Un pan d'histoire disparaît à Stukely-Sud

Les pompiers ont travaillé pendant plus de 10... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les pompiers ont travaillé pendant plus de 10 heures pour éteindre l'incendie qui s'est déclaré au sous-sol du bâtiment historique. Une quarantaine de sapeurs en provenance de sept services ont été déployés.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Stukely-Sud) Un pan d'histoire de Stukely-Sud vient de s'envoler en fumée. L'ancien magasin général, situé au coeur de la municipalité, a été la proie d'un violent incendie, dans la nuit de lundi à mardi. La bâtisse, qui était convertie en immeuble résidentiel, a été complètement détruite.

Les occupants de l'immeuble de la route 112, qui compte deux logements et un loft, ont alerté les pompiers vers 20 h 30, lundi soir, en voyant de la fumée. « À l'arrivée des premiers pompiers, on avait un feu qui faisait rage au sous-sol. On a vite réalisé que l'incendie s'était propagé au niveau de la toiture », explique Patrick Gallagher, directeur du Service de sécurité incendie régional de la Ville de Waterloo.

Une locataire a été prise en charge par les paramédics et conduite à l'hôpital après avoir été incommodée par la fumée. 

Pendant plus de 10 heures, une quarantaine de pompiers, provenant de sept services incendie, ont combattu les flammes. Leur travail n'a pas été de tout repos, notamment en raison des nombreuses rénovations et transformations réalisées au fil du temps. « Les éléments de structure aussi ont fait en sorte que l'incendie s'est propagé assez rapidement », précise M. Gallagher. Pas moins de 200 000 gallons d'eau ont été utilisés pour éteindre le feu.

Le directeur du Service de sécurité incendie régional... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Le directeur du Service de sécurité incendie régional de la Ville de Waterloo, Patrick Gallagher.

Alain Dion, La Voix de l'Est

L'intensité du brasier a même forcé les pompiers à rebrousser chemin. Ils ont concentré leurs efforts à protéger un bâtiment à proximité, un ancien abattoir d'une valeur d'au moins 100 000 $. Et ils ont réussi à le sauver, souligne le chef des pompiers. 

Le froid glacial a également donné du fil à retordre, le mercure chutant jusqu'à -22 degrés Celsius durant l'intervention. « On travaille avec de l'eau, donc tout gèle. Mais maintenant on a des méthodes, des techniques et ça a bien été », assure Patrick Gallagher.

Les conditions étant également plus difficiles physiquement pour les sapeurs, l'Unité de sauvetage Haute-Yamaska et des paramédics les ont assistés pendant leur travail. 

Selon les pompiers, le lieu d'origine du brasier se situe au sous-sol du vaste bâtiment, qui était à vendre. Les témoignages recueillis leur permettent de croire que l'appareil de chauffage serait en cause, mais la destruction de l'édifice rend difficile de cibler un article précis.

Au moins deux personnes se retrouvent à la rue. Les locataires ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

Jo-Ann Savage connaît bien la bâtisse qui a... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 3.0

Agrandir

Jo-Ann Savage connaît bien la bâtisse qui a été la proie des flammes. Son arrière-grand-père, son grand-père et son père ont exploité le magasin général qui se trouvait jadis dans l'immeuble de la route 112.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Bâtisse historique

L'imposante bâtisse était bien connue au sein de la communauté. Construite en 1852, elle a vu des milliers de personnes y défiler à l'époque où elle abritait le magasin général. L'arrière-grand-père, le grand-père et le père de Jo-Ann Savage figurent parmi les exploitants du commerce jusqu'à sa vente, dans les années 1980. « On a été la première famille dans la région à avoir le chauffage électrique », s'est souvenue la dame rencontrée sur les lieux du sinistre, mardi matin. 

C'est dans cet immeuble, qui a appartenu à différentes familles au fil des décennies, que le premier téléphone du village a été installé en 1884. Le magasin général, qui a aussi été parmi les premiers à vendre de l'essence selon un document historique de la municipalité, a accueilli le bureau de poste dans les années 1870. 

La bâtisse a eu d'autres vocations. Une véranda construite dans les années 1920 au 2e étage servait de lieu pour les discours politiques et un orchestre local s'y produisait. 

Le magasin a fermé ses portes en 2006.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer