Mélina Roberge restera détenue

Mélina Roberge restera derrière les barreaux jusqu'à son... (tirée de Facebook)

Agrandir

Mélina Roberge restera derrière les barreaux jusqu'à son procès prévu le 28 août.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La jeune Granbyenne Mélina Roberge, l'une des trois accusés dans une affaire de trafic d'une importante quantité de cocaïne en Australie, restera détenue jusqu'à son procès devant débuter le 28 août prochain.

Mme Roberge a renoncé à sa demande de remise en liberté, alors qu'elle était de retour en cour, en Australie, vers 18 h, heure du Québec.

Selon ce qu'il a été possible d'apprendre auprès du service du greffe australien, ce serait la défense qui aurait décidé de « retirer » la demande de remise en liberté. La jeune femme de 23 ans comparaissait devant le juge Antony Townsden de la Cour de Sydney.

Selon les informations obtenues, la défense pourrait légalement décider de formuler une seconde demande de libération conditionnelle d'ici la tenue du procès, mais rien n'indique pour l'instant que ce sera le cas.

Selon le média australien News.com.au, la Granbyenne détenue au centre correctionnel pour femmes Silverwater n'avait «aucun espoir» d'être libérée.

Exercice colossal

L'exercice pour convaincre le magistrat qu'elle pouvait être libérée aurait en effet été colossal, selon plusieurs experts judiciaires consultés récemment par La Voix de l'Est

Rappelons que la Granbyenne a été arrêtée le 29 août 2016 en compagnie d'Isabelle Lagacé et André Tamine. 

Les autorités, avec l'aide de chiens renifleurs, avaient alors saisi 95 kilogrammes de cocaïne de haute qualité à bord du luxueux bateau de croisière MS Sea Princess sur lequel ils voyageaient, dont 29 kilos dans la cabine partagée par les deux femmes. Le tout atteindrait une valeur de 31 M $ australiens (30,5 M $ canadiens).

Ils ont tous trois été accusés d'importation d'une quantité commerciale d'une substance contrôlée, soit la cocaïne. 

Les deux autres accusés dans le dossier, André Tamine, 64 ans, et Isabelle Lagacé, 28 ans, se sont vu refuser leur demande de liberté sous caution. 

Isabelle Lagacé, qui a plaidé coupable, devra patienter jusqu'au 30 juin pour connaître sa sentence. Tamine subira son procès en même temps que Mélina Roberge.

Procès

Mélina Roberge n'a pas enregistré de plaidoyer, mais puisqu'elle a consenti pour le moment à fixer la date du début du procès - qui devrait durer trois semaines -, on peut tenir pour acquis qu'elle plaide non coupable, indiquait un employé du greffe de la Cour de Sydney. 

Lors de son enquête préliminaire en décembre, Mélina Roberge avait plaidé qu'elle ignorait la présence de la cocaïne dans sa cabine. 

Son avocate, Ragni Mathur, avait argué que malgré le fait qu'elle voyageait avec son amie, cela ne signifiait pas pour autant que Mme Roberge était au courant de la présence de drogue dans la cabine. Elle avait martelé que sa cliente était simplement présumée coupable par association.

Le juge de l'enquête préliminaire, Robert Williams, avait rejeté ces affirmations, disant que la « forte » preuve circonstancielle démontre qu'elle aurait participé à la tentative d'importation de cocaïne. Les autorités estiment qu'il est hautement improbable qu'une autre personne que les deux jeunes femmes ait placé la drogue dans les valises cachées sous leur lit. « Il est clair que mesdames Roberge et Lagacé ont partagé leur cabine pendant 39 jours », avait également souligné le magistrat australien.

La peine maximale à laquelle Mélina Roberge pourrait faire face est la prison à vie. Selon des experts consultés par La Voix de l'Est, le degré d'implication de la jeune femme jouerait pour beaucoup dans la sévérité de la peine. 

- avec La Presse canadienne et News.com.au




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer