Granby en bref

À l'origine de plusieurs plaintes du voisinage et... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

À l'origine de plusieurs plaintes du voisinage et d'une longue série de constats, l'entreprise Pro-Flam, située rue Frontenac à Granby, a demandé un délai supplémentaire de 10 jours pour poursuivre ses activités de fabrication de granules de bois.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

Pro-Flam

Pas de nouveau délai

À l'origine de plusieurs plaintes du voisinage et d'une longue série de constats, l'entreprise Pro-Flam, située rue Frontenac à Granby, a demandé un délai supplémentaire de 10 jours pour poursuivre ses activités de fabrication de granules de bois.

Les élus ont cependant refusé d'accorder ce délai à l'entreprise, lors de la séance ordinaire du conseil. Et ce, même si la demande a été justifiée par le propriétaire de la PME, Jacques McLean, par le gel d'une composante du système de fabrication, à la suite de l'arrêt de la production au début décembre.

Mesure plutôt rare, les locaux de Pro-Flam ont fait l'objet d'une interdiction d'accès le mois dernier, car M. McLean refusait d'apporter les correctifs à l'immeuble demandés par la Ville.

Cette interdiction a toutefois été levée à la suite d'une entente survenue avec le propriétaire. Celle-ci prévoyait entre autres une période de production de 10 jours, se terminant au plus tard le 31 décembre 2016.

L'immeuble doit par ailleurs être libéré le 30 avril 2017. Pro-Flam aurait l'intention de déménager sa production.

Aide aux Trinitaires

L'Ordre de la Très Sainte-Trinité (les pères Trinitaires) recevra pour l'année 2016 une subvention équivalente à une exemption de taxes pour la portion de sa propriété qui a accueilli l'imposant projet de jardins communautaires et collectifs, ont convenu les élus de Granby.

Cela représente une somme de 7423,22 $. La même mesure sera appliquée en 2017, une fois le maintien des jardins confirmé.

« Ça pénalisait les pères Trinitaires parce que leur terrain est hypothéqué et, eux, ils paient des taxes là-dessus », a fait valoir le maire Pascal Bonin.

Selon lui, la Ville souhaite ainsi démontrer son appui à ce projet et aux bénévoles, dont le Granbyen Lionel Maltère, qui le pilotent.

« On n'a à peu près rien donné pour ces jardins-là. C'est un juste retour des choses. (...) On reconnaît le travail qui a été effectué », a dit M. Bonin.

L'été dernier, quelque 130 lots ont été aménagés dans ce vaste jardin.

Dons à des organismes

La Fondation Gérard-Bossé, la Fondation Ma vie en main ainsi que les Chevaliers de Colomb, conseil 9842 Sainte-Trinité, pourront récupérer certains éléments dans le cadre du projet de réaménagement de l'église Notre-Dame et de la démolition du presbytère Notre-Dame.

Ces organismes ont demandé à la Ville de profiter de divers équipements de rangement, de mobilier et d'éclairage qui seront mis de côté dans la foulée de ces travaux. La Ville a répondu favorablement à leur demande, car cela permettra de réduire la quantité de matériaux expédiés aux sites d'enfouissement. Le don des équipements sera supervisé par le service des travaux publics.

La Société d'histoire de la Haute-Yamaska sera pour sa part mise à contribution afin de récupérer les éléments ayant une certaine valeur patrimoniale, est-il précisé dans le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie.

Les « bancs et éléments de mobiliers mobiles » devraient par ailleurs être vendus lors d'un encan, dont la date n'a pas encore été déterminée, est-il aussi mentionné.

Palmer Cox, personnage historique

La Ville de Granby apporte son appui à la Société d'histoire de la Haute-Yamaska (SHHY), qui souhaite que l'écrivain et dessinateur Palmer Cox soit reconnu à titre de personnage historique au plan national.

La SHHY a entrepris des démarches à cet effet l'automne dernier.

Une pétition a, entre autres, été mise en ligne à l'attention du ministère de la Culture et des Communications du Québec. À ce jour, elle a recueilli 173 signatures.

« On trouve qu'il a été très important pour le Québec. Il a rayonné partout dans le monde. Malheureusement, Palmer Cox est un peu tombé dans l'oubli. On souhaite que sa valeur soit reconnue », a expliqué à La Voix de l'Est l'automne dernier la directrice adjointe de la SHHY, Cecilia Capocchi, qui s'occupe du dossier.

Palmer Cox est né près de Granby en 1840. Il a connu un grand succès au Canada, aux États-Unis et en Europe avec les aventures des Brownies. Il s'est installé à Granby en 1904 et y est demeuré jusqu'à son décès en 1924, dans la demeure qu'il a fait construire, le Château Brownie de la rue Elgin. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer