«On a encore un hiver»

D'excellentes conditions de ski étaient au rendez-vous sur... (tirée de Facebook)

Agrandir

D'excellentes conditions de ski étaient au rendez-vous sur les pentes de Bromont et de Sutton. Sur la photo, on aperçoit des skieurs au mont Sutton.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les skieurs ont été nombreux à envahir ces derniers jours les pentes de Sutton et de Bromont afin de profiter au maximum de la dernière bordée de neige.

Il s'agissait d'un des meilleurs week-ends de la... (fournie) - image 1.0

Agrandir

Il s'agissait d'un des meilleurs week-ends de la saison à Bromont.

fournie

« Depuis mercredi, nous avons des journées achalandées et nous avons connu un excellent week-end, avec beaucoup de gens et de belles températures. Ça contrebalance avec la relâche qu'on a eue », affirme la coordonnatrice des communications de la station de ski du Mont Sutton, Chloé Chagnon. 

Même constat du côté de Bromont­, montagne d'expériences, où l'on parle d'une tempête « inespérée ». « On serait dans un rêve que ça ne serait même pas survenu », image le président de la station­, Charles Désourdy.

« C'est une des plus grosses tempêtes de l'histoire. La dernière de cette envergure dont je me rappelle remonte à 2003. Encore une fois en fin de semaine, on parle d'un des meilleurs week-ends de la saison », ajoute-t-il.

De telles conditions amènent les stations à être optimistes de pouvoir prolonger la saison jusqu'à Pâques, soit jusqu'à la mi-avril. « Bien que nous soyons tributaires - comme toujours - de la météo, on trouve réaliste de se dire que la saison pourrait aller jusqu'à Pâques », croit Chloé Chagnon. 

À Bromont, on compte prendre les décisions en fonction de l'achalandage. « Tant qu'il y aura des gens pour skier et que les conditions le permettront, on souhaite rester ouvert le plus longtemps possible », lance M. Désourdy. 

« Assurément que la tempête va prolonger notre saison. Ça rattrape le retard qu'on a eu avec les deux semaines de relâche. J'ai regardé les chiffres ce matin et on risque d'être pas mal dans les moyennes des cinq dernières années. On peut dire que la tempête met un baume sur notre saison­ », poursuit-il.

Perception

La tempête peut également donner le goût aux adeptes de plein air de chausser leurs skis. « C'est sûr que s'il n'y a pas de neige dans leur cour, les gens ne seront pas portés à vouloir aller sur les pentes. Ça aide à la perception des gens », avoue Chloé Chagnon.

« Le ski, il y a beaucoup de "psychologique" là-dedans. Pour nos abonnés ça ne change pas beaucoup de choses. Mais pour les gens de l'extérieur, on dirait qu'il faut que les astres soient alignés pour qu'ils viennent. C'est ce qui s'est produit ce week-end, l'ambiance était là, le sourire était sur les lèvres de tout le monde. Avec la tempête, on peut dire qu'on a encore un hiver ! », s'exclame Charles Désourdy. Il ajoute que la Nuit Blanche de samedi - la dernière de la saison - a été une des meilleures de l'année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer