Ressource pour hommes reçoit un coup de pouce de Québec

«Un homme n'est pas porté à vouloir chercher... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

«Un homme n'est pas porté à vouloir chercher de l'aide», dit Bertrand Proulx, directeur général de Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska. Mais les besoins sont là, notamment en matière d'agression sexuelle.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) L'organisme Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska pourra mieux faire connaître son programme de soutien à ceux qui ont été agressés sexuellement dans leur enfance.

Québec a annoncé lundi une subvention de 146 750 $ destinés à quatre projets d'aide aux victimes d'actes criminels en Montérégie. L'un d'eux est le service Hommes abusés sexuel-lement dans leur enfance (HASE), que Ressource pour hommes a démarré en 2015.

Ce programme, qui offre du soutien et des rencontres à ceux qui ont vécu ce type d'épreuve, recevra 10 000 $. «La nécessité est là, indique le directeur général de l'organisme, Bertrand Proulx, joint par La Voix de l'Est. Avec les histoires comme celle des Frères du Sacré-Coeur, ça a amené de l'eau au moulin.»

Une vingtaine d'hommes ont été aidés depuis deux ans, ce qui ne représente que la pointe de l'iceberg selon M. Proulx. «Il y a beaucoup de victimes, mais un homme n'est pas porté à vouloir chercher de l'aide, dit-il. S'il le fait, c'est parce que ça ne va pas bien. C'est dans sa nature de refouler par l'intérieur jusqu'à ce que ça fasse mal.»

HASE commence par des entrevues individuelles suivies de rencontres de groupe articulées autour des thèmes des émotions, des modèles familiaux, de la résilience, etc. Tout se fait de façon anonyme et une intervenante est dédiée spécifiquement à ce programme. L'aide de Québec- lui permettra de publiciser davantage le service dans les organismes et les CLSC.

Options

Une application mobile pour le Centre d'aide aux victimes d'actes criminels de la Montérégie, un outil multimédia sur la violence amoureuse et une recherche sur les besoins des hommes victimes de violence conjugale forment les autres projets bénéficiant de l'aide du gouvernement dans l'ouest de la Montérégie.

«C'est une bonne nouvelle pour la région, a dit par voie de communiqué Lucie Charlebois, ministre responsable de la Montérégie et ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie. Il est important de sensibiliser la population sur les options offertes pour les victimes d'actes criminels afin que nous soyons en mesure de mieux répondre à leurs besoins.»

Les sommes octroyées proviennent du Fonds d'aide aux victimes d'actes criminels, dont les revenus proviennent principalement de sommes perçues à la suite d'infractions, ainsi que de sommes liées au partage des produits- de la criminalité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer