Mecan-Hydro décroche un contrat

La PME granbyenne Mecan-Hydro a obtenu le contrat... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La PME granbyenne Mecan-Hydro a obtenu le contrat pour la conception, la fourniture, la fabrication, le transport, l'installation et la mise en service d'une vanne à bascule et d'équipements connexes pour le barrage du lac Boivin.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) L'expertise de Mecan-Hydro sera mise à profit dans sa propre ville. L'entreprise de la rue du Luxembourg a décroché un contrat de près d'un million de dollars de la Ville de Granby dans le cadre du projet de réfection du barrage du lac Boivin.

Mecan-Hydro a l'expertise requise pour réaliser le mandat... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Mecan-Hydro a l'expertise requise pour réaliser le mandat de la Ville de Granby, affirme le vice-président, développement des affaires et directeur qualité, Louis-Philippe Granger.

archives La Voix de l'Est

Mecan-Hydro a en fait obtenu le contrat pour la conception, la fourniture, la fabrication, le transport, l'installation et la mise en service d'une vanne à bascule et d'équipements connexes pour ce barrage, au coût de 971 343 $ (taxes incluses). 

Si six entreprises se sont procuré les documents de l'appel d'offres, la PME granbyenne a été la seule à déposer une soumission. « On est surpris », a reconnu lundi le vice-président, développement des affaires et directeur qualité,

Louis-Philippe Granger.

Selon lui, la situation peut s'expliquer entre autres par le fait que les frais de transport sont moins élevés pour Mecan-Hydro, celle-ci étant une entreprise locale, que pour ses compétiteurs. Aussi, une expérience était demandée avec le type de vanne recherchée pour le barrage du lac Boivin. « Pour se qualifier, il fallait avoir déjà réalisé ce type de projet. Et nous, on l'avait fait pour le barrage de Val-Jalbert et pour le Centre d'expertise hydrique du Québec, avec le barrage Masson et le barrage du lac des Trente et Un Milles. Donc, on avait l'expertise pour ça », fait valoir M. Granger. 

Celui-ci affirme que Mecan-Hydro, qui est non seulement en mesure de concevoir, mais aussi de fabriquer et d'installer les équipements auxiliaires des centrales hydro­électriques ainsi que ceux destinés à la gestion des eaux, a déposé une offre « assez agressive » à la Ville de Granby. « Présentement, pour tout ce qui est construction, il faut être compétitif, optimiser nos concepts et être imaginatif pour avoir un prix qui répond au devis. Le chiffre peut paraître élevé, mais pour ce type de produit-là, c'est super compétitif », assure le

vice-président de l'entreprise. 

Spécialisé

« On est contents parce que c'est de l'équipement assez spécialisé. Ça pourrait venir d'un peu n'importe où. Mais c'est une bonne chose que ça vienne de la municipalité. C'est toujours le fun de travailler avec des gens locaux », a commenté le directeur du Bureau de projets à la Ville de Granby, Daniel Surprenant. 

Les coûts de réfection du barrage du lac Boivin sont estimés à 3,5 M $. Ces travaux ne seront toutefois pas les seuls du genre réalisés par la Ville en 2017. Le barrage du lac sur la Montagne­ (lac Coupland) sera aussi rénové. La facture devrait s'élever à 2 M $. La Ville de Granby touchera cependant des subventions qui absorberont pas moins de 83 % des coûts totaux de ces projets, dans le cadre du Fonds pour l'eau potable et le traitement­ des eaux usées (FEPTEU). 

Les travaux devront toutefois se dérouler rondement, puisqu'ils devront être exécutés avant le 31 mars 2018 pour être admissibles à cette aide financière. Un appel d'offres sera réalisé au cours des prochains mois afin d'accorder un contrat à l'entrepreneur général chargé de leur réalisation. Les chantiers seront actifs à compter du mois d'août et jusqu'au début de l'hiver, affirme Daniel Surprenant. 

Au lac Boivin, les équipements de Mecan-Hydro vont permettre de « gérer le niveau et le débit d'eau ». « Au barrage, à cet endroit-là, on contrôle le niveau d'eau du lac qui, lui, permet la prise d'eau du réservoir Lemieux. Ce sont des vases communicants », explique Daniel Surprenant. 

Selon ce dernier, l'achat d'équipements spécialisés ne sera pas nécessaire dans le cas du barrage du lac sur la Montagne. « Ce sont des travaux sur le barrage existant qui vont se faire d'un coup avec un entrepreneur général », précise le directeur du Bureau de projets de la Ville de Granby.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer