Inceste: 10 ans de prison pour Martin Swett

Le juge Serge Champoux, de la Cour du... (illustration Bill Burelle)

Agrandir

Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, a souligné que Martin Swett, qui a longtemps habité Shefford, avait été un chef de famille contrôlant et autoritaire et n'a exprimé aucun remords pour ses gestes commis durant les années 1990.

illustration Bill Burelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Un homme de Waterloo reconnu coupable d'avoir agressé sexuellement sa propre fille a écopé d'une sentence de 10 ans de prison, mercredi, au palais de justice de Granby.

De cette période d'incarcération, le tribunal a déduit les trois derniers mois que Martin Swett a passés en détention préventive.

Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, a souligné que l'homme de 57 ans, qui a longtemps habité Shefford, avait été un chef de famille contrôlant et autoritaire et n'a exprimé aucun remords pour ses gestes commis durant les années 1990.

Il a ajouté que la société ne devait pas accepter ce type de crime et qu'il doit y avoir un message clair de réprobation sociale, de dénonciation et de dissuasion.

L'avocate de M. Swett s'était retirée après que son client eut été reconnu coupable en décembre, puisqu'il ne collaborait plus et refusait d'admettre sa culpabilité. Aucun avocat n'a donc plaidé pour sa sentence. Me Nicolas Cossette a exprimé le souhait de le représenter in extremis, mercredi, mais cette avenue a été rejetée par le tribunal.

La victime, Sonia Swett, avait demandé qu'il n'y ait pas d'interdit de publication sur son identité. Elle avait 10 ans au début des crimes. M. Swett avait été arrêté en 2014.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer