Les cônes orange envahiront les rues de Cowansville

Les cônes orange seront bien en vue à... (123RF)

Agrandir

Les cônes orange seront bien en vue à Cowansville d'ici à la fin de l'année. La Ville compte investir 16,2 millions de dollars pour retaper ses infrastructures, entre autres celles qui se trouvent sous terre.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les chantiers de construction pulluleront dans les rues de Cowansville dans les prochains mois, et ce, jusqu'à la fin de l'année. « On va ressembler à Montréal avec tous ces cônes orange », blague le maire Arthur Fauteux.

Des investissements de 16,2 millions de dollars sont au programme en 2017. Deux projets retiendront l'attention : la modernisation des infrastructures souterraines dans les secteurs des rues Bernard et Willard. Plusieurs tronçons de rues sont visés par ces travaux. « À plusieurs endroits, on est rendus à la limite de vie utile de nos installations. Il faut qu'on modernise tout ça. On est rendus là », explique M. Fauteux.

Les rues concernées dans le secteur Bernard sont Dieppe, Christophe-Colomb, Saint-Paul, Saint-Charles et D'Iberville. Les conduits d'aqueduc et d'égout seront remplacés et un égout pluvial­ sera ajouté.

Dans le secteur de la rue Willard­, les travaux de modernisation incluront également les rues Westmount, John et Caroline.

Réduire les surverses

En installant un équipement pour recueillir les eaux de pluie, la Ville croit pouvoir améliorer son bilan de surverses, indique Sylvain Perreault, directeur du service des infrastructures et immobilisations de la Ville. L'impact devrait surtout se faire ressentir dans le secteur Bernard­. « C'est un secteur que nous avons ciblé dans notre plan d'intervention. Près de 90 % des eaux usées passent par notre station de pompage de la rue Mair vers notre usine d'épuration des eaux usées. Je suis convaincu que ça va avoir un impact majeur sur nos surverses. »

En 2015, 71 surverses se sont produites à Cowansville et ont duré 803,44 heures. C'est une nette amélioration par rapport à 2013, alors que 558 surverses avaient été recensées pour une durée de 1303,92 heures. L'ajout d'un égout pluvial sur la rue Principale en 2013 a permis d'améliorer le bilan.

« La meilleure façon de réduire le nombre de surverses est de séparer les réseaux. C'est une recette gagnante pour nous », indique M. Perreault.

« Cette année, on va dans les gros problèmes et on en a de gros dans ce coin-là. Ça fait longtemps qu'on veut tout refaire nos infrastructures. Maintenant, on peut le faire parce qu'on a les sous pour le faire », fait remarquer­ M. Fauteux.

Les « sous » dont parle le maire proviendront à 83 % des gouvernements fédéral et provincial dans le cadre de son Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). La Ville a obtenu 4 996 592 $ du fédéral et 3,3 M $ du provincial. Elle utilisera les 2 420 429 $ lui restant du programme de la taxe sur l'essence et de la contribution du Québec 2014-2018. Le restant sera emprunté.

Le contrat pour réaliser les travaux dans le secteur Bernard a été confié mardi par le conseil à Excavation St-Pierre et Tremblay­. L'entreprise de Cowansville a remporté le mandat avec une soumission de 6 296 810,36 (taxes incluses). Elle a devancé deux autres soumissionnaires : Bertrand­ Ostiguy (soumission de 6,444 M $) et Germain­ Lapalme & Fils (6,520 M $).

La soumission retenue est moins élevée de 400 000 $ que les estimations, dit M. Fauteux. 

La Ville procédera dans les prochaines semaines à la publication de l'appel d'offres pour le contrat du secteur Willard.

Grève des juristes

Le calendrier des travaux pour le secteur Bernard n'a pas encore été déterminé. La Ville doit attendre que le ministère des Affaires municipales autorise l'emprunt de 10 260 000 $ (dont 4,7 M $ à sa charge) qu'elle a fait pour financer l'ensemble des travaux à réaliser au cours de l'année­, a dit M. Fauteux.

La grève des juristes de l'État pourrait retarder les démarches pour faire valider le règlement d'emprunt, a-t-il dit. En temps normal, le délai est de trois mois.

Le maire a bon espoir que la Ville obtiendra l'imprimatur du ministère rapidement. Il pourrait devoir « faire des appels » pour accélérer le tout, a-t-il souligné.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer