Cuisine de rue à Granby: deux camions de retour cet été

Les propriétaires des camions de cuisine de rue... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les propriétaires des camions de cuisine de rue Luv Shack et La Choppe, Rémi Lahaie et Karine Fortin, prévoient être de retour en bordure de la piste cyclable à Granby cet été.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les camions de cuisine de rue seront de retour à la Place de la Gare, en bordure de la piste cyclable l'Estriade, cet été. Mais leur nombre sera limité à deux, a affirmé le directeur de Commerce et tourisme Granby et région (CTGR), Sylvain Gervais.

Les règles actuelles prévoyaient que jusqu'à trois permis par année pouvaient être délivrés pour des « foodtrucks », mais le conseil municipal a récemment entrepris des démarches afin de modifier la réglementation pour revoir ce nombre à la baisse.

Cette décision a été prise à la lumière de l'expérience de l'été dernier, fait valoir M. Gervais. « On a roulé à deux camions la majorité de l'été. Le troisième était là de façon très sporadique. Il n'a été présent que quelques fois. Trois camions, c'est peut-être étirer un peu l'élastique dans l'offre et la demande. On doit permettre aux camions de respirer un peu et de générer une business suffisante. Et à deux camions, on considère que c'est suffisant », explique le directeur de CTGR. 

Selon lui, cela ne rendrait service à personne pour le moment, ni aux propriétaires de camions de cuisine de rue, ni à la Ville, d'être plus ouvert sur le nombre de permis émis. 

Les restaurateurs qui demanderont un permis à la Ville de Granby pour garer leur camion - ou leur remorque gourmande - rue Denison Est, entre le 1er mai et l'Action de grâce, devront être à Granby « la majorité du temps », mais rien ne les empêchera de se rendre aux divers événements estivaux, comme au Festival western de Saint-Tite, selon Sylvain Gervais. 

De retour 

L'été dernier, les camions La Choppe et Luv Shack ont été présents à Granby sur une base régulière. Le propriétaire du Luv Shack, Rémi Lahaie, a confirmé jeudi son désir d'obtenir un nouveau permis pour reprendre sa place en bordure de la piste cyclable durant la saison chaude. 

« On va revenir avec une formule améliorée. On a conclu une entente avec la nutritionniste Isabelle Huot, qui va signer un menu santé pour compléter notre menu actuel, basé sur la viande fumée. On va aussi ajouter quelques desserts personnalisés », a laissé savoir M. Lahaie. 

Ce dernier affirme en outre qu'il aura un deuxième camion cette année afin d'être en mesure de répondre aux demandes corporatives et d'être présent à un plus grand nombre d'événements aux quatre coins de la province. M. Lahaie travaille aussi sur un projet de microfranchises, qui permettrait la multiplication des camions Luv Shack, avec leur territoire respectif. 

Même intérêt de La Choppe à revenir cet été, a confirmé sa propriétaire, Karine Fortin. « Avec les beaux commentaires que nous avons reçus, nous nous devions d'y être à nouveau », affirme-t-elle. Celle-ci entend cependant avoir une nouvelle formule au niveau des horaires « pour assurer un maximum de rentabilité ». 

Suggestions

Selon M. Lahaie, quelques suggestions ont été émises l'automne dernier à CTGR pour bonifier l'expérience. L'ajout d'affichage a entre autres été souligné. Dans cette optique, une demande a récemment été adressée par la Ville à la MRC de la Haute-Yamaska, responsable de la piste cyclable, afin que la présence de l'aire de restauration soit indiquée. 

S'il n'en tient qu'aux restaurateurs, une signalisation serait aussi ajoutée rue Denison Est afin que les automobilistes soient informés de cette offre alimentaire. Les soirées étant moins achalandées, les camions aimeraient par ailleurs pouvoir tourner leur façade vers la rue Denison Est, souligne Rémi Lahaie. 

« La publicité doit être mise en valeur, car même en octobre, il nous arrivait encore de rencontrer des gens de Granby qui n'étaient pas au courant... », glisse Karine Fortin. 

« Comme les lundis et mardis sont plus tranquilles, on aimerait pouvoir déplacer nos camions dans des sites plus près du centre-ville, comme des parcs. Est-ce que tout va se faire cette année ? J'en doute. Mais ils (l'administration municipale) sont sensibles à nos demandes », ajoute pour sa part Rémi Lahaie.

Il a été impossible jeudi d'obtenir les commentaires du maire, Pascal Bonin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer