Rien de joué pour les hôteliers à la relâche scolaire

Château Bromont propose plusieurs activités intérieures pour pallier... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Château Bromont propose plusieurs activités intérieures pour pallier les aléas de la météo durant les deux semaines de relâche.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Difficile de prévoir la tendance dans les hôtels de la région pour cette semaine, alors que les enfants sont en relâche scolaire. La situation varie d'un endroit à l'autre,  selon ce qu'a pu constater La Voix de l'Est.

L'hôtel Le St-Christophe s'attend à deux bonnes semaines.... (Julie Catudal, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

L'hôtel Le St-Christophe s'attend à deux bonnes semaines. Sur la photo, Gina Mahfoud, bras droit du propriétaire Patrick Saad.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

«C'est sûr que, cette année, on a le défi qu'il y a deux semaines de relâche, observe Gilbert Lemieux, vice-président ventes et marketing au Château Bromont. On ne s'attend pas à ce que les deux relâches soient aussi occupées que quand ça se concentre en une semaine.» 

Deux semaines de relâche, oui, car ce ne sont pas toutes les régions du Québec qui offrent le congé scolaire du 27 février au 3 mars. Certaines commissions scolaires ont plutôt inscrit à leur calendrier la semaine du 6 mars.  

«Quand on regarde nos chiffres, c'est sûr qu'il y a une hausse en semaine, mais nous, ce sont beaucoup des réservations très dernière minute, observe de son côté avec optimisme Patrick Saad, propriétaire de l'hôtel Le St-Christophe à Granby. Habituellement, la première et deuxième semaine de mars, on va avoir un fort achalandage.»

À l'Hôtel Bromont, on note pour l'heure un recul. «Cette année, ce n'est pas aussi bon que l'année dernière, expose le propriétaire Steven Qiu. J'ai une quinzaine de chambres louées chaque jour, pour le moment, sur sept jours. En comparant février avec l'année dernière, on est en baisse.»

L'établissement compte 41 chambres. Les aléas de l'économie ou le manque de neige pourraient être des causes de cette décroissance, croit-il.

Attractions

Les hôteliers doivent composer avec les caprices de la météo. «Avec la température, on a un petit défi, mais on a fait en sorte d'offrir des activités complémentaires au ski sur deux semaines avec des jeux gonflables, arcades, jeux de société, etc., précise Gilbert Lemieux. Château Bromont a quand même une semaine achalandée, mais j'en ai vu des plus occupées.»

La situation aux États-Unis, notamment avec le taux de change, pourrait profiter aux attractions et hôteliers de la région, ajoute-t-il.

Le Zoo de Granby attire aussi son lot de familles, qui choisissent pour l'occasion d'être hébergées dans la région. En ouvrant ses portes pour la semaine de relâche, «ça a le plus grand des impacts», reprend Patrick Saad.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer