Immeuble de 150 logements pour aînés: Cowansville accepte le projet

La construction de l'édifice de 150 logements pour... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

La construction de l'édifice de 150 logements pour personnes retraitées que Renaissance veut construire derrière le Super C de Cowansville pourra aller de l'avant.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Renaissance pourra construire un immeuble de 150 logements pour personnes âgées derrière le Super C à Cowansville. Forte d'un sondage favorable au projet, la Ville modifiera le zonage pour permettre d'ériger le bâtiment.

Un sondage Léger, commandé par la Ville en janvier, révèle que près des trois quarts des personnes sondées sont en faveur d'un changement de zonage pour qu'un édifice à logement soit construit dans le secteur de la rue Jean-Besré. 

Des 683 personnes qui ont pris part au coup de sonde, 383 sur internet et 300 par téléphone,

74 % se sont dits en faveur d'une telle modification. Des citoyens qui ont participé, 18 % ont dit être défavorables au projet et 8 % ont dit être incertains. Le sondage a une marge d'erreur de 3,8 %.

«On est satisfait des résultats, mais on est aussi satisfait d'avoir travaillé avec un processus comme ça. Les gens qui voulaient nous donner leur avis sur le projet ont pu le faire. Ça n'engageait pas le conseil, mais ça nous donne pas mal l'heure juste», explique le maire Arthur Fauteux.

La Ville a procédé avec le sondage après que les promoteurs aient présenté officiellement leur projet aux citoyens. Le conseil souhaitait éviter de répéter le fiasco du projet Robinson, soit la construction d'un édifice de 150 logements sur la rue Principale près du lac Davignon. Une forte opposition de citoyens, dont 677 ont signé le registre pour demander la tenue d'un référendum sur le changement de zonage requis, a convaincu la Ville de reculer, sonnant la fin du projet.

Fait intéressant, même si le zonage sur la rue Jean-Besré doit être modifié pour permettre un bâtiment résidentiel à haute densité, aucun registre ne sera tenu pour le projet de Renaissance. La raison est que l'affectation du secteur doit également être modifiée dans le plan d'urbanisme, explique la greffière, Me Stéphanie Déraspe. En tel cas, indique-t-elle, la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme permet aux municipalités de procéder sans passer par un registre.

Servitude de vue

La Ville a pris bonne note des commentaires des citoyens lors de la présentation du projet, a dit Me Déraspe. Plusieurs s'inquiétaient que de futurs bâtiments commerciaux dans le secteur ne bloquent la vue des résidants sur les montagnes au sud, a-t-elle souligné. Le conseil verra à protéger cette vue en greffant au zonage une servitude de vue, limitant à deux étages les futurs bâtiments commerciaux qui pourraient être construits dans le secteur, a-t-elle dit.

Le conseil enclenchera dès cette semaine le processus en vue de modifier son plan d'urbanisme et le zonage concerné. Une assemblée publique de consultation aura lieu le lundi 27 mars sur ces points. Le conseil adoptera ensuite le nouveau règlement de zonage à son assemblée du 4 mars. Un avis public de conformité du règlement à la Commission municipale sera publié le 12 avril, puis la MRC devra statuer sur la conformité du règlement avec son schéma d'aménagement. Une fois les certificats de conformité reçus, le plan d'urbanisme modifié et le zonage modifié entreront en vigueur, laissant la place aux promoteurs pour lancer la construction.

Le recours à la firme Léger a coûté 13 222 $ à la Ville. Les autres dépenses (location du cinéma Princess pour présenter le projet, production d'outils de communication) se sont élevées à près de 7000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer