Partielle à Farnham: des doutes sur l'admissibilité de Naud

Bertrand Naud convoite le poste de conseiller du... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Bertrand Naud convoite le poste de conseiller du quartier Esther-Elkin. Son admissibilité est remise en doute parce qu'il n'habiterait pas Farnham depuis assez longtemps.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) Le poste de conseiller du quartier Esther-Elkin à Farnham est très convoité. En date de jeudi, quatre candidats étaient en lice, dont Bertrand Naud. Le producteur de fromage, à couteaux tirés avec la Ville, pourrait toutefois ne pas être admissible. Il n'habiterait pas Farnham depuis assez longtemps.

Les candidats doivent être résidants de la municipalité depuis le 6 décembre 2015, soit un an avant le déclenchement de l'élection partielle, selon les exigences de la Loi sur les élections et les référendums. Or M. Naud aurait habité jusqu'à l'automne dernier à Brigham. Le principal intéressé assure qu'il n'a jamais cessé d'habiter à Farnham depuis 30 ans.

Le numéro de téléphone résidentiel de M. Naud correspond à la propriété située au 158 de l'avenue des Érables à Brigham. Son épouse, Carole Bélanger, nous a confirmé en matinée jeudi qu'elle habitait à cet endroit avec M. Naud. Elle l'attendait d'ailleurs pour le dîner.

Joint sur l'heure du midi, M. Naud a expliqué qu'il habitait une maison mobile sur la rue des Mélèzes à Farnham depuis l'automne. Elle est la propriété de son frère Pascal. Le couple Naud-Bélanger habitait auparavant un appartement au 2e étage de leur immeuble situé sur la rue Principale Est à Farnham. De façon continue, assure-t-il.

Sur le bulletin de candidature de M. Naud, c'est l'adresse sur la rue des Mélèzes qui est inscrite, confirme Marielle Benoit, greffière à la Ville et présidente d'élections.

M. Naud soutient avoir demandé à obtenir un numéro de téléphone avec le préfixe 263 parce que son épouse et lui ont des projets en lien avec l'immobilier dans la région de Cowansville (les numéros de téléphone à Brigham débutent aussi par 263). Il s'agit d'une décision « marketing », a-t-il dit, pour rassurer les clients. Les gens, a-t-il indiqué, veulent faire affaire avec des agents immobiliers qui sont du coin. 

En fin d'avant-midi, Mme Bélanger, qui est courtière immobilière, a laissé un message affirmant que le couple habitait Farnham et non pas Brigham. Leur fille habite la maison à Brigham auquel le numéro de téléphone est rattaché. M. Naud dit que ses appels sont parfois transférés à cet endroit.

Recours en Cour du Québec

La municipalité ne peut contester la validité de la candidature de M. Naud. Seule la Cour du Québec peut trancher sur l'admissibilité d'une candidature. Elle peut en être saisie seulement au terme de l'élection, nous a-t-on expliqué aux bureaux du Directeur général des élections.

M. Naud fait l'objet d'une poursuite de 100 000 $ pour diffamation contre le directeur général de la Ville, François Giasson. La cause, entendue en novembre dernier, a été prise en délibérée par le juge Sylvain Provencher de la Cour supérieure. M. Naud soutient que la Ville refuse de lui donner un permis pour exploiter une usine de transformation de lait de chèvre dans son immeuble de la rue Principale à Farnham.

Outre M. Naud, Jean-François Poulin, Yvan Demers et Jean Valiquette convoitent le poste de conseiller. La période de mise en candidature se termine le vendredi 27 janvier. L'élection aura lieu le dimanche 26 février.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer