Cowansville dit oui aux poules urbaines

Les poules urbaines seront bientôt permises à Cowansville.... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les poules urbaines seront bientôt permises à Cowansville. Les gens pourront en posséder trois. Les coqs seront toutefois interdits.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les citoyens de Cowansville pourront élever des poules. Ils seront autorisés à en posséder trois, mais devront bien les traiter et respecter un cadre réglementaire strict.

Dix mois après avoir amorcé une réflexion, les membres du conseil ont déposé mardi soir un avis de motion pavant la voie à l'arrivée des poules urbaines. « Ce n'était pas vraiment dans notre champ de vision, mais des gens nous en ont parlé de manière raisonnable. On a regardé si ça se gérait. Oui, ça se gère », a expliqué le maire Arthur Fauteux.

Pour pouvoir élever des poules, les citoyens devront habiter une maison unifamiliale isolée. Les personnes qui demeurent dans des jumelés ou des logements ne pourront en posséder. Les poules devront être âgées de plus de quatre mois. Il sera prohibé de posséder un coq.

Le poulailler devra être construit selon des normes très précises. Sa conception devra offrir une bonne ventilation et protéger les poules du soleil et du froid. La dimension minimale du poulailler devra être de 0,37 mètre carré par poule et l'enclos de promenade de 0,92 m2. La superficie du poulailler ne pourra excéder 10 m2, tout comme son enclos de promenade. Les propriétaires devront s'assurer en tout temps du bien-être des poules.

L'ouverture de la Ville plaira aux citoyens, croit M. Fauteux. « Ce n'est vraiment pas quelque chose de compliqué que de permettre aux gens d'avoir des poules. Ça leur donne une certaine autonomie alimentaire, c'est une belle façon d'éduquer les enfants sur la provenance de la nourriture. C'est une activité intéressante », a-t-il indiqué mardi en entrevue.

Dès que le conseil a été saisi de la demande en avril 2016, le travail s'est amorcé. Lors des consultations publiques sur le nouveau plan d'urbanisme, tenues au courant de l'été, une table a été consacrée à recueillir les questions et commentaires des citoyens sur les poules urbaines. Mikaël Mauron, un stagiaire en urbanisme, a de plus réalisé une revue littéraire exhaustive des villes canadiennes qui permettaient les poules en milieu urbain et leurs règlements ont été analysés. « Il a fait un travail vraiment remarquable. On avait la réponse à toutes nos questions », a dit le maire.

Inspiration

Les règlements de Cowansville ont été rédigés en s'inspirant entre autres de ceux en vigueur à Drummondville, Chambly et Vancouver, a signalé Olivier Ricard, directeur du service de l'aménagement urbain et de l'environnement de la Ville.

L'adoption finale du règlement sur les poules urbaines devrait être chose faite d'ici le mois de mai, le temps de faire la concordance avec tous les autres règlements liés. Un permis à la Ville devra être obtenu avant d'acquérir des poules. Le coût devrait être d'environ 25 $, a dit M. Ricard.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer