Début de la première phase de la collecte des matières organiques

Le préfet de la MRC, Pascal Bonin, a... (Janick Marois)

Agrandir

Le préfet de la MRC, Pascal Bonin, a rappelé que l'entrée en service de la collecte des bacs bruns s'inscrit dans la volonté de l'organisme de continuer à réduire l'enfouissement des matières résiduelles.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La première collecte des matières organiques organisée par la MRC de la Haute-Yamaska- aura lieu le vendredi 26 mai à Granby. Les citoyens de la zone de collecte 9 lanceront cette première phase. Elle mènera en 2019 au déploiement de la collecte sur l'ensemble du territoire régional.

La MRC distribuera, entre le 1er et le 10 mai, des bacs bruns de 240 litres et un petit bac de cuisine aux 1312 unités d'habitation de la zone concernée. Les résidants recevront aussi un calendrier des collectes pour leur zone et un dépliant rappelant ce qui peut être mis dans les bacs bruns. Ce projet-pilote permettra de recueillir des données sur la collecte, d'aplanir les difficultés et de préparer le terrain pour ajouter les autres secteurs de la ville ainsi que les autres municipalités de la MRC.

Les matières organiques composent près de 40 % des déchets que les gens jettent, calcule-t-on à la MRC. Les détourner de l'enfouissement permettra d'améliorer le bilan des matières résiduelles de l'organisation. « C'est un geste simple, facile et qui fait plein de sens », indique Ariane Coupal, chef de projet du volet matières organiques de la MRC. « C'est une collecte de remplacement et non pas une nouvelle collecte. Elle a un fort potentiel de détournement. »

Le choix des bacs de 240 litres s'explique par leur stabilité lors de jours de forts vents, soutient le préfet Pascal Bonin. Les bacs peuvent aussi accueillir un grand volume permettant d'y mettre non seulement des restes de table, mais aussi des résidus de jardins. Ils s'avèrent le meilleur choix également du fait que les collectes se feront aux deux semaines de novembre à avril (et aux semaines le reste de l'année), a-t-il dit. Le choix des bacs avait soulevé des questions parmi­ des citoyens. 

Par ailleurs, les matières organiques seront acheminées à la Régie intermunicipale des déchets solides de la région de Coaticook.

L'enfouissement des matières organiques sera interdit en 2020.

Une séance d'information destinée aux résidants de la zone 9 aura lieu le mercredi 26 avril, à l'école Haute-Ville, à 19 h.

Défi lancé

La première phase de la collecte ne s'adresse qu'aux résidants de la zone de collecte 9. Toutefois, les employés de l'hôtel de ville y participeront ainsi que ceux de la MRC, a souligné M. Bonin. Il a lancé un défi à La Voix de l'Est de se joindre au projet. L'entreprise se trouve dans la zone 9, a-t-il fait remarquer. « On pense que c'est une bonne occasion de vivre cette expérience », a-t-il dit.

Lors des sept dernières années, la MRC a réussi à améliorer son bilan des matières résiduelles. Le taux de recyclage s'est amélioré, tout comme ceux du réemploi et de détournement de l'enfouissement. Le bilan de 2016 sera également amélioré, a dit M. Bonin. L'ensemble des données reste à analyser.

« Nous sommes très fiers du chemin parcouru. Nous devons continuer­ », a insisté M. Bonin.

La MRC a lancé la collecte sélective en 1990 et ses deux écocentres en 2011. L'année 2017 marquera le lancement de sa collecte des matières organiques. Ces faits saillants sont au coeur de la campagne de marketing dévoilée lundi matin par la MRC et qui porte sur la gestion de ses matières résiduelles : Fier de recycler, Futé de récupérer, Inné de composter et Gêné à jeter. Toutes ces approches mènent à l'objectif zéro déchet, a dit le préfet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer