Une relâche en or pour le Zoo

Né lundi dernier, le bébé hippopotame a attiré... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Né lundi dernier, le bébé hippopotame a attiré plusieurs curieux aux alentours du bassin où celui-ci vit avec les siens.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) La première semaine de relâche a permis au Zoo de Granby d'atteindre un record d'achalandage pour sa saison hivernale. Pas moins de 19 000 personnes ont franchi les tourniquets de l'établissement depuis le 25 février, un exploit qu'on espère voir se répéter cette semaine.

Seulement mardi dernier, la barre des 5300 visiteurs a été fracassée, un record absolu pour une seule journée au Zoo l'hiver, a souligné Élaine Plamondon, directrice aux ventes, communications et marketing du Zoo de Granby. 

Le cap des 60 000 visiteurs devrait être franchi au cours de cette semaine, puisque la relâche s'étale sur deux semaines cette année. « Si on compare avec l'an passé, c'est un achalandage similaire, relève Mme Plamondon. Mais on a une autre belle semaine qui s'en vient. »

Le beau temps, la patinoire extérieure et bien sûr, la naissance du bébé hippopotame lundi dernier ont créé un attrait incontournable pour les visiteurs, croit la directrice.

Le bébé hippopotame a d'ailleurs attiré de nombreux curieux aux alentours du bassin où celui-ci vit avec les siens. Mais ceux qui espéraient voir le poupon de près ont été déçus, celui-ci étant demeuré à l'écart auprès de sa mère. « On est passés deux fois devant le bassin, mais on ne l'a pas vu ! » lance Julie Boutin.

Le papa Kiboko a toutefois fait acte de présence dans le bassin, au plus grand plaisir des tout-petits.

« C'était très le fun ! » a lancé Ludovik Guillemette, qui a particulièrement apprécié la grotte des chauves-souris et le trajet des singes. 

Son parrain et sa marraine qui l'accompagnaient, Simon Dubois et Manon L'Espérance, ont pour leur part préféré les habitats des tigres et des léopards. « Ils se promenaient de long en large sur le bord de la clôture. C'était impressionnant », raconte le résidant de Drummondville.

Le Magogois André Collin, pour qui il s'agissait d'une première visite au Zoo l'hiver, a été impressionné quant à lui par l'aquarium intérieur. 

Après la deuxième semaine de relâche, la saison hivernale du Zoo s'étirera toutes les fins de semaine jusqu'au lundi de Pâques.

« Pire relâche » pour les stations de ski

C'est un tout autre constat qu'on a tiré du côté des stations de ski qui, en raison des aléas de la météo, ont connu une première semaine de relâche décevante.

Le propriétaire de Bromont, montagne d'expériences Charles Désourdy parle même de la « pire semaine de relâche de toute l'histoire » de l'entreprise. « Ça n'a pas du tout été proche des attentes, lâche-t-il. C'était une superbe journée mardi, mais parce qu'on annonçait de la pluie en fin de journée, on a eu un taux d'occupation d'entre 10 et 20 %. Les prévisions météo nous ont nui. »

La pluie de mercredi et le gel tardif de jeudi ont aussi nui aux conditions de ski. L'enneigement de la quinzaine de pistes, exceptionnellement relancé de jeudi à dimanche, a aidé un peu, sans plus. « Vendredi, on a pu rattraper un peu le temps perdu, mais au final, on est peut-être à 50 % de moins d'achalandage que la plus petite semaine de relâche qu'on avait connue jusqu'à présent », note celui qui espère de meilleurs résultats cette semaine, avec la relâche des écoles de Montréal et de Laval.

« Ça a été assez relax, justement à cause de la météo », renchérit Chloé Chagnon, coordonnatrice des communications chez Ski Mont Sutton, bien que les conditions agréables de la fin de semaine ont tôt fait de rééquilibrer les choses.

« Ce qui est particulier, c'est que cette année, on a deux semaines de relâche, explique-t-elle ensuite. Ça a eu un impact sur l'achalandage, car ce n'est pas tout le monde qui a congé en même temps. »

Le ton est donné pour le reste de la saison, croit M. Désourdy. « Je ne m'attends plus à des grosses foules, à moins qu'on ait une tempête de neige. On va finir avec une saison correcte quand même, mais en bas de notre moyenne, estime-t-il. C'est un peu le hasard ; on a eu de gros dégels aux mauvais moments. »

À Ski Mont Sutton, on n'est pas dans un état d'esprit de fin de saison, assure-t-on. « On annonce encore de la neige cette semaine. De plus, il n'est pas rare d'avoir des tempêtes en mars », indique Mme Chagnon.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer