Refonte du plan d'urbanisme: Bromont consulte les citoyens

C'est dans une salle bondée que la Ville... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

C'est dans une salle bondée que la Ville de Bromont a présenté la plus récente mouture de son plan d'urbanisme, lundi, en marge de la séance du conseil.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) C'est dans une salle bondée que la Ville de Bromont a présenté la plus récente mouture de son plan d'urbanisme, lundi, en marge de la séance du conseil. Une consultation publique a eu lieu au préalable, afin de permettre au public d'émettre ses commentaires.

Une soixantaine de personnes, majoritairement des citoyens, mais aussi des promoteurs ainsi que des commerçants, ont pris part à la séance d'information en après-midi. «Ce qu'on espère, c'est que la démarche aura permis de répondre à beaucoup de questionnements personnels, a indiqué en entrevue le directeur du service de l'urbanisme, Jean-François Vachon, se disant satisfait de l'adhésion du public à l'exercice. On a voulu faire en sorte que les citoyens s'intéressent au plan d'urbanisme. C'est un document qui est malheureusement trop souvent "tabletté". On veut que les gens qui pensent à venir s'établir ici ou qui se questionnent sur l'avenir de la municipalité aient le goût de lire le document. Et pour ça, on a misé sur sa convivialité.»

En fait, Bromont a commencé à plancher sur la refonte de son plan d'urbanisme en 2013, privilégiant son plan de développement durable adopté au cours de l'année précédente. Plus de sept ans après avoir intégré la MRC Brome-Missisquoi, Bromont entame donc la phase finale pour faire concorder son plan d'urbanisme avec le schéma d'aménagement et de développement (SAD) de celle-ci.

Croissance

Les projections de croissance de Bromont sont au coeur du nouveau plan d'urbanisme de la municipalité.

«On a fait un document de travail qui permet de démontrer où sont les secteurs privilégiés pour le développement pour les années à venir. [...] C'est un travail de longue haleine qui a été réalisé avec nos équipes en ingénierie, en loisirs et en finance pour arriver avec un équilibre entre le développement et la rentabilité», a mentionné M. Vachon.

Ainsi, Bromont a notamment mis en relief l'ascension prévue dans le marché résidentiel sur son territoire. On y souligne entre autres les estimations de la MRC Brome-Missisquoi voulant que «les besoins au niveau résidentiel pour les 15 prochaines années soient de 3600 unités (logement).» De plus, « environ 300 nouveaux logements pourraient se retrouver à l'extérieur des limites du périmètre d'urbanisation au cours des prochaines années».

Parmi les principaux axes de développement, on souligne entre autres que «la consolidation des futurs développements résidentiels doit se faire à même le quartier durable du centre-ville, dans les secteurs Champlain, Lotbinière et Shefford. Une diversification et un renforcement de la présence des activités commerciales de proximité et du pôle institutionnel y sont aussi prévus. Le noyau villageois d'Adamsville, pour sa part, nécessite l'établissement de nouveaux commerces de proximité afin de renforcer sa centralité et encourager l'arrimage avec le tissu urbain existant.»

Sur mesure

Un des points saillants de la refonte du plan d'urbanisme tient au fait que «les aires de paysages sont découpées en fonction des composantes du milieu naturel, des caractéristiques architecturales des bâtiments et en fonction de la morphologie du territoire au lieu de la méthodologie conventionnelle basée sur la ségrégation des usages», peut-on lire dans le volumineux document. «On pense à Bromont, et ça fait partie de la culture ici, qu'on ne fait pas de belles villes uniquement avec des normes, a fait valoir le directeur de l'urbanisme. Il faut prendre en compte le fait que chaque terrain est différent, chaque arbre a ses caractéristiques et a un impact sur le paysage.»

Ainsi, tout le territoire sera désormais assujetti à des plans d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA), alors que seuls certains secteurs y sont soumis dans la mouture actuelle. On parle notamment du Vieux-Village- et des terrains aux abords des routes champêtres. Les délais de traitement des demandes de projets, toutes catégories confondues, pourraient toutefois être plus longs, a concédé M. Vachon. 

L'adoption du nouveau plan d'urbanisme est prévue à la séance ordinaire du conseil d'avril. L'ensemble des documents est disponible- sur le site Web de la Ville.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer