Bloc sanitaire: Bromont opte pour une solution quatre saisons

Le projet de construction d'un bloc sanitaire au... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le projet de construction d'un bloc sanitaire au Domaine du lac Gale progresse. La principale option consiste à ce que le bâtiment soit érigé à proximité du chalet principal.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Le projet de bloc sanitaire au Domaine du lac Gale franchira une nouvelle étape, lundi, lors de la séance du conseil de Bromont. Les élus devront alors trancher concernant l'octroi d'un mandat pour l'aménagement d'un puits artésien et d'un système de traitement des eaux usées au chalet principal. De plus, le futur bâtiment devra être accessible à l'année, a statué la Ville.

« Il y a beaucoup d'activités l'hiver au Domaine du lac Gale. Les gens y font entre autres de la raquette et de la marche dans les sentiers. On veut vraiment répondre aux besoins de la population, alors on a choisi de faire un bloc sanitaire quatre saisons », a indiqué le directeur des finances et de l'administration de Bromont puis directeur général par intérim, Richard Joyal.

En fait, malgré la popularité du Domaine du lac Gale, le vaste site ne dispose pas d'installations sanitaires permanentes. Jusqu'à tout récemment, des toilettes chimiques étaient placées près du chalet principal pour desservir l'ensemble de sa clientèle, notamment celle des camps de jour. Ce qui pose problème. En effet, la Ville a reçu des avis de non-conformité émanant du ministère de l'Environnement voulant « que toute colonie de vacances doit avoir un bloc sanitaire », avait indiqué à La Voix de l'Est le défunt directeur général de Bromont, Jean Langevin.

De plus, rappelons qu'une trentaine de parents de jeunes qui fréquentaient le camp de jour du Domaine avaient signé, en juillet 2014, une pétition réclamant la construction d'installations sanitaires. Le document avait été déposé officiellement à la séance du conseil, le mois suivant.

Le bloc sanitaire, incluant la fosse septique, représente un investissement d'un quart de million de dollars, avait mentionné M. Langevin en entrevue. Une demande de subvention avoisinant 206 207,41 $ avait été faite par la Ville pour ce projet via le programme de mise en valeur intégrée d'Hydro-Québec, émanant de la construction du nouveau poste d'Adamsville. La requête avait été entérinée par les élus le 6 septembre dernier. 

Or, la résolution adoptée par le conseil concernait un bâtiment qui ne serait potentiellement pas en service l'hiver. Ce qui avait divisé les élus, principalement en raison du flou à propos d'une utilisation à l'année du bloc sanitaire et des coûts qui y sont rattachés. L'enveloppe consentie à ce projet a par ailleurs été revue à la hausse, atteignant désormais 350 000 $, a confirmé M. Joyal.

Options

Plusieurs options sont sur la table pour l'aménagement du bloc sanitaire. Le recours à des toilettes compostables est toujours envisagé, a affirmé le DG intérimaire. En ce sens, les élus décideront, lundi, s'ils accordent le mandat d'étudier les possibilités à une firme spécialisée. « On veut octroyer un mandat aux gens de LCL Environnement pour qu'ils nous guident pour avoir une étude d'implantation d'un système de traitement des eaux usées et d'un puits artésien. C'est quand même une zone sensible parce qu'on est dans le Domaine du lac Gale. Alors, on veut minimiser l'impact sur l'environnement, a indiqué M. Joyal. On ne veut pas se fermer de portes. [...] Peu importe ce qui sera choisi comme option, on a relativement confiance de respecter notre enveloppe budgétaire. »

Si LCL Environnement obtient le contrat, l'entreprise devra aussi avoir l'aval du ministère de l'Environnement. « Dans la réalisation de ce projet, une des étapes essentielles est d'avoir notre certificat d'autorisation. Normalement, ça peut prendre jusqu'à 75 jours pour l'obtenir, a fait valoir Richard Joyal. On va essayer de mettre de la pression sur le Ministère pour réduire le délai d'émission pour ne pas mettre en péril l'échéancier du projet. » À ce chapitre, la Ville planifie que le bloc sanitaire sera opérationnel d'ici l'été, à temps pour les camps de jour.

Selon le DG intérimaire de Bromont, le nouveau bâtiment sera « à 75 % » adjacent au chalet principal. Il est prévu que les infrastructures doivent comporter trois toilettes pour hommes et autant pour femmes ainsi que deux éviers chacun. Il n'a toutefois pas été possible d'obtenir les dimensions estimées du bloc, vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer