Place aux permis en ligne

Les Granbyens peuvent désormais obtenir certains permis de... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Granbyens peuvent désormais obtenir certains permis de rénovation directement sur le site Web de la Ville, ce qui représente selon le maire Pascal Bonin une « révolution du monde municipal ».

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Depuis mercredi, les Granbyens peuvent demander et obtenir certains permis de rénovation directement sur le site Web de la Ville. En tout temps, de n'importe où, sur n'importe quel appareil connecté à Internet. Selon le maire Pascal Bonin, cette nouvelle façon de faire n'est rien de moins qu'une « révolution du monde municipal ».

L'idée d'offrir certains permis en ligne est dans le collimateur de la Ville depuis plusieurs années. Déjà, en août 2008, le conseil municipal avait abordé le sujet. 

Le tout a cependant réellement pris son envol au cours des voyages effectués par le maire Bonin, notamment dans le cadre de la mission Villes intelligentes. « Ça m'a titillé dès le premier voyage que j'avais fait avec le journal Les Affaires. J'avais dessiné le concept, assis sur un banc de parc en France, raconte-t-il. Encore aujourd'hui, j'ai de la misère à croire que c'est mon idée qui est devant mon écran. »

L'élu explique que l'automatisation de certaines tâches administratives, comme la préparation et la gestion de certains permis, amènera des économies de temps et d'argent à Granby. « Des villes comme nous, en forte croissance, doivent gérer leurs coûts pour limiter les impacts sur les comptes de taxes des citoyens, illustre le maire Bonin. Toutes les administrations municipales, on est pognées avec le fait que le travail clérical, la routine, mange énormément de temps à nos employés, particulièrement en urbanisme. On va libérer un certain pourcentage de tâches à des gens qui vont pouvoir s'occuper­ des humains. »

Du concept à la réalité

Déjà, depuis l'an dernier, il était possible de se procurer des permis en ligne, soit ceux pour l'arrosage et l'installation d'une piscine. Désormais, les Granbyens peuvent obtenir des permis de rénovation qui ne modifieront pas les divisions intérieures du bâtiment, notamment pour remplacer des armoires de cuisine ou de salle de bain existantes, remplacer des portes et fenêtres de taille semblable, réparer ou remplacer les accessoires de plomberie, remplacer le revêtement mural intérieur d'une résidence ou bien en changer la toiture par un type de matériau similaire. Le site Web comprend également un module permettant d'estimer le coût du permis.

Si l'idée était ingénieuse, passer du concept à la réalité a été tout un tour de force, raconte l'élu. « Il fallait informatiser la procédure pour les permis courants. Ça paraît simple, mais c'est extrêmement complexe, soulève-t-il. On a travaillé avec les services du greffe et de l'urbanisme pour s'assurer de la conformité et de la légalité de la chose. Beaucoup auraient baissé les bras devant la complexité de la tâche. »

Rapidité et efficacité

Le principe du programme est simple, explique M. Bonin. Essentiellement, le citoyen n'a qu'à se rendre sur le module qui se trouve sur le site Web de la Ville. À la manière d'un formulaire, le demandeur répond à une série de questions et peut consulter en tout temps la réglementation relativement à son projet de rénovation. « C'est presque un tutoriel », note le maire. 

Une barre d'état indique à quelle étape de la démarche on se trouve. En fin de processus, le Granbyen peut payer son permis directement dans le module. 

D'autres municipalités offrent à leurs citoyens de compléter et payer une demande de permis en ligne, mais des délais de quelques jours ouvrables sont nécessaires pour le traitement de la requête. À Granby, cette étape devrait prendre au maximum trente minutes. Le document est immédiatement émis à la réception du paiement électronique. En parallèle, la Ville est avisée par courriel de l'avancement de la démarche du citoyen. 

Dès sa délivrance, le permis entre en vigueur. « Une fois que la transaction est finie, il peut l'imprimer. C'est instantané, par retour de courriel », indique le maire, fier du travail accompli par l'équipe du comité Villes intelligentes, qui a travaillé d'arrache-pied pour en arriver à ce résultat.

« On est ailleurs, affirme M. Bonin, convaincu que plusieurs autres villes en Amérique du Nord emboîteront le pas sous peu. C'est par là que s'en iront les villes du futur. »

Améliorations

Granby, qui a investi « entre 125 000 et 130 000 $ » dans le projet, a trouvé un partenaire en la firme PG Solutions, qui a accepté d'investir elle aussi dans la création du programme. Ce faisant, la propriété intellectuelle de celui-ci est répartie entre l'entreprise et la Ville, qui touchera 10 % des droits d'acquisition que débourseront d'autres municipalités qui souhaiteraient­ s'approprier l'outil.

« PG a aussi investi des sommes importantes pour le développement. Ils croyaient aussi à l'idée, et ils croient aussi que ça va révolutionner le milieu des municipalités­ », affirme le maire Bonin.

Il a fait savoir qu'on travaille déjà sur les versions deux et trois du logiciel, qui sera sans cesse peaufiné. Plusieurs ajouts intéressants sont à prévoir au fil du temps. « Ce n'est que le début de cette belle aventure-là ! » annonce Pascal Bonin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer