Brigitte Sansoucy veut des réponses

La députée néo-démocrate Brigitte Sansoucy persiste et signe :... (archives La Presse)

Agrandir

La députée néo-démocrate Brigitte Sansoucy persiste et signe : les communautés rurales sont délaissées au profit des centres urbains par le gouvernement libéral.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

Notre entrevue était entamée depuis quelques minutes quand Brigitte Sansoucy a appris que le premier ministre Justin Trudeau venait de revenir sur sa promesse électorale de réformer le mode de scrutin. « Une autre promesse non tenue », soupire-t-elle.

« Beaucoup de belles paroles et d'intentions, mais peu d'actions concrètes. » Voilà comment la députée néo-démocrate de Saint-Hyacinthe-Bagot décrit la gouverne de Trudeau et des troupes libérales.

Comme tous les députés de la Chambre des communes, Mme Sansoucy a repris le chemin d'Ottawa en début de semaine afin d'entamer la session parlementaire. La semaine dernière, elle était en compagnie de ses collègues du Nouveau Parti démocratique pour un caucus présessionnel de trois jours. 

Plusieurs priorités y ont été mises de l'avant, à commencer par la réforme du mode de scrutin, qui n'aura pas lieu. « Les citoyens étaient en faveur d'un système où la composition de la Chambre reflète leurs choix », réitère par ailleurs la députée, qui fondait beaucoup d'espoir dans la promesse du premier ministre d'instaurer un système de représentation proportionnelle.

Le NPD compte aussi relancer le gouvernement sur les questions d'ordre éthique soulevées au cours des dernières semaines, notamment en raison d'une activité de financement au cours de laquelle de riches donateurs chinois ont eu un accès privilégié au premier ministre et des vacances familiales de ce dernier sur une île privée des Bahamas appartenant à un prince musulman. 

« On ne lâchera pas le gouvernement, martèle Mme Sansoucy. C'est important pour les citoyens. Les réponses que nous a fournies le gouvernement démontrent à quel point il est déconnecté. »

Les régions oubliées

Mme Sansoucy persiste et signe : les communautés rurales sont délaissées par le gouvernement au profit des centres urbains. « Quand je discute avec les maires de ma circonscription, on comprend qu'il y a eu beaucoup de promesses au niveau des infrastructures, mais qu'on n'a eu accès à rien. C'est concentré dans les grandes villes. J'ai interpellé plusieurs fois le gouvernement pour lui rappeler qu'il a oublié les régions », allègue l'élue.

« Je représente 25 municipalités qui ont des attentes et des besoins importants en routes, en transport en commun, en aqueducs, en égouts et en logements sociaux, renchérit la députée. On attend encore les millions de dollars promis. »

De plus, même si son projet de loi sur la réduction de la pauvreté a été balayé par la majorité libérale lors de sa deuxième lecture, en décembre dernier, Mme Sansoucy compte poursuivre ses efforts pour améliorer la qualité de vie des plus démunis. 

« Le ministre Duclos (NDLR : Jean-Yves, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social) a nommément, dans son mandat, la mission d'adopter une stratégie pour lutter contre la pauvreté, rappelle la députée. Je ne voulais pas nécessairement voir mon nom sur le projet de loi, je voulais simplement amener cette contribution-là à la réflexion (...) pour que ça ne reste pas des voeux pieux pour se donner bonne conscience. Il faut être en mesure de se donner des objectifs, d'établir des cibles. Il faut pouvoir justifier en quoi les actions posées réduiront réellement la pauvreté. »

Elle espère que la condition sociale des individus soit enfin reconnue comme un facteur de discrimination, puisque cela est une réalité à laquelle se heurtent bon nombre de Canadiens.

Inquiétudes

Enfin, Brigitte Sansoucy continuera aussi de surveiller de près le dossier du lait diafiltré, qui a un impact considérable sur plusieurs producteurs laitiers présents dans sa circonscription. L'accord Canada-­Europe constitue également une source d'inquiétude pour ces derniers, note-t-elle. « Ce sont 17 000 tonnes de fromage qui sont importées d'Europe, illustre l'élue. Chaque fois, il y a des impacts importants pour nos producteurs. »

La refonte annoncée de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) par le président américain Donald Trump, à la suite du récent retrait des États-Unis du partenariat Transpacifique, risque aussi d'avoir une influence sur l'économie d'ici.

« Plusieurs entreprises de la région exportent aux États-Unis, qui sont à côté. C'est sûr qu'il faudra être très vigilants avec ce qui pourrait s'en venir. Nous attendons de connaître la position de la ministre Freeland (NDLR : Chrystia, ministre des Affaires étrangères). »

Les prochaines semaines seront chargées pour la députée de Saint-Hyacinthe-Bagot. En plus de prendre part à deux audiences publiques du comité permanent des ressources humaines, du développement des compétences, du développement social et de la condition des personnes handicapées, Mme Sansoucy ira à la rencontre de ses concitoyens le 11 février afin de connaître leurs préoccupations. Elle tiendra également un café-discussion sur le thème de l'environnement le 19 février et une séance d'information publique sur les divers crédits d'impôt auxquels les citoyens ont droit le 11 mars prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer