directeurs... (Janick Marois, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Gilles Deschamps, président du comité régional des directeurs de services de sécurité incendie, et Gilles St-Jean, président du comité régional de sécurité incendie et civile.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Cette entente régionale est l'une des premières, sinon la première d'une telle ampleur au Québec, avec autant de municipalités signataires ainsi que 11 services incendie, souligne Gilles St-Jean, président du comité régional de sécurité incendie et civile et maire du Canton de Bedford. 

« C'est la première fois de mon vivant et depuis que je suis au service incendie de Cowansville­, soit depuis 35 ans, qu'on a une telle entente, renchérit Gilles Deschamps, président du comité régional des directeurs de services de sécurité incendie et directeur du service de Cowansville­. Chaque service incendie a des ententes particulières, à la pièce, avec d'autres casernes de la région, d'une MRC voisine ou même avec les États-Unis. Maintenant, ça nous donne la chance de pouvoir uniformiser nos méthodes de travail, la formation du personnel ainsi que nos équipements. Avec un appel général, on peut aller chercher de 70 à 100 pompiers. »

Les méthodes ont déjà pu être mises en commun en juillet dernier avec l'incendie majeur d'un abattoir de Canard du Lac Brome. C'était la première fois que tous les services incendie de la MRC Brome-Missisquoi travaillaient en commun sur un sinistre.

Encadrement

L'accord encadre également la facture qu'un service en entraide enverra à la municipalité assistée. Les ententes indépendantes fixaient un taux prédéterminé et il arrivait que le service venant en aide à un autre soit déficitaire. « Ça va être sous le principe utilisateur-payeur, explique M. Deschamps­. Ce que ça coûte à la ville pour aller aider son voisin, c'est ce qui va être chargé à la ville où il y a un feu. »

Les pompiers n'ont pas tous les mêmes taux horaires, ce pourquoi le principe d'utilisateur-payeur est nécessaire. De plus, l'utilisation des équipements sera chargée seulement s'il n'y a pas de réciprocité. Par exemple, si Bromont intervient avec un camion-échelle dans un village qui ne détient pas un tel camion, l'utilisation de l'équipement sera facturée, ajoute M. Deschamps.

« On a aussi la recherche des causes et des circonstances des incendies qui est impliquée dans cette entente-là, ajoute-t-il. Ça va donner la chance à tous les services de travailler avec un groupe formé pour faire la recherche des causes. On exclut dans cette entente-là les unités spéciales, comme les pinces de désincarcération. Ce sera développé un peu plus tard. »

Le volet de la sécurité civile a aussi été inclus dans cet accord régional. L'entente prévoit de l'entraide en cas de besoin, par exemple après un tremblement de terre. 

Accueil favorable

Une telle entente faisait l'objet de discussions depuis environ deux ans. Comme Brome-Missisquoi­ est l'un des précurseurs en matière de protection contre les incendies - la MRC a été l'une des premières à adopter un schéma de couverture de risques, en 2006, après de nombreuses années de travail -, l'idée n'a pas mis de temps à faire consensus. La démarche s'est très bien déroulée­, commente-t-on.

« Dans notre schéma de couverture de risques révisé le 1er juillet 2016, on fait mention d'élaborer une entente. Il y a trois actions à compter du 1er mai qui seront complétées à 100 %, soit l'élaboration de l'entente, l'adoption dans les municipalités locales et le fait d'avoir inclus la recherche des causes et circonstances, rapporte Maxime Roy, coordonnateur en sécurité incendie à la MRC Brome-Missisquoi­ et capitaine au service de Bromont. On a onze autres actions qui vont toucher cette entente. »

Chaque municipalité devra signer l'entente pour qu'elle entre en fonction d'ici le 1er mai.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer