Bromont lancera un projet de bloc sanitaire au Domaine du lac Gale

Le bloc sanitaire sera recouvert d'acier noir et... (Fournie par l'architecte Mylène Fleury)

Agrandir

Le bloc sanitaire sera recouvert d'acier noir et de planches de pruche posées verticalement, afin de se fondre avec le chalet principal.

Fournie par l'architecte Mylène Fleury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Les enfants qui fréquenteront les camps de jour cet été au Domaine du lac Gale devront patienter avant d'avoir accès à un bloc sanitaire. Bromont prévoit lancer la construction du bâtiment en août seulement, principalement en raison de contraintes techniques et administratives.

La Ville a dévoilé, dans le cadre de la séance du conseil de lundi dernier, les plans du bloc sanitaire attenant au chalet principal du Domaine du lac Gale. Or, avant de donner la première pelletée de terre sur le site, Bromont doit obtenir un certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement. « On espérait être capables de construire le bloc sanitaire pour que la clientèle des camps d'été s'en serve dès cette année, mais l'étude des options pour le champ d'épuration a fait en sorte que les délais ont été allongés », a expliqué en entrevue le directeur général de Bromont, Éric Sévigny.

En fait, malgré la popularité du Domaine du lac Gale, l'endroit ne dispose pas d'installations sanitaires permanentes. Jusqu'à tout récemment, des toilettes chimiques étaient placées près du chalet principal pour desservir l'ensemble de sa clientèle, y compris celle des camps de jour, ce qui pose problème. En effet, la Ville a reçu des avis de non-conformité émanant du ministère de l'Environnement voulant « que toute colonie de vacances doit avoir un bloc sanitaire ».

Installations permanentes

En raison de la vocation du site, les élus ont opté pour des installations accessibles hiver comme été. Le conseil de Bromont a par ailleurs octroyé, en février, par voie de résolution à la firme LCL Environnement, le mandat pour l'aménagement d'un puits artésien et d'un système de traitement des eaux usées au chalet principal. « Le bloc sanitaire est en pleine nature, alors on a décidé de relocaliser le champ d'épuration dans la prairie pour ne pas avoir à déboiser », a précisé M. Sévigny.

Ainsi, le bloc sanitaire d'une superficie de 400 pieds carrés, incluant la fosse septique, représente un investissement de 355 000 $. Bromont pourra compter sur une subvention avoisinant 206 000 $ du programme de mise en valeur intégrée d'Hydro-Québec, émanant de la construction du nouveau poste d'Adamsville. La facture pourrait toutefois être revue à la hausse si le sous-sol contient du roc, a mentionné le DG. Le bâtiment sera recouvert d'acier noir et de planches de pruche posées verticalement, afin de se fondre avec le chalet contigu. Il sera doté de trois toilettes pour hommes et autant pour femmes (accessibles aux handicapés), ainsi que de deux éviers chacun.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer