Sentiers de motoneige: 82 agriculteurs montérégiens font le blocus

Dans la région, certains agriculteurs ont installé des... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Dans la région, certains agriculteurs ont installé des affiches expliquant le litige qui les oppose au gouvernement québécois.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Les agriculteurs se préparent à fermer les sentiers de motoneige qui passent sur leurs terres. Le mot d'ordre a officiellement été donné par l'UPA, mercredi, pour fermer les sentiers de quads et de motoneiges à partir de lundi 6 février.

Déjà mercredi, 47 producteurs de la Montérégie ont annoncé qu'ils retiraient le droit d'accès à leurs terres pour les motoneigistes et les quads à partir de cette date. Jeudi, 35 autres ont aussi signifié leur intérêt à participer au mouvement. 

Rappelons que l'UPA souhaite ainsi mettre de la pression sur le ministère de l'Agriculture pour qu'il suspende, pendant un an, la nouvelle réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA) et qu'une table de travail avec la Fédération québécoise des municipalités, l'UPA et les ministères concernés soit créée. La réforme fera grimper le compte de taxes des agriculteurs d'au moins 38 %, soutient l'organisation.

Les détails sur les sentiers fermés, dont une carte, seront mis à jour sur le site Internet de l'UPA de la Montérégie au fur et à mesure que les sentiers fermés sur les terres agricoles seront localisés.

« C'est un privilège qu'ont les quads et motoneiges, explique Christian St-Jacques, président de la Fédération de l'UPA de la Montérégie. Les producteurs en Montérégie ne sont pas rémunérés pour ça. Tous les producteurs doivent avertir leur club et c'est le club qui voit à fermer les sentiers avec des balises pour que ce soit fait de façon sécuritaire. »

De ce qu'il a pu constater dans les dernières semaines, l'opinion publique est sensible à la situation des agriculteurs, assure le président de la fédération, qui représente plus de 11 000 producteurs agricoles. « On n'avait pas une tonne de moyens qui étaient bons et qui mettaient de la pression sur le gouvernement. »

Pas de blocus hâtif

Si quelques agriculteurs ailleurs au Québec ont déjà entamé le blocus, ce n'est pas le cas dans la région, remarque Sylvain Laprade, président des Motoneigistes du corridor permanent. « Par contre, j'ai des agriculteurs qui ont installé des affiches qui expliquent la situation. »

M. Laprade se dit désolé de la position dans laquelle sont placés ses membres. Comme il y a eu peu de neige dans les dernières semaines et que, finalement, les conditions sont de passables à bonnes dans les 300 km de sentiers du club, les motoneigistes auront connu une bien courte saison. Il faut tout de même préciser que ce n'est pas l'ensemble du territoire qui sera fermé. Il faudra alors se référer au site web de l'UPA de la Montérégie.

Espoir avec Laurent Lessard

Par contre, Christian St-Jacques garde espoir que le dossier débloque rapidement, depuis que Pierre Paradis n'est plus ministre. Les relations étaient effectivement très tendues entre l'UPA et M. Paradis. Le député de Brome-Missisquoi a été remplacé la semaine dernière par Laurent Lessard. 

« Il a déjà mis en place des actions, au niveau du MAPAQ pour que le ministère soit fonctionnel. Celui-ci ne l'était plus avec Pierre Paradis. Il y a déjà des choses qui ont changé. Par exemple, M. Lessard a déjà eu trois séances de discussion avec Marcel Groleau, le président général de l'UPA. »

Selon M. St-Jacques, de nombreux dossiers attendaient la signature de M. Paradis pour être débloqués. En Montérégie, il y a notamment la deuxième phase d'un dossier sur les bassins versants près de Sorel-Tracy approuvé par les fonctionnaires.

Il croit que M. Lessard voudrait éviter le blocus des sentiers de quads et de motoneige le 6 février et pourrait vouloir régler le litige avant cette date. Sinon, ce sera un moyen de pression qui ne durera pas, ajoute-t-il avec confiance, puisque l'économie de plusieurs régions pourrait en ressentir les effets.

L'UMQ dénonce

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) souhaite que les agriculteurs renoncent à bloquer les sentiers de motoneige qui traversent leurs propriétés. Le président de l'UMQ, Bernard Sévigny, a dénoncé jeudi la décision des agriculteurs de prendre les motoneigistes et les commerces en otage pour protester contre une réforme d'un programme de crédit de taxes foncières.

Dans un point de presse, jeudi, en marge d'une rencontre à Québec, M. Sévigny a déclaré qu'il fera prochainement des représentations auprès du ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard.

« S'il y a une problématique entre l'UPA et le gouvernement du Québec, je pense qu'ils ont intérêt à s'entendre rapidement, a-t-il dit. Je vais parler au ministre Lessard au cours des prochaines heures. »

Avec La Presse canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer