Déficit anticipé de 5 M $ au CIUSSS de l'Estrie

Pierre-Albert Coubat, directeur des finances au CIUSSS de... (fournie par l'organisation)

Agrandir

Pierre-Albert Coubat, directeur des finances au CIUSSS de l'Estrie.

fournie par l'organisation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Granby) Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie ne prévoit pas atteindre l'équilibre budgétaire d'ici le 31 mars. Un plan pour corriger le tir a récemment été entériné par le conseil d'administration de l'organisation.

Le ministère de la Santé avait octroyé une enveloppe de 1,2 milliard de dollars au CIUSSS pour le présent exercice financier. Or, la restructuration amorcée en Estrie lors de l'abolition des agences de santé, entre autres, n'a pas été suffisante pour parvenir à l'ambitieuse cible fixée par Québec, a indiqué en entrevue le directeur des finances de l'organisation, Pierre-Albert Coubat. «On avait une grosse commande, a-t-il dit. Depuis la création [du CIUSSS de l'Estrie] le 1er avril 2015 jusqu'au 31 mars 2017, on devait atteindre 53 millions en terme d'optimisation. Le mot d'ordre était d'alléger les structures administratives pour protéger les soins et les services aux patients.»

Le CIUSSS devra à nouveau se serrer la ceinture, car des économies de l'ordre de 20 millions sont prévues d'ici le 31 mars 2018 à travers les 14 établissements dans son giron. Selon M. Coubat, l'implantation d'un système informatique unique dans le réseau de la santé devrait contribuer à atteindre cet objectif. Notamment en ce qui concerne la gestion des appels d'offres, des ressources humaines, de la paie et des approvisionnements.

Outre les contraintes administratives, les principaux points ayant mené à ce déficit anticipé de cinq millions sont les absences de longue durée du personnel pour causes de maladie ainsi que les accidents de travail. À ce chapitre, le CIUSSS a dû verser près de 15 millions de plus qu'il y a deux ans (2014-2015), a fait valoir le directeur des finances. Appelé à préciser ce qui a engendré cette hausse, M. Coubat a soutenu que «la majeure partie des causes sont externes au travail», sans toutefois être en mesure de les chiffrer. «C'est certain que lorsqu'on perd ses repères, que le supérieur change et que l'on a des problèmes de couple et d'argent à la maison, ça peut être la goutte d'eau qui fait déborder le vase», a-t-il illustré.

De plus, les débordements dans les soins de courte durée, entre autres à l'urgence, ont un impact avoisinant 10 millions sur le budget annuel du CIUSSS. 

Grands chantiers

Le conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie a entériné le 19 janvier un plan comportant une série de mesures pour atteindre l'équilibre budgétaire. Parmi ces «grands chantiers», on note la réduction des heures supplémentaires et le recours à de la main-d'oeuvre indépendante (agences). 

Une meilleure formation du personnel, ayant entre autres pour objectif la diminution des accidents de travail, est aussi dans les cartons. Une des mesures pour désengorger les urgences sera l'accroissement du nombre de places en CHSLD, pour éviter les fréquents transits de cette clientèle dans les hôpitaux, a indiqué M. Coubat.

L'achat d'équipements et de matériel médical « regroupés » sera également préconisé. À cela s'ajoute la diminution des coûts de gestion des stationnements. De même, le report de certains projets d'infrastructures est envisagé «sans que ça ait des répercussions sur les patients», a précisé le directeur des finances. «On est en période transitoire, a-t-il dit. On a confiance de passer à travers les remous actuels.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer