Ferme Héritage Miner: 25 000 $ demandés pour la «transition»

Un des membres du comité de relance de... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Un des membres du comité de relance de la Ferme Héritage Miner, Luc Perron, souhaite que la Ville de Granby accorde 25 000 $ à la ferme écotouristique pour donner un coup de main aux bénévoles qui planchent actuellement sur un plan de relance.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

La relance de la Ferme Héritage Miner à Granby s'organise. Une pétition pour soutenir ce projet a été lancée et une demande d'aide financière a été adressée à la Ville pour donner un coup de main aux bénévoles qui souhaitent donner un nouvel élan à la ferme écotouristique. 

« On vous demande juste un petit 25 000 $. Vous pouvez le prendre sur le 15 millions $ éventuel du centre-ville (NDLR : somme prévue pour le projet de réaménagement). Donnez-nous 25 000 $ pour qu'on puisse assumer des frais administratifs. Il y a juste des bénévoles qui travaillent à la Ferme Héritage Miner. Ça nous permettrait de construire un petit peu le projet de relance qu'on va vous présenter », a déclaré aux élus de Granby l'un des membres du comité de relance de la FHM, Luc Perron, lundi soir lors de la séance ordinaire du conseil municipal. 

Cette aide financière permettrait ainsi une « transition », alors que la Ferme, aux prises avec des difficultés financières, a dû se résoudre à fermer ses portes à la fin de l'année 2016, dit M. Perron. Seules les activités de location de la grange et des autres bâtiments s'y poursuivent. À ce titre, le marché public d'hiver s'y déroulera d'ailleurs ce samedi, 11 février. 

En novembre dernier, une majorité d'élus a toutefois refusé d'accorder à la FHM une aide financière de 125 000 $ maximum par année, sur une période de deux ans. Seuls les conseillers Jean-Luc Nappert, Julie Bourdon et Michel Mailhot y étaient en faveur. 

Car si la Ville de Granby, propriétaire des lieux, a injecté quelque 700 000 $ en argent et en services depuis 2010, le protocole d'entente qui la lie à l'organisme chargé de la gestion des lieux prévoit toutefois qu'aucune aide financière n'est apportée aux activités d'opération.

Ouvert

Agissant à titre de maire suppléant en l'absence du maire Pascal Bonin, Jean-Luc Nappert n'a pas caché lundi soir être favorable à l'octroi de l'aide financière demandée par le comité de relance. 

« Je tiens beaucoup à la Ferme Héritage Miner et je trouve que ça serait fort important que le conseil de la ville de Granby accompagne ce comité de relance qui est fait de bénévoles, de gens qui sont impliqués dans la région. (...) D'autant plus que la Ferme Héritage Miner fait partie de notre patrimoine. Les Miner sont les bâtisseurs de la ville. Et c'était une originalité qu'on avait d'avoir une ferme en plein centre-ville », a fait valoir M. Nappert aux médias au terme de la séance du conseil.

Et, même si une majorité de ses homologues à la table ne sont pas aussi enthousiastes que lui, Jean-Luc Nappert assure qu'il soumettra le sujet en séance préparatoire. « On va le débattre. J'aimerais bien ça qu'on se mouille et qu'on ne les laisse pas tomber. D'autant plus qu'on n'a rien entendu sur un plan B et ce que la Ville veut faire. (...) Ça appartient à la Ville. C'est 1,5 million $ d'évaluation municipale. On a gagné en termes d'évaluation. Les gouvernements provincial et fédéral ont accordé des centaines de milles pour rénover tout ça. Ne laissons pas tomber », estime Jean-Luc Nappert.

Un citoyen qui a dénoncé par le passé le soutien financier de la Ville à la FHM, Richard Dubé, a pour sa part suggéré de faire un « débat public » sur le sujet « une fois pour toutes ». « Je ne suis pas contre la Ferme Héritage Miner. Il faut qu'elle continue à vivre, mais pas dans la formule qu'on connaît », a-t-il dit.

Un débat public ? Pourquoi pas, avance Jean-Luc Nappert. Il soumettra aussi cette suggestion à ses homologues. « La Ferme appartient à la Ville, aux citoyens. Et ils ont le droit de parler », juge-t-il. 

Pétition

Lundi soir, Luc Perron était accompagné par près d'une vingtaine de personnes à l'hôtel de ville. Les instigateurs de la pétition pour la relance de la FHM en ont profité pour faire signer leur document à l'entrée de la salle du conseil. 

La même pétition a aussi été mise en ligne lundi sur le site Internet sauvons.fermeheritageminer.ca. Quelques heures plus tard, en fin de soirée, elle comptait 85 signataires sur un objectif de 2500.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer