«Je signerais avec Dame Nature pour 10 ans»

Selon le président de Bromont, montagne d'expériences, Charles... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Selon le président de Bromont, montagne d'expériences, Charles Désourdy, les nouveaux canons à neige (2016) ont contribué au succès de la présente saison, principalement lors de son lancement.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Après avoir connu un hiver désastreux en 2016, les stations de ski de la région dressent un bilan très positif de la saison de sports de glisse qui se termine.

« Malgré les deux pires semaines de relâche de l'histoire moderne, on a eu somme toute un hiver très satisfaisant. [...] Aux mêmes conditions, je signerais avec Dame Nature pour 10 ans », a imagé en entrevue le président de Bromont, montagne d'expériences­, Charles Désourdy.

Même constat du côté de Mont Sutton. « La saison a été très bonne, a fait valoir le président-directeur général de la station de ski, Jean-Michel Ryan. Ça n'a pas de commune mesure avec l'an passé. Malgré quelques périodes en dents de scie, entre autres durant la relâche, on a de quoi être enthousiastes. D'ailleurs, on a pu terminer la saison en force grâce au coup de pouce côté météo. »

Le grand patron de Bromont, montagne d'expériences affirme par ailleurs avoir eu le vertige à quelques reprises au cours des derniers mois. « L'hiver qu'on vient de passer a été une montagne russe d'émotions, a-t-il dit. C'est parti sur les chapeaux de roues avec du froid et de la belle neige avant les Fêtes. Et le petit verglas du 26 décembre est venu nous refroidir un peu. Puis, on a enregistré une journée record le 2 janvier, mais très difficile le lendemain. Tout ça pour clore la saison avec une tempête du siècle le 15 mars qui nous a apporté 93 centimètres à Bromont. Ça a été en dents de scie du début à la fin. Au final, on s'en tire bien. »

Selon M. Désourdy, l'ajout de 25 canons à neige en 2016 a « fait la différence » pour susciter l'intérêt des amateurs de sports de glisse lors du lancement de la saison actuelle. « Les skieurs occasionnels qui se promènent d'une station à l'autre ne voient pas les répercussions de l'amélioration de la fabrication de neige. Par contre, nos habitués le constatent, fait-il valoir. Nos abonnés sont très satisfaits et ils étaient sur les pistes tôt en saison. » Le grand patron de la station concède toutefois que « la neige naturelle fait courir les foules ». « Dès qu'on reçoit 10 à 15 centimètres de nouvelle neige, les skieurs sont fébriles. Et c'est très bon pour nos affaires. »

L'ajout récent de canons fixes à Mont Sutton pour enneiger la piste principale, au coût d'un demi-million­ de dollars, a aussi porté ses fruits, a mentionné M. Ryan. « On a déjà une neige naturelle abondante, mais c'est évident que l'ajout de neige fabriquée de bonne qualité améliore l'expérience à la montagne. C'est un plus pour attirer­ des skieurs. »

Partenariat

L'Ontario est l'un des principaux marchés hors Québec que vise Bromont, montagne d'expériences. L'entreprise travaille en partenariat avec Mont Sutton pour que la région devienne une destination de prédilection pour les excursionnistes, épicuriens et amateurs de villégiature. 

« Notre position géographique fait en sorte que les gens viennent le plus souvent à la station pour une journée, a mentionné M. Désourdy. Une partie de notre clientèle est similaire à celle de Sutton, alors on travaille ensemble pour devenir une destination attrayante pour ceux qui veulent vivre une expérience sur quelques jours. »

« On a de très bonnes relations avec Bromont, renchérit M. Ryan. [...] C'est gagnant pour tout le monde d'améliorer notre offre régionale. »

Investissements

En 2016, Bromont, montagne d'expériences avait injecté globalement près de 1,5 million de dollars pour l'accroissement de sa capacité d'enneigement puis dans les remontées mécaniques. À cela s'ajoute l'agrandissement d'infrastructures de services, notamment le chalet situé au pied du versant du lac. 

M. Désourdy veut poursuivre sur la lancée en 2017. Or, l'annonce en mars dernier par la ministre du Tourisme, Julie Boulet, d'une enveloppe de 70 millions d'ici trois ans pour bonifier l'offre touristique hivernale pourrait changer­ la donne. 

« On est sur la table à dessin. On attend de voir si le gouvernement sort des [subventions] pour choisir ce qu'on pourra faire dans la montagne cette année », indique-t-il. Parmi les options envisagées, le président de la station a évoqué l'ajout de canons à neige et d'éclairage. « On souhaite annoncer­ quelque chose vers la mi-mai. »

L'homme d'affaires garde également le cap avec son vaste projet d'investissement de 100 millions pour la station touristique bromontoise. La construction de condotels au pied des pentes, d'un chalet au sommet et d'une remontée mécanique avec sièges chauffants, est entre autres dans les cartons. 

Le récent dénouement de l'impasse dans l'épineux dossier du Val 8 pèse dans la balance dans la progression de l'initiative portée par M. Désourdy. En effet, après avoir fait du surplace durant des mois, le projet de parc protégé [nommé Parc des sommets] a cheminé après la conclusion d'une entente, en novembre, entre CNC et Bromont­ Immobilier, présidé par Charles Désourdy. Celle-ci prévoit que 7,25 M $ devront être versés au promoteur pour acquérir le flanc sud du mont Brome, soit les monts Spruce et Bernard de même que le secteur du Val 8. 

« Avec un projet de 100 millions, on sort de notre zone de confort, lance-t-il. Avec le dossier qui est réglé, on a une assise solide pour aller de l'avant. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer