Conflit du terrain de soccer synthétique: Bromont garde le cap

Les infrastructures scolaires «devraient relever des communautés», dit... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les infrastructures scolaires «devraient relever des communautés», dit la mairesse de Bromont, Pauline Quinlan.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Bromont) Bromont ne s'émeut pas de la mise en demeure que lui a envoyée la commission scolaire du Val-des-Cerfs au sujet du terrain ayant servi à l'agrandissement de l'école primaire La Chantignole et à l'aménagement d'un terrain de soccer synthétique.

Pour l'heure, la municipalité maintient sa position et refuse de céder la propriété du terrain à Val-des-Cerfs, qui la revendique sur la foi d'ententes passées. « On a la même position », a indiqué la mairesse Pauline Quinlan lors d'un court entretien téléphonique.

Comme l'avait fait l'ex-directeur général de la Ville branchée il y a un an, Mme Quinlan réitère que Bromont « a toujours été à l'avant-garde au niveau de ses liens avec le scolaire » et a investi « des millions » dans ses infrastructures scolaires. « On a toujours été présents », dit-elle.

Elle ajoute que ces infrastructures « devraient relever des communautés » et non de la commission scolaire. « On ne devrait pas payer ces infrastructures en double », dit la mairesse. 

Reproche

Sibylline, Mme Quinlan affirme avoir « une volonté de s'entendre sur un partage des infrastructures » et mentionne, avec une pointe de reproche : « on s'est toujours bien entendus du temps de la commission scolaire Davignon » (NDLR : avant sa fusion avec celle de la Haute-Yamaska pour devenir Val-des-Cerfs, en 1997).

Les ententes ne mentionnent-elles pas que le terrain doit être cédé à la commission scolaire ? « C'est ce qu'on est à regarder, a dit la mairesse. C'est dans les mains de notre greffière. »

Val-des-Cerfs a cessé de payer sa quote-part annuelle du financement du terrain de 1,8 M $ puisque, dit-elle, la loi lui interdit de financer une installation qui ne lui appartient pas. La mise en demeure acheminée le 3 février vise à presser Bromont à régulariser la situation.

Selon la commission scolaire, les ententes signées stipulent clairement que le terrain doit lui être cédé.

Facture du terrain de soccer synthétique de Bromont

Bromont : 891 611 $

Val-des-Cerfs : 626 223 $

Développement économique Canada : 500 000 $

Total : 2 017 834 $

source : Ville de Bromont 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer