Pierre Fortier: la fête de toute une communauté

Si le Festival international de la chanson de... (La Voix de l'Est, Alain Dion)

Agrandir

Si le Festival international de la chanson de Granby est bien établi dans la région, son directeur général, Pierre Fortier, l'est autant.

La Voix de l'Est, Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) CHOISIR LES RÉGIONS / Vivre en région, y développer ses talents, son projet ou son entreprise, c'est le choix de plusieurs personnes qui ont contribué à l'épanouissement de leur communauté. Les quotidiens du Groupe Capitales Médias présentent une série d'entrevues de personnalités qui rayonnent partout au Québec tout en cultivant leur attachement à leur milieu.

Originaire de Baie-Comeau, Pierre Fortier a longtemps vécu dans la métropole. Il est venu vivre dans la région lorsqu'on lui a offert le poste de directeur général du Festival international de la chanson de Granby (FICG). Si le Festival international de la chanson de Granby est bien établi dans la région, son directeur général l'est autant puisqu'il ne s'imagine plus quitter Brigham.

Quand on lui demande ce qu'il aime de la région qu'il a adoptée il y a plus de 10 ans maintenant, Pierre Fortier est intarissable. «C'est une belle région, il y fait bon vivre. C'est écologique et avant-gardiste dans les valeurs : on y a un souci pour l'environnement et l'achat local. Et puis, c'est une région entrepreneuriale. Il y a des forêts de feuillus, des lacs, des montagnes. La nature et la paix, quoi!»

Celui qui entame sa 11e année à la barre de l'événement éclate de rire quand on lui a demandé si le festival célébrerait ses 50 ans à Granby, en 2018. «Évidemment! Le festival est là pour rester!» répond-il.

Le festival a toutefois bien failli déménager au tournant des années 90. «Il y avait une rumeur qui voulait que le festival s'en aille à Laval, raconte M. Fortier. Ça avait été discuté sérieusement. La Ville était prête à investir pour l'avoir.»

La mobilisation populaire a permis de garder l'événement en terres granbyennes. «Les gens y sont attachés en simonak!» ajoute le directeur général.

Et pour preuve, l'engouement pour le FICG ne cesse de croître en même temps que l'événement, qui, au fil des ans, a ajouté un volet jeunesse, un volet international et des spectacles extérieurs à sa programmation. «On présente des concerts uniques qui ne sont présentés nulle part ailleurs. C'est la signature de la programmation», souligne M. Fortier.

Moins de 4000 festivaliers y avaient assisté il y a 10 ans; en 2016, pas moins de 56 500 visiteurs ont assisté à au moins un concert.

Granby s'approprie son festival 

Un tel succès s'explique indubitablement par l'engouement de la communauté pour l'événement. «On a la chance d'avoir une Ville qui appuie son festival. C'est majeur, constate M. Fortier. Si on n'avait pas ça, on ne serait plus là. On se sent appuyés et ça nous donne du vent dans les voiles.»

Autant que la ville, ses résidents et ses commerçants sont d'indispensables ambassadeurs du Festival. «On s'est dit que la population de Granby devait s'approprier le festival. Alors, on est allés à la rencontre des entrepreneurs locaux. On leur a parlé du festival, qui rayonne en dehors de la région, même à l'international. Ils ont adhéré au projet.»

Résultat, cette année, le FICG compte une soixantaine d'entreprises «amies» du festival, et 107 autres à titre de partenaires officiels. 

Le financement étant le nerf de la guerre, chaque commandite compte, particulièrement quand on fait compétition avec la métropole. «On réussit à avoir nos partenaires locaux, mais quand on arrive aux nationaux, c'est plus difficile parce qu'on n'a pas 500 000 personnes qui vont voir leur logo, soulève Pierre Fortier. On en a quand même qui restent avec nous à cause des valeurs qu'on met de l'avant.»

La perte d'un commanditaire l'été dernier a créé son lot de questionnements. «Quand tu en perds un, tu redoubles d'ardeur pour conserver les autres. On en prend soin de nos clients! poursuit le gestionnaire. Mais je trouve ça dangereux. Le danger, quand une compagnie québécoise est achetée par une compagnie américaine, c'est que le poids culturel de l'événement n'est pas le même. Les décisions ne se prennent plus au Québec et ça risque de menacer des événements régionaux.»

En demeurant à Granby, le Festival international de la chanson a aussi beaucoup moins de chances de se noyer dans l'immense programmation culturelle de la métropole. 

Et si le festival n'avait plus lieu à Granby? «Ça serait différent, croit Pierre Fortier. Tu l'appellerais le Festival de la chanson de Drummondville ou de Chicoutimi, ça ne serait pas la même chose. Pas que ça serait moins bon : ça ne serait pas pareil.»

Le FICG a Granby dans son ADN, renchérit le directeur général. «Ça fait partie de l'image de marque de la ville de Granby. Des institutions, dans le paysage culturel, ça passe à travers toutes sortes d'étapes : le démarrage, l'insécurité financière, le repositionnement, l'intérêt d'autres pour l'acquisition, la croissance.... Tout ça s'inscrit dans le temps. Quand l'événement est passé à travers tout ça et arrive à maturité, ça fait partie de nous.»

Bref, c'est mission accomplie pour l'équipe du festival, qui fait rayonner toute une communauté. «Il y a des gens de Granby qui ne sont jamais allés au Festival, mais qui en sont fiers.»

Lieu de résidence: Brigham

Se situe: dans la MRC de Brome-Missisquoi, à une vingtaine de minutes de Granby

Un attrait de la grande région de Granby: la nature et les paysages

Un inconvénient de la grande région de Granby: il faudrait une vie nocturne plus active et une participation plus importante des jeunes

Un souhait pour les régions: «Si chaque région du Québec avait une vie culturelle active, des infrastructures sportives modernes et des écoles adéquates, avec une vie entrepreneuriale proactive, elles seraient en santé. La région de Granby est comme ça.»

Un souhait pour Granby: un cabaret de 350 places au centre-ville

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer